Remettre l'humain au coeur du débat

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
L'auteur est André Tremblay, président du Conseil de... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'auteur est André Tremblay, président du Conseil de l'industrie forestière du Québec

Archives Le Quotidien

 

Le débat
Le Quotidien

DÉBAT / Entre rentabilité et certification environnementale - Nicolas Mainville est biologiste et responsable de la campagne Forêt pour Greenpeace au Québec. André Tremblay est quant à lui président du Conseil de l'industrie forestière du Québec. Ils expriment leur point de vue quant au débat entourant l'exploitation de cette ressource inestimable pour la région.

André Tremblay, président du Conseil de l'industrie forestière du Québec

Alors que s'amorce bientôt le mois de l'arbre, l'occasion s'offre à nous de poser un regard sur l'importance de cette ressource renouvelable dans nos vies.

L'arbre est au coeur de ce que nous sommes, voire qui nous sommes aujourd'hui. Il a façonné des régions entières, a été à l'origine du développement de bon nombre de nos communautés et de l'établissement de nos entreprises.

Chez nous, depuis plus de 150 ans, soit depuis l'arrivée de la Compagnie des 21, la forêt est l'épine dorsale de l'économie de la région. Elle a toujours contribué au développement du Saguenay-Lac-Saint-Jean et au bien-être de ses habitants. Malgré des moments plus difficiles, l'industrie forestière emploie toujours aujourd'hui quelque 6500 personnes dans la région. Ce sont des familles, établies dans de nombreuses communautés, pour qui la forêt est source de vitalité et de fierté.

L'arbre et l'humain forment un tout. Pourtant, dans le débat actuel sur la certification forestière, ce dernier semble avoir été mis de côté. À vrai dire, c'est l'équilibre même de la norme FSC qui semble être rompu, une norme dont le rôle premier est d'attester sur les marchés que la récolte de bois respecte les principes de la gestion durable des forêts en tenant compte du caractère indissociable des dimensions environnementale, sociale et économique des activités de développement.

En prenant une tangente claire pour la protection de l'environnement, la norme FSC s'est éloignée au fil des ans de l'humain. Elle omet des questions légitimes sur l'impact des volumes et des emplois perdus sur nos communautés et les gens qui y vivent. La récente étude Évaluation de l'impact social et économique de la mise en oeuvre des exigences du Forest Stewarship Council sur le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean produite par M. Gilles Bergeron et Mme Nancy Gélinas, démontre hors de tout doute, la perte de plus de 3000 emplois si nous empruntons cette route pour notre développement régional. Loin de moi l'idée d'opposer emplois et protection de l'environnement: ils doivent aller de pair. L'industrie forestière milite depuis des années pour ce difficile équilibre auquel elle a largement contribué en réduisant, depuis 10 ans, les volumes récoltés annuellement de plus de 30%.

Il faut donc, concurremment à la mise en place de nouvelles mesures de protection, s'assurer de déployer une stratégie de production de bois qui viendra compenser les diminutions potentielles. C'est à cette seule condition que la région réussira à maintenir la structure actuelle de son industrie forestière et les emplois qu'elle génère.

Au cours de l'année 2015, j'ai eu l'occasion d'effectuer deux tournées régionales. Dans les villes et les régions que j'ai visitées, en particulier au Saguenay-Lac-Saint-Jean, j'ai rencontré des gens passionnés de la forêt et prêts à se mobiliser pour remettre l'humain au coeur du débat. Des gens prêts à se mobiliser en faveur d'un développement équilibré, où chacun peut gagner.

L'arbre est l'un des symboles de notre avenir. Partout au Québec, des projets qui témoignent du caractère innovant de l'industrie forestière voient le jour. En fait, utiliser le bois de notre région c'est agir de façon responsable, privilégier une ressource locale, biodégradable, renouvelable et qui constitue une solution à la lutte aux changements climatiques.

Ensemble, poursuivons notre mobilisation. Demain, à Saint-Félicien, une grande marche est organisée pour en faire la démonstration. Je vous invite tous à y participer pour démontrer notre solidarité. Au plaisir de vous y rencontrer!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer