Les sculpteurs de sourires

Mario Gagnon, de la Caserne de jouets de... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Mario Gagnon, de la Caserne de jouets de Chicoutimi, a remis mardi à Marie-Jo Morais, et à ses enfants, Alicia et Rosalie, un voyage au Walt Disney World Resort dans le cadre d'un réveillon-surprise.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / Dans le quotidien d'une salle de rédaction, les histoires se bousculent, s'entrechoquent, se traduisent en mots, éclatent à la une et, dans la plupart des cas, s'éteignent aussi vite qu'elles sont apparues. À tour de rôle, les récits se succèdent tel un enchaînement d'anecdotes éphémères.

Les drames, les fermetures d'usines, les coupes sauvages et la misère humaine qui tapisse les murs des palais de justice sont des thèmes susceptibles de faire la manchette de façon régulière. C'est dans l'air du temps.

Par contre, il arrive qu'un geste merveilleux, d'un altruisme pur et authentique, se démarque du lot et s'élève au-dessus de toutes les autres nouvelles; il arrive que la bonté donne naissance à une éclipse médiatique.

Le temps des Fêtes est une période propice à ce type de phénomène, comme si la société avait besoin d'une pause pour renouer avec l'essentiel, trop souvent mis de côté au profit de la routine, de l'image et de la performance à tout prix.

Cette année ne fait pas exception à la règle, avec des histoires si remarquables qu'elles prennent des allures de contes de Noël.

Dans la vie de tous les jours, Mario Gagnon est pompier. Dans la région, le sympathique sapeur est aussi connu pour son rôle de président de la Caserne de jouets de Saguenay, une escouade qui s'est donnée comme mission de récolter, puis distribuer des jouets aux enfants dans le besoin. À chaque édition depuis 28 ans, ce sont entre 15 000 et 25 000 joujoux, neufs et usagés, qui transitent via la caserne de Chicoutimi-Nord.

Mardi soir, Mario et son équipe ont démontré l'ampleur de leur oeuvre bénévole en rendant visite à la famille d'Éric Lavoie, ce jeune père qui est décédé l'été dernier lors d'une excursion de pêche sur la rivière Ha! Ha! , à La Baie. En collaboration avec les proches de la victime, la Caserne de jouets de Saguenay a remis à la conjointe du défunt, Marie-Jo, et à leurs enfants, Alicia et Rosalie, un voyage au Walt Disney World Resort dans le cadre d'un réveillon-surprise.

Le même jour, à l'Hôtel-Dieu de Roberval, une autre bande de bénévoles au grand coeur jouaient les lutins du père Noël.

Michel Larochelle est un militaire de carrière. Il y a 26 ans, en Ontario, il créait le Mouvement des vainqueurs afin de semer l'espoir et le bonheur dans les unités de pédiatrie des régions où il était affecté. Depuis plus d'un quart de siècle, son organisation remet annuellement quelque 20 000$ de cadeaux aux enfants malades et aux établissements de santé. Également militaire, Mark Vigneault suit d'un pas décidé les traces de Michel Larochelle. Plus tôt cette année, alors qu'il était déployé en Lituanie, le Jonquiérois d'origine a visité un orphelinat avec un sac rempli de toutous et autres marionnettes.

Comme les Gagnon, Larochelle et Vigneault, de nombreuses personnes contribuent chaque jour à faire de la région un endroit où il fait bon vivre. Ils s'appellent Jacques Tremblay de Leucan, Josée Gagnon de Clowns thérapeutiques Saguenay, Martin Saint-Pierre de Centraide, Sonia Côté de Loge m'entraide, Cécile Pellerin de Clowns Soleil, Nathalie Tremblay de la Fondation Michaël Lalancette, Judith Beauchemin de la Moisson d'Alma, Gilles Carrier de la Maison des jeunes de La Doré, Gaston Laforest de la Saint-Vincent de Paul.

D'autres Saguenéens et Jeannois exportent leur volontariat aux quatre coins du globe, comme le fait Bruno Simard de l'Aide Humani-Terre ou tous ces missionnaires qui composent le Centre de solidarité internationale du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Et il y a en tellement d'autres.

Ces sculpteurs de sourires sont légion et leur action est rarement reconnue à sa juste valeur. Elle n'est cependant pas futile. Au contraire, elle est contagieuse. Elle se transpose dans chaque collecte de fonds et dans chaque activité caritative malgré le contexte économique difficile.

Surtout, leur action rappelle que pour bon nombre de personnes, jeunes et moins jeunes, le miracle repose sur un effort collectif.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer