L'argent qui sommeille

Philippe Couillard... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Philippe Couillard

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Il y a de l'argent qui dort dans les coffres du Québec, disponible pour des projets structurants. Le problème, selon le premier ministre Philippe Couillard: trop peu de dossiers sont soumis à Investissement Québec. Dans le contexte où la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean a grand besoin de diversifier son économie, de voir naître des PME et de s'affranchir de sa dépendance à la grande industrie, il y a lieu de se demander ce qui cloche?

Lors de son passage devant le Cercle de presse du Saguenay, mardi matin, le premier ministre a insisté sur la capacité d'Investissement Québec d'appuyer financièrement les promoteurs. Le capital est là, a-t-il déclaré, mais il faut des projets.

Doit-on conclure que l'ingéniosité et la fibre entrepreneuriale sont des qualités disparues au Québec? Bien sûr que non!

Serait-ce donc que les gens d'affaires ne savent plus à qui s'adresser à l'intérieur d'un appareil gouvernemental devenu trop lourd, trop lent, inefficace?

La semaine dernière, le candidat à la chefferie du Parti québécois, Alexandre Cloutier, faisait justement état des difficultés rencontrées par ceux qui souhaitent se lancer en affaires ou faire croître leur entreprise, particulièrement sur le territoire des régions. Le député de Lac-Saint-Jean n'est pas encore chef de sa formation politique, et encore moins à la tête d'un gouvernement, mais son projet de fusionner au sein d'une même Église le développement économique, l'accompagnement aux entreprises et l'aide à l'exportation, est une idée à tout le moins inspirante. L'implantation d'un guichet unique, avec des bureaux satellites répartis sur l'ensemble du territoire québécois et dont le mandat serait d'accompagner un promoteur dans chaque étape de son projet - voire au-delà -, faciliterait sans aucun doute l'accès aux programmes d'aide de l'État.

Philippe Couillard constate lui aussi des lacunes dans la structure actuelle et critique sévèrement Investissement Québec, une organisation qui manque de «vigueur» et qui pourrait mieux s'acquitter de son devoir d'accompagnement. Il fait mention d'une «culture d'entreprise» à revoir et ne se gêne pas pour comparer, au passage, la performance des fonctionnaires d'IQ à celle des employés de la Banque de développement du Canada (BDC). «Ce n'est pas normal, il y a plein de ressources (financières)», a-t-il exprimé mardi, en précisant qu'il faut déployer davantage d'efforts sur «le terrain». Le premier ministre Couillard croit que l'ancienne dirigeante du Mouvement Desjardins, Monique Leroux, récemment nommée à la présidence du conseil d'administration d'IQ, saura casser le moule existant. On verra bien.

Quand l'opposition et le pouvoir s'entendent pour dire qu'Investissement Québec doit être remodeler, c'est qu'il faut agir et vite.

Saisir l'occasion

Quoi qu'il en soit, le fait est qu'il y a des fonds disponibles pour mener une idée à terme au Québec, mais trop peu de projets soumis aux gestionnaires desdites enveloppes. Aussi, en attendant la création d'un éventuel guichet unique, une révision des façons de faire chez Investissement Québec ou toute autre solution, les organisations et regroupements dédiés au développement régional ne devraient-ils pas se bousculer aux portes de l'État pour s'enquérir d'une part du pactole québécois? La Société de la Vallée de l'aluminium ne rêve-t-elle pas, depuis des années, d'une fonderie qui permettrait d'approvisionner les transformateurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean en aluminium liquide? Les agriculteurs ne profiteraient-ils pas d'un accès à un abattoir dans la région? Le projet des Serres Toundra à Saint-Félicien, qui génèrera plus de 400 emplois, n'inspire-t-il pas d'autres municipalités à se tourner vers ce type de production?

Une chose est sûre, malgré les promesses politiques, la région n'a pas le loisir d'attendre indéfiniment que la montagne se rende à Mahomet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer