Alma la rassembleuse

Les maires Marc Asselin et André Paradis confirment... (Photo Le Quotidien, Laura Lévesque)

Agrandir

Les maires Marc Asselin et André Paradis confirment la fusion imminente du CLD Lac-Saint-Jean-Est et le Service de développement économique d'Alma.

Photo Le Quotidien, Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Alma aurait très bien pu faire cavalier seul et se doter d'une structure de développement économique sans se soucier de ses municipalités environnantes. À une époque pas si lointaine, alors que les élus de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est s'entredéchiraient, une initiative comme celle présentée lundi aurait été inapplicable. Or, le nouvel organisme semble avoir été élaboré dans le respect des réalités propres à chacune des municipalités du territoire. Bref, on a pris le temps de bien faire les choses, dans un esprit de collaboration.

En septembre 2013, alors qu'il terminait son premier mandat à la tête du conseil d'Alma, le maire Marc Asselin avait manifesté le désir de doter sa ville d'une entité indépendante, dédiée au développement économique et inspirée de Promotion Saguenay. «L'idée est d'avoir une structure en mesure de suivre les gens d'affaires. En général, ce sont des personnes qui décident rapidement. Une structure publique, municipale, demande beaucoup d'analyse, de réflexion, de résolutions. Tout ça fait en sorte que, souvent, on manque le bateau. Souvent, on passe à côté d'investissements qui vont atterrir ailleurs parce qu'on n'a pas été, entre guillemets, assez vite. Ça, je le vois», avait-il déclaré en entrevue.

Il était grand temps que la capitale jeannoise aille de l'avant, avec un modèle inspiré d'agglomérations de son envergure telles que Victoriaville, Rimouski et Drummondville. Alma devait tenir compte des localités périphériques et assumer son rôle de leader dans cette démarche. À terme, il ne fait aucun doute qu'une telle approche sera rentable non seulement pour la ville centre, mais pour les populations de la MRC, de Saint-Ludger-de-Milot à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix.

Combler le vide

Y a-t-il lieu de rappeler à quel point il est ardu pour un entrepreneur de franchir toutes les étapes menant jusqu'à la voûte d'Investissement Québec? L'appareil gouvernemental du Québec est le plus assommant en Amérique du Nord, affirmait Marc Asselin lors d'un entretien téléphonique, quelques instants après son point de presse de lundi. En englobant la mission du Centre local de développement de Lac-Saint-Jean-Est au sein de la nouvelle structure, dont le nom reste à déterminer, les élus souhaitent bonifier le service d'accompagnement offert aux entreprises désireuses de s'implanter dans leur secteur.

Le CLD cohabitera désormais, sous une même enseigne, avec une brochette de corporations paramunicipales, notamment le Centre d'excellence des drones, Tourisme Alma-Lac-Saint-Jean, le Centre de villégiature Dam-en-Terre et l'Aéroport d'Alma. Cette synergie ne peut être que positive pour l'une et l'autre des parties prenantes.

Politique et monopole

Le danger qui guette toutefois l'organisation est qu'elle en vienne à ratisser trop large, qu'elle étende ses tentacules jusque dans les entrailles de toutes activités économiques, culturelles et promotionnelles du territoire, et qu'ultimement, elle détienne un monopole malsain.

On devra également éviter qu'elle se transforme en levier électoral pour les politiciens qui en auront la responsabilité. Il sera tentant, en effet, de s'approprier les succès de la structure, notamment pour celui qui occupera le siège de maire d'Alma, que ce soit Marc Asselin ou un éventuel successeur. D'office, le maire d'Alma sera nommé à la présidence de la structure pour des raisons évidentes de représentativité. Alma s'est engagée à investir quelque 2 millions de dollars annuellement dans l'organisation pour assurer les opérations des différentes entités qui la composent.

Il est primordial qu'un mécanisme soit immédiatement mis en place afin de prévenir que l'argent des contribuables serve la cause d'un élu. Car, comme c'est le cas pour Promotion Saguenay, chaque action de la structure de développement de Lac-Saint-Jean-Est sera scrupuleusement analysée par les citoyens intéressés à la chose politique.

Dans ces conditions, les meilleurs arguments demeureront toujours la transparence et le respect du droit d'accès à l'information.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer