De la mairie au Parlement

Francyne T. Gobeil représentera le Parti libéral du... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Francyne T. Gobeil représentera le Parti libéral du Québec lors de l'élection partielle dans la circonscription de Chicoutimi.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir occupé l'hôtel de ville de Saguenay pendant près de deux décennies, l'administration du maire Jean Tremblay s'invite à l'Assemblée nationale, à l'intérieur même du gouvernement libéral de Philippe Couillard.

Stéphane Bédard n'avait pas encore terminé son allocution de départ que déjà, la marche vers Québec était lancée pour ceux et celles qui gravitent autour du maire et qui, à l'écart des projecteurs, ont été parties prenantes de son règne. Dimanche soir, c'est derrière Francyne T. Gobeil qu'ils se sont officiellement rangés avec, au poignet, un bracelet témoignant de leur allégeance. 

Sans surprise, c'est avec une majorité de quelque 70% que leur candidate a terrassé son adversaire Serge Bergeron, un natif de Chicoutimi qui travaille à l'extérieur de la circonscription depuis des années. Malgré les efforts déployés par l'aspirant, malgré toute sa bonne volonté, le dénouement était inévitable. La machine derrière Francyne T. Gobeil était trop bien rodée et surtout, trop déterminée pour se faire doubler lors d'une telle investiture. Cette course avait davantage des allures de camp préparatoire, en prévision du véritable affrontement contre les forces souverainistes du Saguenay-Lac-Saint-Jean. 

L'héritage du maire

Dimanche, le ministre délégué Jean D'Amour, titulaire des Affaires maritimes, faisait observer que jamais une investiture libérale n'a suscité un tel engouement dans Chicoutimi. Depuis 1973, en effet, chaque tentative visant à détrôner le Parti québécois s'est soldée par un échec. Aussi est-il tout à fait normal que la base libérale saguenéenne se soit essoufflée au fil du temps, jusqu'à se résumer à quelques dizaines de militants. 

Cette fois-ci par contre, la situation est fort différente. Les libéraux miseront sur une organisation expérimentée, qui a dicté sa loi pendant une vingtaine d'années sur l'échiquier municipal. Toutefois, la marche est haute entre la mairie et le Parlement. Dans les ligues majeures, chaque parole et chaque geste sont analysés de façon méthodique. La candidate ne pourra se fier uniquement sur quelques annonces et autant de sorties à l'emporte-pièce pour espérer remporter sa mise. Il faudra une stratégie bien ficelée et suivie à la lettre, sans faux pas.

L'ancienne directrice de cabinet de Jean Tremblay sait également que son destin est indissociable de l'héritage du maire. Aussi, une question se pose: dans quelle proportion les contribuables de Saguenay souhaitent-ils que son oeuvre se perpétue, par personnes interposées, jusque dans les entrailles du gouvernement du Québec? Ce facteur sera déterminant, encore plus que la présence du premier ministre Philippe Couillard dans la circonscription voisine de Roberval.

Le test de PKP

On ne sait pas encore qui de la femme d'affaires Mireille Jean, du pompier Mario Gagnon ou de l'ex-candidate bloquiste Élise Gauthier, portera les couleurs du Parti québécois dans cette élection partielle. On peut néanmoins affirmer que les forces souverainistes de toute la région se mobiliseront comme jamais afin de conserver le siège laisser vacant par Stéphane Bédard, en octobre dernier. Les péquistes ont retenu la leçon de l'élection générale de 2014, alors que le candidat libéral, Michel Mallette, est passé à un cheveu de surprendre, avec un retard d'à peine 1600 voix sur le député Bédard. 

Depuis 1974, le Parti québécois n'a jamais mordu la poussière dans Chicoutimi et tous, au sein des troupes souverainistes, sont conscients de l'importance de cette partielle, surtout le chef Pierre Karl Péladeau. Une défaite serait catastrophique pour l'ancien président de Québecor. Même une victoire à l'arraché comme celle de 2014 aurait l'effet d'une gifle. 

Dans cette partielle, le PQ a tout à perdre alors que les aspirants libéraux ont, quant à eux, tout à gagner. Et pour une rare fois, leurs chances sont bien réelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer