Personnalités La Presse



Le piège du gadget!

Partager

Sur le même thème

En juillet, je vous avais mis en garde dans ces lignes : une nouvelle loi... ((Courtoisie))

Agrandir

(Courtoisie)

 

Myriam Ségal
Le Quotidien

En juillet, je vous avais mis en garde dans ces lignes : une nouvelle loi française risquait fort de séduire les spécialistes québécois de la répression routière.

La loi, qui commence avec des amendes anodines de 20 $, force tous ceux qui ont la garde d'un véhicule terrestre à moteur de plus de 50 cc à garder dans leur véhicule un éthylotest jetable. Durant l'accalmie du temps des Fêtes, que ne vois-je pas mes appréhensions confirmées : Jean-Marie de Koninck et Éduc'alcool souhaitent que la mesure s'applique au Québec! Le but : priver l'automobiliste de la classique excuse, « je pensais que j'étais correct! », en l'obligeant à posséder un outil de vérification accessible en tout temps.

Pourtant, c'est inapplicable et inutile au Québec, techniquement et juridiquement.

Techniquement

Les éthylotests en question, qui coûtent - pour l'instant - moins de 5 $ pièce, sont si compliqués à manipuler qu'un gars, même relativement sobre, y perd son latin à moins d'avoir beaucoup pratiqué à jeun. On casse les bouts d'un tube comprenant des granules de deux couleurs. On expulse les granules blanches, souffle dans un ballon, connecte le ballon sur le tube, le dégonfle, et on voit de quelle couleur virent les granules jaunes... À la noirceur, dans un char, essayez pour voir! Le verdict est hautement approximatif, et le gadget est calibré pour .05. Il faut un système étatique pour homologuer les modèles. Vive le lobby du tube obligatoire, alléché par un marché de 10 millions de gugusses vendus chaque année! J'anticipe déjà l'explosion des coûts et des pots-de-vin...

Les gadgets posent un autre problème : ils ne supportent pas des températures sous zéro. On passerait donc l'hiver à balader nos éthylotests chaque fois qu'on descend de la bagnole pour plus d'une heure.

La France a d'ailleurs reporté plusieurs fois la véritable application de la mesure, entrée théoriquement en vigueur en juillet dernier, mais qui ne fera pas l'objet d'amendes avant mars 2013.

Autre difficulté : si vous vous servez de votre éthylotest, vous êtes en infraction, puisque dès lors, vous n'en avez plus de valide dans la voiture... Il faut donc en acheter deux, que vous jetterez à la poubelle au bout d'un an, car le bidule périme avec le temps. D'où le calcul rapide de 10 millions de gadgets vendus chaque année pour 5 millions de véhicules! À moins d'acheter l'équivalent électronique à 150 $!

Autres bugs

En France, les policiers peuvent en tout temps arrêter un citoyen de façon aléatoire pour vérifier ses papiers, et s'il a tout l'arsenal du matériel obligatoire, dont un triangle de signalisation et un gilet fluo en cas de panne. Au Québec, un policier ne peut intercepter un citoyen que pour un bon motif, c'est-à-dire l'observation d'un comportement douteux.

Autant dire que la mesure française sera décorative chez nous, ne servant qu'à grossir une amende déjà salée...

La mesure n'a encore rien prouvé en matière de prévention, puisqu'elle n'est pas encore appliquée à cause d'une rupture de stock et de toutes ses complications. Attendons de voir l'utilité réelle en France de cette vexation supplémentaire avant de l'imposer au contribuable québécois. Les récidivistes indécrottables, les éméchés qui se croient OK, penseront-ils 2 secondes au petit tube qui dort dans le coffre à gants?

Mais cela fait néanmoins son chemin chez les candides bienpensants bientôt stimulés par les fabricants. Les avocats auront tôt fait de contester la constitutionnalité et la fiabilité de la chose, aux frais des contribuables! D'où des amendes modestes au départ, qui servent surtout à éviter les contestations. Mais tout citoyen sait qu'elles ne manqueront pas d'augmenter jusqu'aux limites de l'intolérable, comme tout ce qu'administre l'état vorace!

L'idée ne constitue en fait qu'un autre traquenard pour pigeonner le citoyen, sous de vertueux prétextes. Pourvu que la naïveté ne contamine pas les ministres!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer