Pulperie: une idée à creuser

La direction de la Pulperie de Chicoutimi caresse un rêve aussi audacieux que... (Photo courtoisie)

Agrandir

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Saint-Gelais
Le Quotidien


La direction de la Pulperie de Chicoutimi caresse un rêve aussi audacieux que spectaculaire. Tel que rapporté en exclusivité dans la dernière livraison du Progrès-Dimanche, celle-ci espère installer, d'ici 2017, un téléphérique qui relierait le site et la Zone portuaire. Un projet unique pour une ville québécoise, évalué actuellement à 4 M$. Selon le directeur général de la Pulperie, Jacques Fortin, jusqu'à 80% de l'investissement pourraient être admissibles à des subventions.

La démarche amorcée par le site touristique et culturel est sérieuse. La firme spécialisée Doppelmayr, leader dans le domaine, a d'ailleurs déjà été approchée. Pour autant, il est impératif que la direction de la Pulperie et que la ville de Saguenay ne brûlent pas d'étapes et agissent avec précaution et vigilance dans ce dossier pour le moins novateur.

Effectivement, on ne peut nier que l'implantation d'un téléphérique entre la Zone portuaire et le site historique et culturel chicoutimien donnerait un intéressant coup de pouce à l'industrie touristique régionale. Bien vendu, bien positionné sur le plan marketing, le téléphérique de Saguenay ajouterait et diversifierait l'offre du Saguenay-Lac-Saint-Jean. En matière de tourisme, il faut effectivement savoir se renouveler constamment afin d'être en mesure de se démarquer de la concurrence, laquelle est de plus en plus forte et de plus en plus internationale.

Il faut également admettre, d'ailleurs, que le panorama et les perspectives sur le Saguenay et les monts Valin qu'offrirait le parcours en téléphérique au-dessus des rivières Saguenay et Chicoutimi seraient à la hauteur des attentes, et ce au cours des quatre saisons. Nul doute que les images captées à partir des nacelles feraient vite le tour du web!

Ce constat posé, des questions demeurent en suspens quant à ce projet. Des questions auxquelles les autorités concernées devront apporter de solides réponses avant d'aller de l'avant.

D'abord, il convient de s'assurer de la rentabilité à moyen et à long terme de cet investissement. De bien documenter, aussi, les prévisions d'achalandage du téléphérique, ainsi que les coûts d'entretien de l'équipement, surtout dans un climat aussi rigoureux que le nôtre.

Car, subventions des paliers de gouvernement supérieur ou non, c'est l'aspect financier de l'affaire qui demeure le plus corsé. Les finances publiques de Saguenay, appelée à ce stade du dossier à être partenaire du financement du projet, se trouvent dans une situation délicate, la dette doit être contrôlée et encadrée et les besoins d'investissements dans les infrastructures de base, rues, pavage, aqueducs et égouts, sont importants et doivent rester la grande priorité des élus municipaux.

Dans ce contexte, ce projet ambitieux devrait, minimalement, faire ses frais année après année. Il devrait reposer sur des évaluations économiques et en matière de fréquentation solides et crédibles, réalisées par des experts indépendants.

Il faut aussi s'assurer que l'implantation d'un système de téléphérique au-dessus du quartier historique du Bassin de Chicoutimi, avec ses câbles et sa quinzaine de pylônes, ne viendra pas dénaturer le secteur et son cachet, dans la foulée de la rénovation effectuée à la suite du déluge de 1996.

Si tous ces éléments et si toutes ces questions trouvent des réponses satisfaisantes et si Saguenay et surtout les dirigeants de la Pulperie, promoteur dans ce dossier, obtiennent effectivement des aides financières pertinentes, cet audacieux projet pourrait s'avérer très profitable et générer des retombées positives pour l'ensemble de l'industrie touristique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Incontestablement, une saine prudence est de mise. Mais, voilà le genre de projet qui, bien préparé et bien planifié, peut contribuer à changer le visage de la capitale régionale et lui donner un nouvel élan touristique. Voilà le genre de projet novateur qui mérite, à tout le moins, d'être attentivement étudié. Il faut parfois savoir oser pour réussir à frapper un coup de circuit!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer