Les jeunes en voie d'extinction ?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
TRIBUNE - Les personnes âgées de 65 ans et plus sont dorénavant plus nombreuses... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

La tribune
Le Quotidien

TRIBUNE - Les personnes âgées de 65 ans et plus sont dorénavant plus nombreuses que les jeunes de moins de 20 ans, au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Que doit-on comprendre de cette situation? Patrice St-Pierre est directeur général de la FADOQ - Saguenay-Lac-Saint-Jean-Ungava et Marie-Noëlle Potvin était responsable des relations publiques au sein du Regrouement action-jeunesse 02.

(Marie-Noëlle Potvin) - Les jeunes seraient en voie d'extinction dans la région. En tout cas, c'est ce que j'ai vu passer dans l'actualité. Ou c'est peut-être l'interprétation que j'en ai faite. On me dit souvent que j'ai le sens du drame. Mais quand même, avouez que ça fait peur. J'espère de tout coeur qu'on saura mettre les mesures en place pour sauvegarder notre espèce. Ce serait vraiment triste de voir cette race, ma race, complètement s'effacer de notre écosystème. Mais attendez une minute là, le vieillissement de la population, on en entend parler depuis un bout, il me semble. Les départs à la retraite, les résidences de personnes âgées qui sont plus agressives que jamais, les soins à domiciles qui ne fournissent pas, les résidences funéraires qui sont nombreuses et prospères. C'est une tendance démographique qui s'installe depuis plusieurs années. Alors pourquoi cette panique? Parce que pour l'effet de surprise, on repassera... Ce qui est inquiétant c'est que ça arrive maintenant, en direct. L'homme est ainsi fait, on relève des statistiques sur à peu près tout, mais on passe plus de temps à les compiler qu'à agir. Les statistiques sont primordiales, mais il faudrait arrêter de couper les vivres aux instances qui sont sur le terrain et qui tentent de maximiser leurs actions malgré les coupes. Mais les actions, elles doivent se faire à quel niveau? C'est quoi finalement le problème?

Bien sûr que l'on parle toujours de l'emploi. Il a le dos large, l'emploi. Et c'est certain que les gens qui ne sont pas satisfaits de leur situation crient toujours plus fort que les autres (sur Facebook, en lettres majuscules à part ça). Même si je conviens que l'emploi est déterminant dans l'établissement des jeunes, il faut arrêter de pointer l'emploi du doigt. Pourquoi? Parce que c'est une belle manière de décrier un problème face auquel on se déresponsabilise. «On l'sait bien que c'est la faute à personne si y'a pas de job, hein?» Je crois que la problématique est beaucoup plus complexe. Assez parlé de l'emploi, essayons d'aller plus loin.

Personnellement, ce qui me chicote le plus avec la situation actuelle, c'est la valeur des maisons qui diminue. Depuis toujours, j'entends que l'accès à la propriété est la meilleure manière d'investir notre argent, et tout à coup, l'offre devient plus grande que la demande et le prix des maisons chute drastiquement. Pendant ce temps, des constructions neuves poussent un peu partout. Mais ça, on en parle moins. Parce que ça peut devenir inconfortable pour les gens qui voudraient construire leur maison de rêve. Et loin de moi l'idée de stigmatiser ceux qui l'ont fait et qui le feront. Mais le problème reste bien présent.

Beaucoup de jeunes, à quel prix?

Prenons un moment pour déterminer notre objectif de société. Désirons-nous augmenter le nombre de jeunes de la région à tout prix ou voulons-nous mieux les encadrer, mieux les éduquer et faire d'eux des adultes responsables? Des garderies avec des listes d'attente, des groupes de maternelles qui débordent, des enfants qui n'ont pas de médecin de famille, est-ce vraiment ce que nous voulons pour nos jeunes? Si la qualité est là, dans les services, l'éducation et la santé, ce sont nos jeunes qui en bénéficieront et qui réaliseront à quel point la région offre un environnement incroyable et unique pour élever une famille. Serait-il possible de donner, à nos professeurs, infirmiers, éducateurs et spécialistes de toutes sortes, les moyens de prendre soin de notre jeunesse? Valoriser l'éducation et nos professeurs, par exemple. Continuer de développer des programmes d'études exclusifs qui permettront aux jeunes de la province entière de découvrir notre milieu de vie exceptionnel.

Avant de miser sur la quantité, je crois que c'est la qualité qui doit être priorisée. J'ai bien peur que ce soit la qualité des services qui est en voie d'extinction avec toutes ces coupes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer