S'inspirer de Saint-Félicien

Gilles Potvin.... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Gilles Potvin.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Très inspirant, le travail des gens de Saint-Félicien qui se sont unis autour d'un rêve, celui du maire Gilles Potvin, pour assurer leur avenir plutôt que de s'apitoyer sur leur sort en espérant la relance de l'industrie forestière.

Avant la fin de l'année, les premiers concombres d'appellation Serres Toundra seront produits, puis acheminés dans les épiceries IGA du Québec. Loin d'être une finalité, cette étape marquera la naissance d'une industrie au potentiel immense.

Les grandes lignes de ce projet ont été maintes fois répétées: un complexe serricole de 35 hectares, fruit d'un investissement de 100 millions$, qui procurera de l'emploi à 400 personnes d'ici 2020. Sans en faire une condition sine qua non, on espère que les futurs travailleurs soient des gens du coin, qui seront partie prenante du succès de l'entreprise.

Car, une chose est certaine: les promoteurs Éric Dubé et Caroline Fradet, de même que leurs partenaires, Produits forestiers Résolu et la Ville de Saint-Félicien, voient déjà bien au-delà des dizaines de millions de concombres qui seront produits annuellement. Ces derniers se sont engagés à démontrer la viabilité d'une serre en territoire nordique, douze mois par année, dans une démarche à haute valeur environnementale.

On estime qu'en utilisant les rejets thermiques industriels de PFR pour chauffer les installations, l'économie annuelle d'émissions de gaz à effet de serre sera de plus de 50 000 tonnes d'équivalents CO2. C'est sans compter les émissions attribuables au transport des produits cultivés à Saint-Félicien plutôt qu'en Amérique du Sud.

Un partenaire majeur

Produits forestiers Résolu aurait pu décliner toute participation dans les Serres Toundra en plaidant que la serriculture ne fait pas partie de ses activités. Or, au contraire, le pdg Richard Garneau s'est investi personnellement dans l'aventure. Il a adopté le projet.

PFR possède plus d'une centaine d'hectares de terres en périphérie du site des Serres Toundra. Aussi, si l'expérience des concombres est concluante, ne serait-il pas naturel qu'on fasse de même avec d'autres variétés de fruits et légumes, dans une optique d'autosuffisance alimentaire souhaitée par le gouvernement? La diversification des denrées produites ici est un sujet qui tombe à point alors que le prix des aliments importés est sujet à des variations aussi fréquentes qu'incontrôlables.

Occasions de s'épanouir

Au-delà de la production, les Serres Toundra sont présentées telle une vitrine technologique exceptionnelle. Les promoteurs ont choisi la société hollandaise Kubo, un chef de file mondial dans son domaine.

La construction d'un complexe aussi moderne à Saint-Félicien suscitera l'intérêt de toute l'industrie, certes, mais elle sera aussi l'occasion pour d'autres organisations du Saguenay-Lac-Saint-Jean de s'épanouir.

Le phénomène s'est produit dans le secteur de l'aluminium, où la présence des usines d'électrolyse a grandement contribué à l'avènement des équipementiers et des centres de recherche. La mise sur pied d'un centre de R&D dédié à la serriculture en territoire nordique serait-elle envisageable? L'organisation Agrinova pourrait aisément s'acquitter d'un tel mandat.

Et tant qu'à pousser la réflexion, ne pourrait-on pas privilégier l'aluminium plutôt que l'acier pour les composantes structurelles,lors d'éventuelles phases d'expansion? La présence au Saguenay-Lac-Saint-Jean d'une usine d'extrusion, d'alumineries et de centres de recherche favoriserait certainement cette approche novatrice.

Tout est parti d'une idée abstraite à l'époque, celle d'un écoparc alimenté par les rejets thermiques de la grande industrie. Le maire Gilles Potvin a fait taire les sceptiques en faisant preuve de leadership et de convictions si bien qu'aujourd'hui, tous les espoirs sont permis.

Il a battu le sentier, il ne reste plus qu'à suivre son pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer