Vallée de la créativité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le PDG du groupe Ubisoft, Yves Guillemot, était... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le PDG du groupe Ubisoft, Yves Guillemot, était de passage à Saguenay mardi pour annoncer l'investissement.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

La tribune
Le Quotidien

Keyven Ferland, propriétaire d'une entreprise numérique avec tous les défis que cela comporte y compris celui du recrutement, et Marc-Urbain Proulx, professeur à l'UQAC et spécialiste en développement régional, accueillent très favorablement l'arrivée du géant Ubisoft et imposent aux leaders de la région un code de conduite pour s'assurer des lendemains qui chantent.

Keyven Ferland... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

Keyven Ferland

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

(Tribune, Keyven Ferland) - Avec l'annonce plus tôt cette semaine du plus important plan de croissance d'Ubisoft au Québec, plusieurs m'ont demandé si leur arrivée à Saguenay était une bonne nouvelle. En sachant que cette entreprise créait 125 emplois dans la région, je répondais rapidement, sur le coup de l'effervescence, que je le voyais comme une excellente nouvelle pour la région.

Je me suis ensuite rendu sur le site Web de l'entreprise pour y voir les postes affichés. J'ai alors senti quelques sueurs froides et j'ai mieux compris le fondement derrière les interrogations de mes proches.

Effectivement, cette question méritait d'être posée.

Ubisoft embauche plusieurs profils similaires à ceux qui travaillent pour mon entreprise, la Web Shop. Nous partageons aussi des valeurs similaires, comme l'accompagnement des humains, l'environnement de travail, du développement du sentiment d'appartenance et de l'implication dans la communauté.

J'ai réfléchi plus longuement sur l'arrivée d'Ubisoft. Ma réflexion se présente sous forme de quatre grands axes.

J'ai pu remarquer sur les médias sociaux l'impact d'une telle annonce. Des jeunes de partout identifiaient leurs amis dans les commentaires afin de leur proposer un retour en région, ou encore, d'aller étudier à l'UQAC ou ailleurs afin d'avoir l'opportunité d'y être embauchés.

L'influence sur le choix de carrière des jeunes de notre région qu'Ubisoft aura des retombées positives pour l'ensemble du secteur économique. Le virage numérique a besoin d'un grand nombre de jeunes qui sont en mesure de programmer, de créer et de gérer des projets technologiques.

Soulignant les sept ans de la Web Shop cet automne, je constate que je reçois de plus en plus de CV de jeunes qui disent s'être lancés dans ce domaine pour venir travailler avec nous. Des jeunes curieux, autonomes, créatifs et passionnés.

Une entreprise de ce calibre a besoin de standardisation pour être en mesure d'être efficace et de poursuivre sa croissance. Cette croissance leur a permis de créer 3600 emplois jusqu'à maintenant, en plus des 600 autres à venir.

Au sein de cette standardisation, il y a plusieurs échanges entre seniors et juniors. Un partage de connaissances que les écoles ne sont pas en mesure de combler.

Au fil des années, certains quitteront l'entreprise, car toute organisation vivante connaît un roulement de personnel naturel. Leur expérience servira à se créer leur propre entreprise ou de contribuer à la croissance de leur nouvel employeur. Cette expérience accumulée servira à développer cette nouvelle économie numérique pour notre région.

Il est certain que pour que des secteurs d'activités puissent avancer, les différents paliers de gouvernement doivent y mettre leur grain de sel. Cependant, pour les petits joueurs du numérique, notre voix n'est pas souvent la plus forte.

Maintenant, grâce à Ubisoft, je m'attends à ce que le niveau d'influence augmente et permette de mettre la région plus rapidement à la page sur plusieurs sous-secteurs des technologies qui sont en croissance dans le monde dont : le Big Data, l'intelligence artificielle, la robotique, la réalité virtuelle et, de manière plus large, la pensée critique et créative.

Pour plusieurs, la programmation sonne mathématique et peu créative. La programmation permet au cerveau de structurer sa pensée de manière plus optimale et augmente donc la qualité de la résolution de problème. Plus nous aurons de jeunes de la région qui toucheront à la programmation, plus nous serons créatifs.

« Je ne connais pas d'être humain qui n'est pas heureux de créer du beau » que François Michelin, tête des pneus Michelin pendant 60 ans, a déjà cité.

Le bonheur est une belle drogue et notre dépendance au bonheur nous rendra toujours plus créatifs. Puisque nous nous démarquons du reste du Québec depuis longtemps pour notre grande créativité, l'arrivée d'Ubisoft, en plus de la croissance des entreprises du secteur technologique et numérique, permettra d'assurer cette caractéristique qui nous va si bien.

Si vous me posez la question à nouveau, je vous répondrai, que oui, l'arrivée d'Ubisoft est une excellente nouvelle pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, car c'est un pas de plus dans la fondation de la vallée de la créativité !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer