Le déficit caché de Saguenay

Les travaux d'infrastructures pour l'aménagement des conduites d'eau... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Les travaux d'infrastructures pour l'aménagement des conduites d'eau et des égouts de la future caserne de pompiers devant desservir le secteur nord de Chicoutimi ont débuté le long du boulevard Sainte-Geneviève.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Une lettre d'opinion publiée récemment dans ces pages mérite une réflexion approfondie qui, ultimement, pourrait devenir l'un des enjeux les plus importants de la campagne municipale à Saguenay. L'auteur est l'entrepreneur et développeur de projets domiciliaires Laval Fortin, fondateur du Groupe LFL, dont le siège social est établi à Alma. Essentiellement, son argumentaire se décline ainsi : avec du recul, aurait-il été plus sage de privilégier l'entretien du réseau d'égouts saguenéen que de geler, voire réduire le compte de taxes des contribuables ?

L'homme d'affaires réfère à un article publié dans La Presse en octobre 2013, qui établit le « déficit caché de la Ville de Montréal » à quelque 13 milliards de dollars. En tenant compte des extras tels les nouvelles exigences environnementales imposées par Québec, les coûts de dynamitage et l'ancrage nécessaire des conduites pluviales dans certains secteurs, à La Baie par exemple, il estime « très probable » que le déficit caché de Saguenay se situe au-delà de 500 millions de dollars.

Est-ce exact ? Impossible de le confirmer, sinon en se fiant à l'expertise et à la notoriété de M. Fortin, qui ne font aucun doute dans ce domaine. Or, s'il dit vrai, si une dette de plus d'un demi-milliard someille sous nos pieds comme une bombe à retardement, il est impératif que les contribuables en soient informés et que les élus municipaux élaborent un plan de réfection au plus vite. Car comme on dit, plus on attend, plus ça coûte cher. À preuve, refaire les infrastructures d'une rue en 1997 coûtait plus ou moins 1 million de dollars par kilomètre. Aujourd'hui, ce montant a doublé, affirme M. Fortin.  

Il soutient que les 500 $ d'économies de taxes qu'exhibe fièrement le maire Jean Tremblay pour vanter son administration auraient dû servir à l'entretien des infrastructures. Son calcul est plutôt simpliste, certes, mais il permet néanmoins d'étayer son point : 500 $ par porte X 73 352 propriétés résidentielles en 2016 = près de 37 millions de dollars par année. Sur une décennie, ça fait 370 millions ; deux décennies, 740 millions !

Ce qui nous ramène à la question initiale : aurait-il été sage de privilégier l'entretien des infrastructures plutôt que de faire du gel de taxes un enjeu électoral ?

En 2001, lors de la première élection de la ville fusionnée, Jean Tremblay a terrassé l'ensemble de ses adversaires en s'engageant, notamment, à geler les taxes au cours de son mandat. Cette politique lui a été si profitable qu'elle est devenue récurrente, campagne après campagne.  

Qu'est-ce qu'on fait ?

Nous sommes néanmoins à l'aube d'un changement de garde à Saguenay. À quatre mois du prochain scrutin municipal, il sera intéressant de voir si les différents candidats à la mairie oseront se compromettre en regard des infrastructures souterraines de la ville, sans se limiter uniquement au procès de l'administration Tremblay.

S'il y a bel et bien un demi-milliard de travaux à réaliser, il faudra bien plus qu'un discours ponctué de reproches futiles et de vagues promesses. Il faudra un plan clair, défini, réaliste et surtout, des sommes précises qui seront appliquées spécifiquement à ce « déficit caché ».

Tous savent bien qu'aménager les abords d'une rivière est plus rentable à l'urne que d'évoquer des hausses de taxes essentielles au maintien des immobilisations. Mais dans une ville où le réseau routier est pitoyable, où le parc immobilier est dans un piteux état et où, supposément, les égouts doivent subir une cure de rajeunissement majeure, l'heure n'est plus aux artifices.

L'ère du populisme est révolue à Saguenay.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer