Une pierre à la fois

ÉDITORIAL / Le projet de réfection du Centre Georges-Vézina (CGV), tel que... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Le projet de réfection du Centre Georges-Vézina (CGV), tel que proposé par le maire de Saguenay, dans la dernière édition du Progrès-Dimanche, a enflammé une bonne partie des citoyens, principalement ses opposants. L'accueil très émotif a relégué en arrière-plan plusieurs pièces qui forment le grand casse-tête!

Jean Tremblay, avec plans et documents à l'appui, a lancé son projet de rénovation du principal amphithéâtre saguenéen, au coût de 25 millions$, qui met dans la balance la patinoire olympique et le déménagement temporaire des Saguenéens à Jonquière.

Besoins

Le projet du maire n'est toutefois pas nouveau puisqu'il s'était engagé à faire des investissements importants quand un comité de personnes bénévoles et les Saguenéens ont soumis la candidature de Saguenay dans le but de présenter la Coupe Memorial, en 2015. Ces investissements, toutefois, n'étaient pas de cet ordre.

Puisqu'il s'agit de fonds publics, d'un équipement collectif et d'une équipe qui appartient à la communauté, il est permis de se poser toutes les questions, qu'elles soient politiques, financières ou de pertinence.

D'abord, le CGV a-t-il besoin d'être rénové ou reconstruit? Dans un monde idéal, oui. Le «colisée» comme l'appelaient nos pères, a besoin de retouches majeures, notamment aux vestiaires et aux douches, sans compter que les stigmates du passé sont visibles des coulisses. Et que dire du toit qui a atteint sa limite portante depuis l'installation d'un nouveau tableau indicateur? En fait, est-il digne de la septième ville en importance au Québec? Vous direz qu'il s'agit d'une question de priorités, oui, et il faut en débattre justement.

Deuxièmement, un des éléments intéressants du projet mis sur la table est que l'emplacement demeure le même, soit en plein coeur de l'arrondissement de Chicoutimi, à quelques pas du centre-ville, du secteur commercial (Talbot) et près de l'université, du cégep et d'autres écoles secondaires et, surtout, accessible, pour plusieurs, à pied et par le transport en commun. Un neuf ou une rénovation, il s'agit d'un endroit stratégique.

Ensuite, faut-il abandonner la dimension olympique de la glace et le centre d'entraînement des patineurs (de vitesse) de la région? Si vous vous êtes posé la question dimanche, vous avez eu la réponse aux Championnats canadiens, qui avaient lieu à Montréal! Le Saguenay-Lac-Saint-Jean a fait un, deux et trois sur le podium féminin et deux, au masculin. Oui, il serait dommage de renoncer à cet équipement qui nous distingue des autres régions.

Toutefois, faut-il maintenir le Centre Marc Gagnon au sein du CGV? La question se pose, mais là, c'est vraiment dommage, parce que Saguenay a construit au cours des dernières années des amphithéâtres à l'université et à La Baie et rénové deux autres, soit Kénogami et l'aréna du Plateau, devenu Marina Larouche. Vous devinerez que s'il y avait eu une vision à court, moyen et long terme pour les amphithéâtres, la Ville en aurait profité pour se positionner et affirmer que la glace olympique et le hockey en Amérique font difficilement bon ménage même si l'Europe nous rattrape en terme de développement de joueurs de hockey professionnels sur de grandes patinoires!

Donc, il aurait été faisable (et même souhaitable) de délocaliser le Centre Marc Gagnon dans la perspective de rénovation ou de reconstruction du CGV.

Transparence

Enfin, vaut-il mieux rénover ou construire? C'est une question d'experts à laquelle la Ville doit répondre avec des informations précises sur les coûts, le produit final et sur la capacité de payer des contribuables. Il est important de savoir si on ne veut pas tourner en rond!

Répondre à toutes ces questions n'est pas tout. Faut voir ce que la solution choisie apporte comme avantages et ce qu'elle crée comme désavantages. Avant d'obtenir toutes ces réponses, les contribuables iront de leurs propres préférences en demandant plus d'argent dans l'asphalte, pour le déneigement, pour la culture, etc. Plus la Ville fera diligence et sera transparente, plus son projet se rapprochera d'une concrétisation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer