Ébranlée dans ses fondations

L'UPAC a mené des saisis dans à l'hôtel... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'UPAC a mené des saisis dans à l'hôtel de ville de Saguenay et dans les quartiers généraux de Promotion Saguenay.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Il est difficile de croire que l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ait investi l'hôtel de ville ainsi que les quartiers généraux de Promotion Saguenay uniquement pour deux voyages en France, effectués par l'ex-conseiller Fabien Hovington et le conseiller suspendu Bernard Noël. L'hypothèse selon laquelle les perquisitions de mercredi ont un lien avec celles survenues il y a près d'un an, aux bureaux de l'Office municipal d'habitation (OMH), apparaît nettement plus plausible.

Une chose semble certaine: l'UPAC enquête depuis longtemps sur l'administration municipale de Saguenay. Jusqu'ici, le Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec n'a enregistré aucune accusation contre le maire Tremblay ou contre quelque autre membre de sa garde rapprochée, faut-il préciser. Il en est de même à l'égard de tout autre conseiller. Il demeure que les frappes répétées de l'escouade démontrent que les enquêteurs sont sur une, voire plusieurs pistes, sinon comment justifier un déploiement comme celui d'hier?

Avec les informations filtrées que l'organisation transmet aux médias, il est impossible d'identifier la cible exacte des enquêteurs. Peut-être qu'au bout du compte, leurs travaux n'accoucheront que d'une souris, qui sait? Ceci dit, chaque opération du genre doit être justifiée auprès des autorités et doit s'appuyer sur des motifs bien définis. On ne mobilise pas un tel contingent de policiers sur la foi de deux ou trois plaintes non vérifiables. Car, chaque fois qu'elle intervient dans un hôtel de ville, à Saguenay où ailleurs, l'UPAC ébranle les fondations de cette institution qui est sensée symboliser: démocratie, magistrature, administration publique, transparence. Bref, on ne frappe pas à la légère.

Dès les premières heures de la journée de mercredi, le maire Jean Tremblay a suggéré que cette intervention était liée à des «voyages de certains conseillers», une allusion qu'on associe spontanément aux excursions de Noël et Hovington. En admettant qu'il frappe dans le mille, est-il probable que l'UPAC analyse le système municipal dans son ensemble, après que celui-ci ait démontré des failles manifestes? Est-il possible que les enquêteurs tentent de savoir si d'autres élus ou fonctionnaires ont voyagé aux frais des contribuables?

Bien que nécessaire aux fins d'enquête, le brouillard entourant ce type d'opération suscite plusieurs interrogations, mais ne laisse transpirer que très peu de réponses. Il ouvre la porte à la spéculation et, ultimement, alimente le cynisme populaire à l'endroit du monde politique. La nature a horreur du vide.

Le coup d'éclat de mercredi, comme celui visant l'OMH en 2015, frappe l'imaginaire. Mais, rien ne dit que l'UPAC n'est pas intervenue ailleurs à Saguenay, plus discrètement, sans tambour ni trompette, au cours des dernières années. En ce sens, il est important de rappeler que les enquêteurs ne travaillent pas pour les caméras, mais bien pour découvrir la vérité. Dans le cas de l'UPAC, précisément, le mandat des agents concerne l'administration publique, dans des dossiers tels que la corruption, l'abus de confiance et la fraude.

Jean Tremblay s'est toujours fait un point d'honneur de défendre l'intégrité de son organisation et de ses proches, sur toutes les tribunes et en toutes circonstances. Encore mercredi, alors que les policiers occupaient l'hôtel de ville, il affirmait n'avoir rien à se reprocher, se portant ainsi garant de l'honnêteté de ses plus proches alliés. En tant que maire et président de l'assemblée qu'est le conseil municipal, il lui revient d'être imputable et de répondre des agissements de ceux à qui il a accordé sa confiance. Prions pour que ces derniers se soient montrés dignes de la foi que leur a professée le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer