Une brise d'optimisme

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean ne va peut-être pas si mal que ça, en fin du compte. (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean ne va peut-être pas si mal que ça, en fin du compte.

Ce matin, Desjardins rend publiques ses prévisions économiques pour le Québec et, de façon étonnamment bien détaillée, pour la région. L'exercice aborde l'ensemble des secteurs d'activités et laisse entrevoir une lueur d'espoir, lorsqu'analysé d'un point de vue global.

On ne parle pas du Klondike, certes, ni d'une performance supérieure à la moyenne québécoise. Toutefois, une série d'indices sont favorables et méritent qu'on s'en inspire comme collectivité, alors que nos principaux moteurs économiques, l'aluminium et la forêt, tardent à rebondir.

Une série d'initiatives prometteuses sont énumérées dans le document : le projet agricole des Serres Toundra à Saint-Félicien qui représente un investissement de 100 millions de dollars ; les projets miniers de Métaux BlackRock et d'Arianne Phosphate ; l'implantation, cette année, d'un premier parc éolien au Lac-Saint-Jean, soit celui de la coopérative Val-Éo, dans le secteur de Saint-Gédéon ; l'importante mise à niveau du Zoo sauvage de Saint-Félicien, rendue possible, notamment, grâce à une participation de Québec de 25 millions de dollars ; la construction de la minicentrale hydroélectrique de la Onzième Chute sur la rivière Mistassini ; la valorisation d'un éventuel écoparc industriel à Saint-Fulgence.

À Saguenay, la revitalisation du boulevard Talbot, la métamorphose du secteur centre-ville de Jonquière, la rénovation attendue du Centre Georges-Vézina et l'espoir suscité par le projet d'usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec sont également mentionnés par les économistes de Desjardins. On aurait pu y ajouter la construction d'un soccerdôme par l'entreprise IntenCité, un exemple génial de partenariat public-privé qui se traduit par un investissement d'une vingtaine de millions de dollars.

Bien que n'étant pas évoquée dans l'étude, l'effervescence observée actuellement à Alma, à l'aube du 150e anniversaire de la capitale jeannoise, constitue elle aussi un signal positif.

Après le sommet

L'embellie annoncée par Desjardins confirme que la région est encore bien vivante, mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Plusieurs des projets énumérés seront sans doute retardés, sinon abandonnés. À cela s'ajoutent les éternelles questions : le marché de l'aluminium reprendra-t-il de la vigueur ? L'industrie forestière, incluant les pâtes et papiers, se relèvera-t-elle enfin ? Le Plan Nord renaîtra-t-il de ses cendres ?

Une chose est certaine, le Saguenay-Lac-Saint-Jean ne pourra attendre indéfiniment des réponses et aspirer à la prospérité en s'appuyant uniquement sur des projections économiques, aussi optimistes soient-elles.

En juin 2015, le gouvernement Couillard a organisé un sommet économique dont l'objectif était, justement, d'élaborer une stratégie actualisée de développement. Près d'un an plus tard, ce grand choc d'idées n'a engendré que très peu de mesures concrètes. Des groupes de travail ont néanmoins été formés afin de mettre en application les recommandations issues du sommet.

Les solutions qui naîtront de cette démarche seront déterminantes pour l'avenir du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Y aura-t-il des politiques incitatives ? Des fonds dédiés aux petites et moyennes entreprises ? Le décret de nouveaux créneaux exclusifs comme, autrefois, celui de la transformation de l'aluminium ?

Chaque semaine, malgré les crises qui frappent l'industrie manufacturière, la soif de vivre des Saguenéens et des Jeannois se manifeste par des réussites, petites et grandes. Imaginez si le sommet économique de 2015 accouche enfin de mesures d'encouragement efficaces et porteuses d'avenir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer