Bonne chance JCL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Claude Larouche... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Jean-Claude Larouche

Archives Le Quotidien

Le Quotidien

TRIBUNE / Vente de JCL: Carol Néron est un auteur édité par JCL et un ancien éditorialiste au journal Le Quotidien, et Mélanie Hovington est responsable informatique et développement au Réseau BIBLIO SLSJ.

(Mélanie Hovington) - À la sortie de mon baccalauréat, il y a presque 20 ans maintenant (... ouf, je ne devrais pas écrire cela...), j'entre dans le bureau de Jean-Claude Larouche avec en main mon CV. Ce fut là ma première rencontre avec cet homme, qui a eu la gentillesse, mais surtout la politesse, de rencontrer une étudiante sans expérience pour qui tous les rêves sont encore permis. Ce fut aussi une des premières fois où je faisais la rencontre d'un monument, un grand entrepreneur dans le monde littéraire, qui a réussi à faire sa marque de prestige dans le domaine de l'édition. Pour moi, Jean-Claude Larouche représente cette force peu commune, qui a réussi à forger une institution au Saguenay, à grands coups d'efforts et d'espérances. Ce n'est pas tous les jours que l'on rencontre de si grandes personnes. De si grands entrepreneurs.

Je ne connais pas l'homme en soi, mais comme bien des gens d'ici, je crois connaître la maison d'édition et sa réputation. Je sais pertinemment que les livres qu'il publie sont parmi les plus populaires sur les rayonnages, et en tant que Saguenéenne, je suis toujours fière de voir le logo JCL sur une couverture et porter ces livres à l'attention des lecteurs. Irrémédiablement, l'annonce de la vente de cette entreprise m'a particulièrement touchée. Cette maison allait fêter ses 40 ans de vie prospère au Saguenay, en 2017. Sur le coup, comme bien d'autres personnes certes, j'ai pensé: «Encore une autre entreprise d'ici qui quitte le navire. Triste sort pour un fleuron régional.»

C'est alors que je me suis mise à repenser à une présentation sur l'avenir du livre au Salon du livre de 2014, où M. Larouche et moi étions invités à discuter de nos points de vue sur la question. M. Larouche avançait l'idée que le livre, la lecture et même le lectorat sont maintenant tous en compétition. Dans la vie que l'on mène aujourd'hui, le livre est souvent mis de côté au détriment des blogues, des forums ou même des statuts Facebook que l'on lit à la vitesse le soir, monopolisant tout le temps de lecture disponible. Son idée m'avait alors déstabilisée. Il avait raison.

On oublie que le monde change, et que le domaine de l'édition (comme beaucoup d'autres domaines d'ailleurs) a dû changer au cours des dernières années pour s'adapter aux nouvelles réalités du marché d'aujourd'hui. Les générations ont maintenant de nouvelles façons de consommer la littérature. Il faut se rappeler que la Maison JCL a été un des premiers éditeurs à suivre le courant et à s'adapter au marché. D'abord en exportant sa maison d'édition afin de la faire connaître sur les marchés mondiaux, en offrant un catalogue de livres numériques, puis en proposant un site Internet transactionnel. Si la maison JCL est encore debout aujourd'hui, à l'intérieur d'un marché mondial rétrécissant où chacun doit se battre pour gagner un bout de pain, c'est grâce à la vision et aux choix qu'a faits cet entrepreneur pour son entreprise. De mon point de vue externe, je vois en M. Larouche un entrepreneur qui a choisi son entreprise. Dans la foulée du marché qui se resserre, ou pour une question d'assurer une relève à JCL, quelle que soit la raison de cette vente, M. Larouche a choisi de faire croître son entreprise au lieu de mettre la clé sous la porte. Croître. Oui. Parce qu'il sait bien, en bon entrepreneur qu'il est, que le développement aujourd'hui commence par une association, afin de demeurer compétitif, conserver sa marque et continuer de prospérer.

Bien sûr, il faudra se faire à l'idée qu'un fleuron régional quitte pour aller s'installer dans une autre région que la nôtre. Mais, il faut se consoler en se disant que le nom de JCL sera encore sur les couvertures des livres les plus populaires sur les rayonnages, et puis, au fond, nous saurons tous qu'un côté saguenéen demeurera imprégné dans cette nouvelle maison d'édition.

Bonne chance JCL.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer