Bâtir ensemble

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le président de la Chambre de commerce du... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le président de la Chambre de commerce du Saguenay, François Gagné.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

 

Le débat
Le Quotidien

Quelles sont les pistes de solutions pour relancer l'économie régionale ? Le président de la Chambre de commerce du Saguenay, François Gagné, se prononce sur la question.

La crise économique qui nous affecte et qui se perpétue depuis quelques années démontre que le modèle économique que nous avions établi a changé. Du moins, il a évolué suffisamment pour imposer un changement des modèles d'affaires des entreprises de la région. Il est révolu le temps où les entreprises pouvaient tirer uniquement leurs profits des industries du bois et de l'aluminium. Elles doivent penser diversification, innovation et exportation. Il est maintenant temps de passer de la dépendance d'une économie de ressources naturelles vers une diversification des activités des entreprises.

Cette vision n'est pas simple à atteindre dans une région qui se classe au quinzième rang sur seize en activité entrepreneuriale. Notre région peut relever ce défi si elle accepte de travailler ENSEMBLE. Il est temps de se relever les manches et de briser les frontières non seulement des quartiers, des municipalités, des MRC, du Saguenay et du Lac, mais également de nos perceptions. Nous devons ouvrir un dialogue fort pour trouver les éléments qui permettront de prendre le virage que nous devons inévitablement prendre. Il en va de la pérennité même du Saguenay-Lac-Saint-Jean. La région a obtenu son pire bilan migratoire depuis six ans. En effet, 550 personnes ont quitté la région l'année dernière. Le taux élevé de chômage, jumelé à une perspective plus faible d'emploi qu'ailleurs, font que la région est moins attrayante. Il faut être innovateur dans nos façons d'agir et de développer, afin de faire en sorte que la région soit dynamique, attractive et qu'elle soit perçue comme telle. Les entreprises doivent devenir des atouts pour le développement de la région.

Il y a plusieurs façons d'y arriver et c'est la raison pour laquelle il faut s'unir, discuter, s'orienter et assumer ensuite notre leadership. Le plan proposé doit être orienté vers une vision commune (sociale, économique et environnementale) et être constamment révisé et suivi. Il faut que tous les acteurs se l'approprient. Ceci n'est pas l'affaire d'une poignée de personnes et il ne faut plus attendre après le politique pour avancer. Les élus nous représentent et avanceront en partenariat avec le milieu.

Nous devons travailler en concertation et travailler sur des enjeux rassembleurs tels que le Plan Nord, l'énergie, l'importation de talents et la survie de nos usines; nous devons préparer des conditions d'accueil solides pour nos entrepreneurs, nos étudiants, nos immigrants, nos industries et nos jeunes; nous devons nous doter d'un plan de démarchage rigoureux et d'une vision d'avenir à long terme, afin d'attirer et intéresser des investisseurs étrangers pour nos projets; nous devons créer des gisements d'opportunités pour nos entrepreneurs avec de nouvelles niches et de l'allègement fiscal; nous devons nous doter d'un plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD) accompagné d'un plan d'action qui influencera l'aménagement, le transport et l'environnement.

La transformation de nos ressources peut être une bonne façon de débuter le cheminement vers la diversification des activités des entreprises. Les industries du bois et de l'aluminium ne sont pas mortes ou endormies, elles sont en pleine mutation! Il s'agit d'opportunités que nous devons saisir comme région. Il est temps d'user d'innovation, de développer les technologies et de laisser la place à la créativité. Nous devons nous ouvrir définitivement sur le monde et utiliser davantage cet outil qu'est l'Internet. Il faut s'en servir pour faire valoir les créneaux de transformation qui seront créés. Ces créneaux pourraient mettre en valeur nos spécificités régionales que sont le bois, l'aluminium et l'agriculture nordique. Nous pouvons commencer les diversifications par la transformation de ces ressources que nous connaissons bien déjà.

Il y a urgence d'agir. Mobilisons-nous et créons ce mouvement qui permettra de jeter les nouvelles bases d'une vision à long terme (10 à 20 ans) qui permettra à la région de se projeter vers l'avenir. Un avenir que nous voulons durable et que nous pourrons façonner tous ensemble!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer