Chances de surprise lundi ?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Les Chicoutimiens seront appelés à élire un nouveau... (Photo 123RF)

Agrandir

Les Chicoutimiens seront appelés à élire un nouveau député, lundi.

Photo 123RF

Le Quotidien

Raynald Harvey, président de la firme Segma Recherche.

Il n'y a rien que je déteste plus qu'un sondage qui annonce une victoire décisive à quelques jours d'un vote, et ce peu importe le parti qui détient l'avance. D'abord cela tue en bonne partie le suspense et ç'a un impact dévastateur pour les candidats et leurs bénévoles qui travaillent comme des forcenés dans les derniers jours d'une campagne.

Dans l'espoir de maintenir le moral de tous et de raviver un peu le suspense, je me suis amusé à analyser les chances qu'on soit témoins d'une surprise lundi soir dans Chicoutimi.

D'abord la fameuse «marge d'erreur» de ± 4,1%, 19 fois sur 20... Concrètement, cela veut dire qu'un sondage sur vingt donne des résultats excédant la fameuse marge d'erreur. Dans ce cas-ci, le problème c'est que l'écart est de 22 points. En plus, nous avons réalisé deux sondages qui se confirment très logiquement: les problèmes de corruption du PLQ (Normandeau puis Hamad) ont hypothéqué sérieusement la candidature de Francyne T. Gobeil.

La «participation», toujours incertaine dans une partielle... Plus les gens sont scolarisés et âgés, plus ils ont tendance à exercer leur devoir de citoyen. De ce côté, pas de différences significatives chez les partisans des trois premières candidates.

Les «machines à faire sortir le vote» ? En présumant un taux de participation de 50% lundi, chaque tranche de 235 électeurs va égaler 1% du vote. Pour combler l'écart actuel, même en appliquant généreusement la marge d'erreur de nos sondages, les libéraux devront «faire sortir» au moins 4000 personnes de plus que le PQ, ce qui me semble humainement impossible.

Les «discrets» maintenant! En sondage, une certaine théorie veut que les partisans des partis de droite ou des partis ayant mauvaise réputation tendent plus souvent à cacher leur allégeance comme indécis dans les sondages. Nous avons réalisé un groupe test avec 115 répondants par sondage automatisé (qui maintient la totale confidentialité) en même temps que nos entrevues avec agents cette semaine et effectivement il y avait un plus grand nombre de libéraux, mais cela demeurait nettement à l'intérieur de la marge d'erreur.

La dernière possibilité, c'est que l'affaire Hamad s'atténue dans l'esprit des électeurs d'ici le vote, comme l'affaire Normandeau qui avait semblé produire un effet temporaire lors du premier sondage. Compte tenu de son battage médiatique et du fait que cette affaire soit la 2e en peu de temps, ça va prendre sûrement plus que quelques jours pour dissiper cette odeur de corruption qui plane autour du gouvernement Couillard.

Les chances de surprises lundi? Selon moi, elles résident davantage dans l'identité de la candidate qui arrivera deuxième que première.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer