L'essence des cubes d'énergie

La victoire de Pierre Lavoie consiste à avoir... ((PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE))

Agrandir

La victoire de Pierre Lavoie consiste à avoir largement contribué à renverser cette tendance, sans que cela ne coûte cher et sans passer par les gouvernements.

(PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je l'admets: je suis en conflit d'intérêts. Je participerai la semaine prochaine à la course à pied à relais du Grand Défi Pierre Lavoie entre Québec et Montréal, en tant que membre de l'équipe du Baieriverain. Je suis également en conflit d'intérêts parce que, les 21 et 22 mai, je participerai aussi, pour une deuxième année consécutive, à l'Ultramarathon Leucan/Odyssée-Dominique-Racine, une autre course à pied à relais de quelque 300 kilomètres, cette fois autour du lac Saint-Jean, à partir de Chicoutimi.

Ces deux événements visent entre autres à faire la promotion de saines habitudes de vie et de l'activité physique. Ces deux événements s'inscrivent donc dans la foulée des cubes d'énergie, cette approche développée par Pierre Lavoie afin de faire bouger le Québec et de lutter contre la sédentarité. Eh oui! Ces fameux cubes, décriés par certains, adulés par d'autres... Un irritant, ces cubes? Une démarche lourde? Ou un outil ludique pour inciter les jeunes à bouger? Un guide efficace pour les parents? Et si c'était un peu tout ça?

Je suis père de deux petites filles. Et ma conjointe est elle aussi active. À la maison, les cubes d'énergie tombent donc dans un terreau fertile. Nous sommes déjà sensibles aux bienfaits de l'activité physique, surtout après quelques années davantage marquées du sceau de la sédentarité... La démarche qui consiste à assurer le suivi des périodes consacrées à bouger est vite expédiée, et avec plaisir. Mais, oui, la démarche peut s'avérer compliquée, surtout si on la prend au premier degré. Et il est vrai qu'elle s'ajoute à des horaires scolaire et parascolaire qui sont chargés; qu'elle s'ajoute aux devoirs et aux travaux.

Ce qu'il faut comprendre et retenir des cubes d'énergie, c'est l'essence de la démarche initiée par Pierre Lavoie. Et donc la moduler à ses propres besoins et à sa réalité. Pas de se perdre dans les méandres des cahiers et des feuilles de route. Pas de compter les cubes d'énergie avec une calculatrice scientifique ni avec des fichiers Excel... Parce que, en ce cas, l'affaire devient compliquée et un brin irritante, le matin, au moment d'emplir les boîtes à lunch et de retrouver cette chaussure étrangement égarée pendant la nuit, alors qu'on est déjà en retard...

Or, l'essence du Grand défi Pierre Lavoie, de la Course Québec-Montréal, du défi cycliste, des cubes d'énergie, c'est de ramener l'activité physique à sa juste place dans la vie quotidienne des jeunes et des moins jeunes. De promouvoir une saine alimentation. La sédentarité coûte cher collectivement. Et la sédentarité a gagné du terrain en cette ère de réseaux sociaux, d'Internet et de jeux vidéo, où le hockey se joue davantage sur console que dans la rue avec une vieille balle de tennis. La victoire de Pierre Lavoie consiste à avoir largement contribué à renverser cette tendance, sans que cela ne coûte cher et sans passer par les gouvernements.

Ce mouvement a gagné en maturité. Il est en voie d'atteindre son objectif, soit de faire des saines habitudes de vie des habitudes, justement, et non pas une simple mode. C'est ce qu'il faut retenir de la démarche associée aux cubes d'énergie. La ligne est mince entre le plaisir de s'adonner à une activité physique parce que cela nous tente réellement et le déplaisir, voire le dégoût, associé à une tâche que l'on fait par obligation et en raison de la pression des autres. Tout est question d'équilibre. Et l'équilibre, justement, fait partie intégrante d'une vie saine!

Un petit mot en terminant concernant l'Ultramarathon-Leucan/Odyssée-Dominique-Racine des 21 et 22 mai. L'événement promet déjà d'être un succès alors que 70 coureurs dans une dizaine d'équipes sont inscrits à la course, qui vise à amasser des fonds pour Leucan et au profit de la Fondation de l'école secondaire chicoutimienne. Ces coureurs espèrent présentement deux choses: que le public donne généreusement quelques dollars pour la cause, et qu'il fasse beau! On ne peut contrôler Dame nature, mais tout le monde peut donner. Soyez généreux si un coureur de votre entourage vous approche. C'est pour une bonne cause!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer