Une délégation utile et à appuyer

L'usine Graphic Packaging International de Saguenay a cessé définitivement... (Photo Jeannot Lévesque, Le Quotidien)

Agrandir

L'usine Graphic Packaging International de Saguenay a cessé définitivement ses activités et a remercié ses 142 employés sous prétexte que l'ancienne cartonnerie Cascades n'était plus profitable pour la compagnie.

Photo Jeannot Lévesque, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Saint-Gelais
Le Quotidien

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, devrait accepter l'invitation lancée par son collègue jonquiérois Sylvain Gaudreault, le député Claude Patry, le conseiller municipal saguenéen Jonathan Tremblay et le président syndical René Gélinas et prendre la tête, à titre de député de Roberval et de ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, d'une délégation officielle chargée de rencontrer la haute direction de la Graphic Packaging International. Si, en raison de sa fonction de premier ministre, M. Couillard estime qu'il ne peut y prendre part sans créer de précédent, ce dernier devrait alors au minimum déléguer son ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust afin de donner davantage de poids et de portée à cette initiative régionale non partisane.

Évidemment, il faudrait être un peu naïf pour croire que l'envoi d'une délégation aux États-Unis permettra, comme un coup de baguette magique, de renverser à 180 degrés la position de la haute direction de la multinationale et entraînera la réouverture immédiate de la cartonnerie de Jonquière.

Par contre, l'exercice apparaît nécessaire, autant sur le plan symbolique que sur le plan économique. D'abord parce que la formation et le travail d'une telle équipe, regroupant les trois paliers de gouvernement oeuvrant de concert, enverraient un puissant message que la région est capable de solidarité afin de défendre ses intérêts supérieurs. Un message de force et d'unité. Un message à l'effet que le Saguenay-Lac-Saint-Jean ne se laissera pas dépouiller de ses atouts sans livrer le combat, sans manifester son opposition. Lorsque l'usine Novelis de Jonquière a été elle aussi brutalement fermée, il y a trois ans déjà, Saguenay avait aussi mis en place une délégation officielle afin de faire pression et d'obtenir des réponses à ses questions. Mais cette délégation n'avait pas le poids de celle que proposent de mettre en place le député Gaudreault et ses partenaires.

Du reste, à défaut d'obtenir la relance de la cartonnerie de Jonquière, la délégation aurait à tout le moins l'occasion d'obtenir des réponses quant aux possibilités de vente des installations à de nouveaux investisseurs. Des réponses aussi quant à l'avenir du «Respak», ce carton alimentaire novateur développé dans la région et qui semblait et semble encore promis à un très bel avenir. Peut-être, peut-être, est-il possible pour la région d'acquérir la cartonnerie et de la relancer, sous une forme ou une autre? Peut-être, peut-être, est-il possible pour la région de travailler comme partenaire de la Graphic Packaging International dans la fabrication de ce produit unique? Les chances sont probablement et vraisemblablement assez minces à cet égard, mais la région doit néanmoins explorer ces avenues. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean ne peut accepter une autre fois de perdre des technologies et des atouts industriels de pointe sans se battre. Sans, au moins, défendre son honneur...

Dans une autre perspective, d'ailleurs, la fermeture totalement imprévue de la cartonnerie de Jonquière, couplée à «l'affaire Novelis» encore bien présente dans les mémoires, rappelle à quel point l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de même que celle de l'ensemble du Québec, demeure sensible aux grandes orientations et aux grandes décisions des entreprises étrangères.

À cet égard, c'est à la classe politique de prendre acte de cette fragilité et de trouver des manières de freiner cette vulnérabilité. Entre l'étatisation à outrance de l'économie et de ses rouages et le libre marché total, l'État a des outils à sa disposition pour jouer, davantage qu'il ne le fait actuellement, un rôle de tampon et de régulateur. Des outils pour éviter que les fleurons de l'innovation locale soient systématiquement des cibles de choix pour des joueurs d'ailleurs...

Il y a là certainement matière à réflexion et à action en vue de la prochaine rentrée parlementaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer