Le tapis rouge

Le député de Chicoutimi-Le-Fjord, Denis Lemieux.... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le député de Chicoutimi-Le-Fjord, Denis Lemieux.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Le député Denis Lemieux a réalisé un coup de maître en obtenant la tenue du caucus national du Parti libéral dans sa circonscription de Chicoutimi-Le Fjord. À compter d'aujourd'hui, les plus hautes instances au pays seront réunies au Saguenay-Lac-Saint-Jean et pourront non seulement découvrir les plus beaux atours de la région, mais surtout être saisies des enjeux prioritaires et des besoins de celle-ci.

Doit-on s'attendre à une annonce majeure en marge de cette rencontre au sommet, comme ce fut le cas en 2002 lorsque les premiers ministres fédéral et provincial de l'époque, Jean Chrétien et Bernard Landry, ont mis de côté leurs divergences idéologiques pour confirmer, d'une même voix, la réalisation de la route à quatre voies divisées dans la réserve faunique des Laurentides? Il n'y a rien de moins sûr et ceux qui avaient des attentes démesurées devront vraisemblablement se résigner.

Au pouvoir depuis moins d'un an, il aurait été impensable pour le gouvernement de Justin Trudeau d'attacher un engagement d'une telle ampleur, en si peu de temps.

Par contre, on ne peut douter des retombées significatives qui découleront de ce caucus libéral.

Au cours des prochains jours, les députés et ministres définiront les politiques gouvernementales et les programmes d'infrastructures qu'ils mettront de l'avant dès la prochaine rentrée parlementaire.

Le moment ne pourrait être mieux choisi pour semer des graines en fonction de l'avenir.

Pour la plupart des participants, il s'agit d'une première visite sur le territoire du Royaume, qui a longtemps été une énigme pour le Parti libéral du Canada. La disette a duré près d'une douzaine d'années, soit depuis 2004, alors qu'André Harvey s'est incliné face à Robert Bouchard du Bloc québécois dans Chicoutimi-Le Fjord. Depuis, et jusqu'au soir où Denis Lemieux a reconquis ce même siège, en octobre 2015, aucun candidat libéral de la région n'a été élu à la Chambre des communes.

Malgré cette rupture de plus d'une décennie, au cours de laquelle la base libérale s'est effritée considérablement, le premier ministre a accepté l'invitation de son député. Plus qu'une marque de reconnaissance à l'égard de Denis Lemieux, Justin Trudeau a ainsi démontré une ouverture encourageante envers les régions du Québec, des territoires durement éprouvés sur le plan économique. Aucun rapport de fonctionnaire, aussi détaillé soit-il, n'est plus persuasif qu'une visite sur le terrain, en compagnie des acteurs directement concernés.

Tout à gagner

S'il y a peu de chances que le gouvernement se compromette de façon aussi spectaculaire qu'en 2002, il devra néanmoins se prononcer sur différents dossiers de première importance pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La Base de Bagotville peut-elle espérer l'ajout d'un escadron de drones à vocation militaire, tel qu'espéré par le député Lemieux? Quand prévoit-on remplacer les appareils CF-18 par des chasseurs de nouvelle génération, essentiels à la pérennité de la base aérienne?

Les représentants de l'industrie forestière voudront eux aussi obtenir des réponses quant aux négociations pour le renouvellement de l'accord sur le bois d'oeuvre avec les États-Unis. Au Québec, la forêt procure de l'emploi à quelque 60 000 travailleurs et les exportations annuelles se chiffrent à 8,7 milliards de dollars, selon des données de 2014. Le gouvernement entend-il appuyer financièrement les entreprises si les Américains mettent leurs menaces à exécution et imposent des tarifs douaniers sur les produits issus de la forêt canadienne? Peut-on, par ailleurs, élaborer une entente qui permettrait au régime forestier québécois d'être reconnu sans égard à celui des autres provinces?

Quels sont les plans d'avenir pour le Centre des technologies de l'aluminium, une succursale du Centre national de recherches du Canada et un pilier de la transformation de l'or gris?

Quand prévoit-on confirmer les 20 millions promis par Denis Lemieux pour la mise en place d'un Centre de recherche universitaire interdisciplinaire sur la qualité et les saines habitudes de vie à l'UQAC?

La région a tout à gagner cette semaine, ne serait-ce qu'en rappelant à Justin Trudeau l'importance de chacun de ces dossiers. Denis Lemieux a mis la table, qu'on déroule maintenant le tapis rouge.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer