Des travaux de 200 000$ seront réalisés en janvier au passage à niveau du boulevard René-Lévesque

Le train ne sifflera plus

Saguenay devra débourser 200 000 $ pour faire cesser le sifflet du train du CN... (Photo Michel Tremblay)

Agrandir

Photo Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Jonquière) Saguenay devra débourser 200 000 $ pour faire cesser le sifflet du train du CN qui traverse le boulevard René-Lévesque, à Jonquière. Les démarches entreprises il y a près de quatre ans par le conseiller municipal du secteur, Carl Dufour, porteront bientôt leurs fruits: les travaux d'adaptation du passage à niveau devraient débuter en janvier.

Les citoyens du quartier Saint-Philippe ont hâte de pouvoir dormir sur leurs deux oreilles. Le train fait entendre son sifflet plusieurs fois par jour, surtout la nuit, moment plus propice aux transports de marchandises.

«L'été, nous ne pouvons pas dormir les fenêtres ouvertes. Nous avons dû déménager la chambre dans le sous-sol, mais ça ne nous empêche pas de nous faire réveiller plusieurs fois par nuit par le sifflet, mentionne Jacques Faure, qui demeure sur la rue des Aubépines, à l'arrière de laquelle passe le chemin de fer. Mes voisins m'ont dit que leurs jeunes enfants se réveillent toujours en sursaut la nuit.» M. Faure a lancé en décembre 2008 une pétition rassemblant les signatures des citoyens du secteur pour demander l'arrêt du sifflet du train.

Après son élection comme conseiller municipal, Carl Dufour a pris le relais du dossier. «Quand je faisais mon porte-à-porte dans le quartier pendant la campagne électorale, les gens me disaient que je ne serais jamais capable de faire avancer le dossier tellement c'est compliqué», explique-t-il. Et il a compris qu'il faut de la détermination et de la patience pour couper le sifflet à un train.

Réglementation stricte

Il a logé une demande au CN, propriétaire du chemin de fer. L'entreprise a dû monter un dossier et faire une demande à Transport Canada pour autoriser l'arrêt du sifflet, explique le porte-parole du CN, Louis-Antoine Paquin. «Comme toutes les autres compagnies ferroviaires, nous sommes assujettis à la Loi sur la sécurité ferroviaire, dont Transport Canada est responsable, explique-t-il. Il faut alors faire une demande d'exemption et respecter plusieurs critères de sécurité qui varient selon chaque cas.»

Après son évaluation du secteur, Transports Canada a identifié des mesures de sécurité supplémentaire qui devront être implantées au passage à niveau pour combler la mise en place de l'«anti-sifflet». La totalité des travaux identifiés par Transports Canada doivent être financés par la municipalité qui fait la demande d'annuler le sifflet du train, explique le conseiller Carl Dufour

«On nous a dit que des barrières de sécurité comme celles du boulevard doivent être ajoutées pour barrer l'accès au chemin de fer aux motoneigistes, marcheurs ou cyclistes lors du passage d'un train, et que des panneaux lumineux doivent être ajoutés sur le boulevard pour prévenir les automobilistes du passage du train, explique-t-il. Au total, la Ville verse 140 000 $ et l'arrondissement 60 000 $.»

Les travaux de modifications devraient débuter au mois de janvier, si le dossier continue de cheminer tel qu'espéré avec Transports Canada et le CN. «J'espère que le sifflet pourra arrêter au printemps ou cet été, indique Carl Dufour. Ce sera une bonne chose, ça fait presque quatre ans qu'on travaille le dossier et Claude Patry m'a aidé à le faire avancer.»

D'autres conseillers du secteur auraient entrepris les premières démarches pour faire cesser le sifflet du train à Jonquière à d'autres passages à niveau.

Le sifflet est une mesure de sécurité auditive obligatoire. Elle a pour but de prévenir les automobilistes et les passants de l'arrivée d'un train à un passage à niveau en vertu du Règlement d'exploitation ferroviaire du Canada, selon les informations transmises par Transports Canada. Le niveau sonore d'un sifflet de train doit se situer entre 96 et 110 décibels, ce qui équivaut au bruit d'une moto, au minimum, ou au bruit à l'intérieur d'une discothèque, au maximum. Lorsque l'arrêt du sifflet est autorisé, le train peut tout de même être amené à siffler en cas d'urgence, si une personne ou un animal se retrouve sur la voie ferrée, par exemple.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer