Il reste bien des interrogations

À chaud, le Sommet économique régional d'hier se... ((Photo Le Quotidien, René Bouchard))

Agrandir

À chaud, le Sommet économique régional d'hier se traduit par un bilan nuancé. Nuancé parce que le forum n'a pas permis d'identifier clairement « Le » fameux nouvel axe de développement permettant au Saguenay-Lac-Saint-Jean de se doter d'une nouvelle filière s'inscrivant hors des créneaux directement liés aux ressources naturelles et aux moteurs économiques traditionnels que constituent la forêt et l'aluminium.

(Photo Le Quotidien, René Bouchard)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Saint-Gelais
Le Quotidien

À chaud, le Sommet économique régional d'hier se traduit par un bilan nuancé. Nuancé parce que le forum n'a pas permis d'identifier clairement « Le » fameux nouvel axe de développement permettant au Saguenay-Lac-Saint-Jean de se doter d'une nouvelle filière s'inscrivant hors des créneaux directement liés aux ressources naturelles et aux moteurs économiques traditionnels que constituent la forêt et l'aluminium. À cet égard, le format et les balises des échanges ont limité le foisonnement des idées pour les participants aux quatre grands blocs de discussions. Des balises qui ont servi au gouvernement à mettre la table pour quelques annonces précises qui auront, il est vrai, des impacts positifs à court terme dans la région. Une stratégie compréhensible.

Un bilan nuancé ne signifie pas un bilan négatif. À condition, toutefois, que Québec et que les différents ministères interpellés hier assurent un suivi attentif et rigoureux des éléments et des enjeux qui y ont été soulevés, le Sommet pourrait, à moyen terme, avoir un véritable effet d'entraînement pour l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean. À condition, aussi, de vouloir réellement aller plus loin que les discussions et que la mise en place des tables de concertation dessinées hier. Voilà un enjeu central!

On ne peut nier que le forum a permis aux forces économiques et sociales de la région de faire le point sur leurs besoins urgents, notamment ceux des filières forestières et de l'aluminium, en présence de ministres et de fonctionnaires importants, d'Investissement Québec et surtout du premier ministre en personne. À cet égard, les rencontres sectorielles tenues à huis clos avec les ministres Vien, Paradis, Lessard et Kelley, entre autres, auront permis de semer des graines de développement... Des graines qu'il faudra veiller à fertiliser et à arroser au cours des prochains mois. Les arguments soulevés quant à l'importance pour Québec de fournir aux industries forestières et du métal gris des environnements concurrentiels ont porté. En matière de forêt, la proposition visant la mise en place d'un fonds dédié à la deuxième et troisième transformation du bois s'est heurtée aux requêtes claires et nettes des participants en faveur de l'adoption de mesures permettant de diminuer le coût de la fibre et de sécuriser les garanties d'approvisionnement.

Ce signal est particulièrement puissant. Il a été entendu. En matière d'aluminium, le Sommet se traduit par un appui sans équivoque à la Société de la Vallée de l'aluminium et par une bonification de certaines sommes lui étant réservées, ce qui est porteur. De même, le premier ministre Couillard lui-même a soutenu que les tarifs énergétiques québécois n'étaient plus aussi compétitifs qu'auparavant et qu'il fallait développer de nouveaux outils pour les accompagner. La question de la prime « Midwest » et ses effets négatifs pour la région est devenu un enjeu stratégique majeur. Enfin, le premier ministre a confirmé que les communautés locales bénéficieraient davantage des redevances tirées de l'exploitation des ressources naturelles. Des gains significatifs, sans aucun doute.

Si le forum n'a pas donné de coup de circuit économique, il demeure qu'il a permis de frapper quelques coups sûrs. En matière de développement minier, les germes de la mise en place d'une filière cohérente et moderne ont été élaborés. De nouveaux axes de recherche ont été identifiés en matière d'agriculture et la mise en place d'une certification dédiée aux produits agroalimentaires d'ici a été clairement mise sur les rails. Un pôle axé sur la mise en valeur des fourrures est en voie de se concrétiser. Les lacunes en matière de technologie, de l'organisation des transports et de soutien à l'entrepreneuriat ont été identifiées et feront l'objet de travaux de réflexion spécifiques. Le partenariat avec les Innus de Mashteuiatsh sort renforcé de l'exercice. Tout cela est structurant et porteur à moyen et à long terme, à défaut d'être spectaculaire. Le positionnement de la région à titre de porte d'entrée des territoires nordiques est désormais mieux balisé, même si la suggestion du député Stéphane Bédard visant à ce que la limite nordique soit abaissée au 48e parallèle n'a pas été retenue, ce qui lui aurait permis de bénéficier de fonds de développement dédiés.

Le Sommet économique a donc posé des jalons et permis une solide mise à jour des grands enjeux. Compte tenu du contexte économique auquel est confrontée la région, c'est relativement peu compte tenu des grandes attentes régionales face au Sommet. Mais, c'est aussi beaucoup à condition que Québec, le Bureau chargé l'organisation du forum et les intervenants qui y ont participé restent mobilisés et collaborent étroitement à son suivi. Et, à condition que des actions concrètes en découlent ensuite. À cet égard, le premier ministre Couillard s'est personnellement engagé à veiller au suivi du Sommet, et ce deux fois plutôt qu'une. Et dès les prochaines heures. Tant mieux parce que cette question du suivi est de taille pour l'avenir du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Car le Sommet économique d'hier doit marquer le début d'un processus alors que les forces économiques régionales sont aujourd'hui plus mobilisées que jamais. Parce qu'il n'est clairement pas une fin en lui-même. Retroussons-nous collectivement les manches!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer