La vie est un boomerang

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
L'intimidation.... (123RF)

Agrandir

L'intimidation.

123RF

La tribune
Le Quotidien

TRIBUNE / L'enseignante et auteure Chantale Potvin et l'avocat Charles Cantin se prononcent sur l'intimidation et les répercussions de ce fléau qui ne se limite pas aux frontières des cours d'école.

Chantale Potvin est auteure et enseignante.

L'intimidation, la vraie, celle qui crayonne malicieusement des cicatrices indélébiles sur le coeur et l'âme, a engendré des histoires bien insolites. Je vous en raconte une.

De 1981 à 1986, à l'école secondaire, j'étais loin d'être la plus jolie. Avec la moitié du visage affublée d'une tache rouge vin, je n'avais définitivement pas la cote. Toutefois, résignée à mon sort, je relevais mes manches et fonçais.

Dans mon souvenir, il était un apollon. Les yeux verts, les gros bras, joueur de hockey, il était populaire et possédait les caractéristiques et les pouvoirs naturels pour que les filles gémissent à ses pieds. Les belles filles, on s'entend ! Comme je n'étais pas de celles-là, il était donc méchant, humiliant, hautain et profondément cruel.

Tout ce que j'étais, tout ce que je disais et tout ce que je portais le stimulait à me faire mal. « Ce kit te rend encore plus laide. En plus, tu n'es pas drôle. Tu fais pitié...». Il se surpassait. Or, un bon matin, comme par magie, ses répliques ne me dérangeaient sincèrement plus. Je le trouvais même stupide et les autres jeunes, qui jugeaient qu'il exagérait, lui ordonnaient de me lâcher. Acculé au mur de mon insensibilité, il a cessé. Aussi, comme il était plus vieux que moi, il a quitté l'école et je n'ai plus entendu parler de lui.

Le retour du monstre

Les années ont passé. En plus d'être professeure de français au secondaire, je suis devenue romancière. Lentement, mais sûrement, j'ai tricoté mon bonheur sur tous les plans de ma vie.

En 2008, un concours a permis à Roberval d'accueillir quelques comédiens célèbres et des joueurs du Canadien de Montréal. Pendant deux heures, dans le centre sportif, filles et garçons faisaient la file pour avoir droit à un autographe et à une courte rencontre avec Guy Lafleur, Carey Price ou Marina Orsini. J'étais chargée de contrôler les entrées pour accéder à la mezzanine. J'attribuais donc des billets aux jeunes pour qu'ils aient le temps de monter.

Dans la file, les jeunes tentaient de me séduire afin que je leur permette de se faufiler. À travers les rires, les boutades et les offres de bonbons et chocolats, je l'ai entrevu. De loin, comme sorti d'un film d'horreur, il me fixait. Pendant quelques secondes, j'ai revu et réentendu ce monstre. Comme un épagneul en peine, il avançait vers moi en poussant un fauteuil roulant dans lequel était confiné - je le saurai plus tard - son fils. Sans un mot, avec sa mine déconfite, il quémandait un billet afin que le garçonnet d'une dizaine d'années puisse rencontrer le Démon blond.

- Tu veux voir Guy Lafleur ! lançai-je à l'enfant.

-Ouiiiiii !, s'est exclamé le petit, avec la voix difforme de ceux qui souffrent de paralysie cérébrale.

Rapidement, après avoir déposé un bisou sur le front du petit, j'ai claqué des doigts pour que deux de mes élèves, grands et forts, montent la chaise. L'enfant jubilait. Nous l'entendions tous hurler de plaisir dans les marches.

Pendant que le P'tit Loup profitait de son moment, son père se tenait debout à mes côtés, les mains croisées derrière le dos, accoté sur la bande de la patinoire. Il m'observait et souhaitait que je me tourne enfin vers lui. Je ne fis rien. Je continuais à discuter avec les ados qui piétinaient d'impatience. 

Soudain, il empoigna doucement mon bras. Stupidement, comme s'il avait été un vieux pote, il me demanda comment j'allais. Silence. Il m'a alors crié un « merci » à travers le brouhaha sonore. Or, je sus ce que ce merci sous-entendait, car je le discernais clairement à travers les ondes de l'univers. Ainsi, sa voix me catapultait sans cesse : « pardonne-moi ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer