Apprendre à composer avec l'erreur du passé

La prison de Roberval... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

La prison de Roberval

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ÉDITORIAL / L'implantation de la nouvelle prison régionale à Roberval plutôt qu'à Chicoutimi est le fruit d'une décision strictement politique, à contresens de toute logique et de l'intérêt général des contribuables du Québec. Cependant, le débat a déjà eu lieu, l'établissement a été construit, et toutes manifestations pour changer les choses sont désormais futiles.

Cela ne veut pas dire de fermer la porte aux améliorations potentielles, dans une région qui, avouons-le, a été gâtée d'avoir deux établissements.

Stéphane Bédard avait élaboré un projet d'aménagement de cellules derrière le Palais de justice de Chicoutimi, avant d'annoncer son retrait de la vie politique. L'idée a été portée de vive voix jusqu'aux plus hautes instances du gouvernement, mais le premier ministre Philippe Couillard l'a finalement balayée du revers de la main.  Difficile en effet de donner son aval à une telle démarche alors que le nouvel établissement carcéral, présenté comme une entité à vocation régionale, a engendré des dépenses totalisant plus de 115 millions de dollars. De plus, même s'il ne serait pas question d'une prison proprement dit, cette solution ne se résumerait pas uniquement à la mise en place de quelques cellules. Il y aurait aussi le personnel qualifié, la nourriture et tous les autres impératifs que nécessite une infrastructure de ce type.

Le dossier dormira donc sur les tablettes en attendant l'élection d'un successeur au député démissionnaire ou la manifestation d'un porteur de dossier.

Bien qu'il pourrait être cette personne, il serait étonnant de voir le député libéral de Dubuc, Serge Simard, prendre le relais. Son gouvernement a été ferme sur le sujet, en cette période d'austérité.

Il s'agirait pourtant d'une belle occasion pour lui de sortir de l'ombre du premier ministre Philippe Couillard et de l'équipe de conseillers qu'il a mis en place au Saguenay-Lac-Saint-Jean au lendemain de l'élection d'avril 2014.

En se prononçant en faveur d'un bloc carcéral dans la capitale régionale, l'ancien ministre délégué aux Ressources naturelles et à la Faune, de 2008 à 2012, pourrait redonner un sens à son mandat d'élu saguenéen.

Si aujourd'hui, nul ne peut reprocher à Karl Blackburn d'avoir usé de son influence dans ce dossier, en tant que député de Roberval puis de conseiller de Jean Charest, comment pourrait-on blâmer Serge Simard de prendre une telle position dans le débat?

Inacceptable raté

Quelle que soit la suite de cette saga, la construction de cellules supplémentaires à Chicoutimi ne se fera pas dans un horizon rapproché et le système judiciaire devra suivre son cours.

Afin de dissiper les critiques, les responsables de la prison de Roberval avaient l'obligation de transporter les détenus à temps lors de la journée inaugurale de lundi. Ils avaient le fardeau de la preuve, et ils ont échoué, sous l'oeil des médias et de tous leurs détracteurs.

Bien que gênant, l'incident ne devrait toutefois pas servir de prétexte pour déformer la réalité.

Certains avocats ont profité de l'incident pour reprendre leur plaidoirie selon laquelle il sera dorénavant impossible de rencontrer les clients incarcérés dans un délai raisonnable.

Cet argument est faible. Tous ceux qui suivent la scène judiciaire savent très bien que dans la majorité des cas, les avocats rencontrent leurs clients au Palais de justice ou qu'ils leur parlent par téléphone. Très rarement, les juristes franchissent les portes de la prison afin de s'entretenir avec un prévenu.

Il demeure que la crainte de voir des comparutions reportées ou des accusés inutilement maintenus en détention, en raison de problèmes de transports, est absolument justifiée.

Il sera ainsi nécessaire de mettre en place un mécanisme efficace pour le déplacement des accusés, à l'épreuve des conditions climatiques, de la désorganisation d'un détenu et surtout, de toutes critiques.

Car, chaque faux pas sera l'occasion de rappeler l'erreur d'avoir choisi Roberval.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer