Drôle de façon d'obtenir plus

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a profité... (Le Progrès, Michel Tremblay)

Agrandir

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a profité de la conférence de presse de vendredi pour régler ses comptes avec les députés Denis Lemieux et Serge Simard.

Le Progrès, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Saint-Hilaire
Le Quotidien

ÉDITORIAL / Pendant 20 ans, s'il est une chose à laquelle le maire Jean Tremblay nous a habitués, c'est bien de dire tout haut ce qu'il pense, sans filtre et sans crier gare. Parfois pour des raisons personnelles, d'autres fois à des fins stratégiques, plusieurs ont goûté à sa médecine : journalistes, politiciens, gens d'affaires, adversaires idéologiques. Et la semaine dernière, devant micros et caméras, en marge d'une annonce d'investissements, il s'est payé deux députés d'un seul coup de gueule.

Visiblement pris de court, les députés provincial et fédéral, Serge Simard et Denis Lemieux respectivement, ont tenté une riposte sur le vif, mais affronter le maire Tremblay dans une joute verbale, spontanément, sans être préparé préalablement, nécessite des habiletés de communications hors pair. Tous deux ont bien essayé de désamorcer la bombe à leur façon, Serge Simard par les nuances polies, Denis Lemieux par la confrontation, mais il était déjà trop tard.

Jean Tremblay a le sens du spectacle. « Je trouve qu'on n'est pas gâtés. » Ça ne pouvait être plus clair. Mais, derrière cette déclaration inattendue, il y a lieu de se demander pourquoi le maire s'est acharné ainsi sur ceux qui sont les mieux placés pour porter les dossiers de la Ville jusqu'à Québec et Ottawa.

Entre quatre murs, il arrive que les élus lèvent le ton entre eux. Les divergences d'opinions sont plus fréquentes qu'on oserait le croire. Toutefois, devant une salle bondée de journalistes, une telle prise de bec est plutôt digne d'une conférence de presse moussant la tenue d'un combat de boxe. L'événement est encore plus surprenant lorsque les émissaires gouvernementaux sont présents pour confirmer des octrois de millions de dollars. Dans ce cas-ci, ce sont 8,2 millions qui ont été accordés pour les réseaux d'aqueduc et d'égouts de quatre municipalités.

Le prochain conseil

Est-ce que la fronde de Jean Tremblay forcera les députés à presser le pas dans certains dossiers, notamment ceux de l'aéroport de Bagotville et du Centre Georges-Vézina ? Leur en avait-il même déjà parlé de façon individuelle ? De son côté, Serge Simard affirme n'avoir jamais été sollicité pour la réfection de l'aréna, ce que corrobore le maire puisque ce dernier dit avoir contacté directement le premier ministre Philippe Couillard dans ce dossier.

Manifestement, le maire de Saguenay souhaite compléter ces projets avant de tirer sa révérence. En prenant la place publique pour exprimer son mécontentement envers les députés de sa circonscription, il semble vouloir leur transférer toute la pression. Ainsi, il pourra toujours prétendre que de son côté, le travail a été fait.

Or, à l'aube d'un changement de garde à Saguenay, ne serait-il pas plus sage d'attendre les orientations du prochain conseil de ville avant d'endosser de grands projets comme ceux mentionnés précédemment ? À six mois des prochaines élections municipales, rien ne presse. Et après une sortie comme celle de vendredi, les députés Lemieux et Simard souhaitent-ils vraiment enrichir l'héritage politique de celui qui vient de les apostropher sévèrement et sans prévenir ? L'humain étant ce qu'il est, il y a lieu d'en douter.

Des ponts à reconstruire

Cette escarmouche devrait rapidement sombrer dans l'oubli. Cependant, s'il est une leçon à retenir, c'est qu'il y a un besoin criant, pour Saguenay, d'entretenir un dialogue plus constructif avec les paliers de gouvernements supérieurs, quelles que soient leurs couleurs politiques. Lorsqu'on entend dire que l'hôtel de ville n'a pratiquement plus aucune communication avec ses députés locaux - ceux qui sont au pouvoir comme ceux qui oeuvrent au sein de l'opposition -, il y a de quoi être inquiet.

Espérons que le prochain maire ou la prochaine mairesse saura mieux comprendre cette nuance importante, voire capitale en politique.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer