Tout est là

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
STAS, une entreprise qui exporte des équipements spécialisés... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

STAS, une entreprise qui exporte des équipements spécialisés pour le traitement de l'aluminium en fusion.

Archives Le Quotidien

 

Le débat
Le Quotidien

DÉBAT / Peut-on encore prospérer en affaires au Saguenay-Lac-Saint-Jean, voire même au Québec ? Pierre Bouchard est président fondateur de STAS et Keyven Ferland est président fondateur de la Web Shop.

Pierre Bouchard, président fondateur de STAS

J'ai pu observer le Saguenay-Lac-Saint-Jean en tant que lieu d'affaires pendant près de cinquante ans et depuis une position privilégiée de président fondateur de STAS, une entreprise qui exporte des équipements spécialisés pour le traitement de l'aluminium en fusion partout dans le monde. Plusieurs aspects de notre région m'amènent à dire que cette dernière est devenue un lieu de grande qualité pour mener des affaires, mais deux aspects ressortent particulièrement: la qualité du milieu de vieet la structure de notre économie, qui nous donne accès à plusieurs marchés d'envergure mondiale.

On se surprendra peut-être que j'accorde une telle importance à la qualité du milieu de vie. Pourtant, c'est notre géographie, physique, humaine, aussi bien que la logique qui lui confèrent un rôle si important comme facteur économique. Le marché régional est petit, moins de 300 000 personnes, les grands centres du Québec sont éloignés, et encore plus ceux de l'Amérique du Nord, de l'Europe et de l'Asie. D'où la nécessité que nos produits et services se démarquent par leur contenu technologique, d'où à son tour découle la nécessité d'attirer ou de retenir ici des gens à l'esprit entreprenant et innovateur, en particulier des jeunes. C'est de cette manière que la qualité du milieu de vie intervient en tant que facteur essentiel de nos succès actuels et futurs en affaires.

La qualité du milieu de vie possède d'innombrables dimensions, allant de la paix sociale, en passant par de bonnes routes, la propreté des villes et des villages, jusqu'à la boulangerie artisanale. Certaines de ces dimensions m'apparaissent essentielles: la qualité des écoles, petites et grandes, des équipements sportifs, des soins médicaux, des médias d'information, de la vie démocratique; l'accès à la nature, aux arts, à des soins médicaux efficaces, et j'en passe. Bref, pour moi, la qualité de notre milieu de vie est un facteur prédominant de notre prospérité et le sera encore plus à l'avenir. Je crois qu'il est bon de se le rappeler.

L'autre aspect que je considère prédominant pour ce qui est de mener des affaires au Saguenay-Lac-Saint-Jean est le fait que les trois piliers de notre économie, l'aluminium, le bois, l'agriculture, font partie de secteurs d'envergure mondiale et apparaissent devoir garder leur importance dans le futur, même lointain. Bien sûr, ils évolueront, peut-être de manière draconienne, mais c'est justement dans cette évolution que nous pouvons prendre une place importante. En apprenant à faire affaire avec ces industries régionales, en les accompagnant dans leur évolution, de manière innovatrice, nos entreprises ont l'occasion de développer un savoir-faire qui peut s'appliquer à l'ensemble du secteur sur le plan mondial. Cet aspect représente pour nous un atout considérable.

Je m'exprime ici en connaissance de cause, car le modèle d'affaires que j'évoque caractérise l'approche de STAS dans le secteur de l'aluminium. Ce modèle a ceci de particulier qu'il exige des partenariats, notamment pour la R et D et la fabrication. Chez STAS, nous entretenons plusieurs partenariats, en particulier avec la grande entreprise pour le développement et la démonstration des performances à l'échelle industrielle, et avec plusieurs entreprises régionales pour la fabrication des appareils, chaque partenaire se concentrant sur ce qu'il fait de mieux. Je suis persuadé que ce modèle peut s'appliquer dans d'autres domaines que l'aluminium

L'un de nos plus grands chercheurs nous rappelle souvent que les choses commencent d'abord dans l'imagination. Pour ma part, j'ose imaginer que dans l'industrie de l'aluminium, dans celle du bois et en agriculture, nous pouvons innover de manière systématique, par le partenariat. Les innovations que je souhaite assureraient la prépondérance de nos grandes industries régionales sur le plan mondial et permettraient d'exporter notre savoir-faire partout dans le monde. Avec de tels avantages en vue, et nos atouts concernant le milieu de vie, qu'attendons-nous?

Rédigé en collaboration avec Louis et Patrice Bouchard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer