Edward Prebinski, qui a vécu à Saint-Félicien, a participé à la découverte du corps de Pierre Laporte

Une vie digne d'un roman d'espionnage

Edward Prebinski, au centre, a reçu cette année... (Courtoisie)

Agrandir

Edward Prebinski, au centre, a reçu cette année la médaille du jubilé de la reine dans son comté de l'Île-du-Prince-Édouard.

Courtoisie

Partager

Laura Lévesque
Le Quotidien

(Cornwall) Edward Prebinski a fait l'histoire. La vie du sexagénaire, qui a passé son adolescence à Saint-Félicien, est digne d'un roman d'espionnage. Lorsqu'il s'est enrôlé dans les Forces canadiennes en 1959, il était loin de se douter qu'il allait devenir l'un des responsables de la découverte du corps de Pierre Laporte en octobre 1970 et encore moins faire partie de ceux qui ont vécu de près la crise des otages américains en Iran.

Aujourd'hui résidant à l'Île-du-Prince-Édouard, M. Prebinski, dont une partie de sa famille demeure encore au Saguenay-Lac-Saint-Jean, a bien voulu raconter au Progrès-Dimanche quelques bribes de sa vie peu banale.

Né dans la région de Montréal, il a débarqué au Lac-Saint-Jean avec sa famille alors qu'il était enfant. Son père, qui a conçu un avion de brousse, avait obtenu un contrat pour travailler à Saint-Félicien.

«Il avait eu un contrat pour ouvrir le nord, comme ils disent», raconte en entrevue M. Prebinski.

À 16 ans, il quitte le nid familial pour devenir soldat apprenti. Après plusieurs années, il devient policier de l'air pour l'Aviation royale canadienne. Première responsabilité: gardien d'un missile nucléaire à la fameuse base La Macaza. En pleine Guerre froide, dans les années 60, M. Prebinski est alors assigné au 447e Escadron situé dans les Laurentides. Escadron équipé d'un missile d'interception sol-air nucléaire BOMARC de Boeing pour assurer la défense aérienne de l'Amérique du Nord contre une possible attaque russe.

Un an plus tard, il quitte le sol québécois pour travailler sur une base aérienne en Allemagne. En 1970, il revient au pays à la base de Saint-Hubert. Alors commence les pénibles mois pour M. Prebinski qui agissait en tant que chef d'équipe dans la police militaire, après la proclamation de la Loi sur les mesures de guerre pendant la Crise d'octobre. Le lendemain de cette annonce par Pierre Elliot Trudeau, le corps du ministre Laporte est découvert.

«J'étais chef d'équipe ce soir-là. On a obtenu des informations à l'effet que le corps de Pierre Laporte se trouvait sur notre base à Saint-Hubert. Un journaliste de CKAC et un autre véhicule avec deux autres personnes d'un autre média se trouvaient près de la base et cherchaient également le corps. On a collaboré avec certains de ces gens pour finalement trouver le véhicule suspect près du hangar # 10. Arrivés sur les lieux, on ne voulait pas ouvrir le coffre. Il y avait peut-être une bombe. On a attendu les artificiers et ils ont ouvert le coffre. Il était là, mort. Ma motivation était maintenant de trouver qui avait fait ça», décrit M. Prebinski, qui a participé à l'enquête menant à l'arrestation des ravisseurs de Pierre Laporte.

Mais cette période a été difficile pour l'ancien résident de Saint-Félicien qui était à cette époque âgé de 27 ans. Travailler des journées de 18 heures, dans une ville où les relations entre citoyens et militaires étaient plus que tendues, a causé beaucoup de stress à M. Prebinski.

«J'avais mal aux oreilles. On m'a donc envoyé au centre médical des forces canadiennes pendant ma seule journée de congé. Les spécialistes ont découvert que mon stress était la cause de ce mal. Lorsque je dormais, je serrais trop fort la bouche», confie M. Prebinski.

En effet, le climat dans les rues de Montréal s'est rapidement détérioré pendant la période où la Loi sur les mesures de guerre a été effective.

«Je me souviens d'une des premières journées où ces mesures étaient en vigueur. Un civil a commencé à nous niaiser en criant des bêtises. Un des militaires avec qui j'étais l'a immédiatement arrêté. C'était comme ça. Dans ce temps-là, nous avions tous les droits. C'était fou», admet celui qui garde un souvenir difficile de ces tensions.

Toujours actif

À 69 ans, le policier militaire à la retraite, qui a cumulé différentes fonctions, a été honoré cette année. Il a obtenu la médaille du jubilé dans son comté, à l'Île-du-Prince-Édouard. Même s'il ne travaille plus, le sexagénaire continue de contribuer à la société en s'impliquant dans Not Just Tourists, une organisation humanitaire qui invite les gens à transporter des valises de médicaments dans les pays en besoin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer