La grande lessive

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sam Hamad... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Sam Hamad

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Le Quotidien

Carol Néron, ancien éditorialiste du Quotidien

DÉBAT / L'ouragan Sam Hamad vient de heurter de plein fouet la campagne électorale de Francyne T. Gobeil. La péquiste Mireille Jean semble voguer tout droit vers une victoire facile...

Les politiciens ont beau prétendre que les sondages négatifs n'ont pas d'effet sur leur moral, il n'en est rien. Ce dernier coup de sonde, à trois jours du vote, a dû se révéler dévastateur sur le moral de l'équipe libérale. Celle-ci peut-elle encore espérer un miracle? Pour en arriver là, il faudrait que les médias administrent en fin de semaine à Pierre Karl Péladeau la même médecine de cheval qu'ils viennent de servir à Philippe Couillard. Sommes-nous à ce point naïfs pour croire que les péquistes lavent plus blanc que blanc, qu'ils n'ont même pas été effleurés à leur naissance et au cours des quelque 45 dernières années par le péché originel? Peut-être ces derniers ont-ils seulement plus de chance que les libéraux après tout; il faut tout de même avouer que leurs petits secrets qui gagneraient à être dévoilés (ils en ont, n'en doutez surtout pas!) se retrouvent rarement sur le radar des chasseurs de scoops!

Les apparences sont souvent trompeuses. En politique, cet adage a force de loi. Le PLQ est de nouveau confronté durement à cette réalité depuis la reprise de la session à l'Assemblée nationale et il se trouve que ces travaux tombent pile avec l'élection partielle dans Chicoutimi. Pour un mauvais karma, c'en est tout un, comme dirait l'autre!

Alliance contre nature

La campagne électorale dans Chicoutimi s'est déroulée à l'Assemblée nationale. Les enjeux locaux, les débats plutôt ternes entre les candidates, n'auront pas fait le poids devant l'alliance ponctuelle et contre nature conclue entre Pierre Karl Péladeau et François Legault. Le péquiste et le caquiste ont fait front commun dans un premier temps pour pousser les libéraux au pied du mur après l'arrestation de Nathalie Normandeau par l'UPAC. Les révélations de Radio-Canada sur Sam Hamad sont venues couronner les efforts réunis des deux chefs. Un sacré beau doublé en quelques jours seulement!

Les libéraux ne semblent même pas avoir la force de contre-attaquer. On comprend mal, en effet, pourquoi ils ne tentent toujours pas d'utiliser, entre autres éléments, certains témoignages entendus dans le cadre des audiences de la Commission Charbonneau sur le financement du Parti québécois. Les médias font preuve eux aussi du même détachement. Trop occupés à se partager les restes de Sam Hamad et de Nathalie Normandeau, ils ne semblent pas vraiment intéressés, par exemple, à nous en apprendre davantage sur ce qu'il est advenu, tel qu'entendu à la Commission Charbonneau, du fameux «deal» qui serait intervenu entre Claude Blanchet, l'époux de Mme Pauline Marois, et la FTQ. Pourtant, n'y a-t-il pas là matière à creuser davantage le sujet?

Silence radio

La Presse, Radio-Canada et Les Affaires se sont brièvement interrogés, au cours des derniers mois, sur des actions à première vue fort questionnables qui auraient pu être posées par Claude Blanchet, avant et pendant le mandat de Mme Marois à la tête du gouvernement et du PQ. Le gâteau n'a pas levé, silence radio total, c'est le cas de le dire.

Le Parti québécois n'est pas sans tache, ainsi que l'ont démontré à quelques reprises des témoignages entendus dans le cadre des audiences de la Commission Charbonneau. Or, personne ne s'en soucie ou si peu. Encore plus incompréhensible, aucun média n'a encore songé à donner suite aux deux arrestations de l'UPAC, effectuées en même temps que celle de Nathalie Normandeau et Marc-Yvan Côté impliquant, notamment, un membre du personnel politique de Mme Pauline Marois à l'époque où elle était première ministre et François Roussy, ex-maire de Gaspé et ancien attaché politique de Gaétan Lelièvre. Faut-il conclure qu'il n'y a que les libéraux d'ici et d'Ottawa, sans oublier pour faire bonne mesure les conservateurs, à devoir se défendre de leurs manquements réels ou supposés face au tribunal de l'opinion publique?

Pour ce qui est de la partielle dans Chicoutimi, reprenons le langage des politiciens en disant que le vrai sondage sera celui de lundi!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer