Arbec: un autre signal d'alarme

La suspension de la certification FSC octroyée à... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La suspension de la certification FSC octroyée à un parterre de coupe appartenant à Arbec, confirmée la semaine dernière, ne représente évidemment pas une bonne nouvelle pour l'industrie forestière régionale.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La suspension de la certification FSC octroyée à un parterre de coupe appartenant à Arbec, confirmée la semaine dernière, ne représente évidemment pas une bonne nouvelle pour l'industrie forestière régionale. D'autant plus que si cette situation perdure, elle risque d'avoir des conséquences importantes sur des usines appartenant à d'autres compagnies, notamment à la papeterie d'Alma de Produits forestiers Résolu, qui utilisent des copeaux provenant des scieries de l'entreprise propriété de la famille Saputo.

Cette suspension inattendue, toutefois, est susceptible, dans une perspective à plus long terme, de modifier favorablement la donne qui prévaut actuellement dans le bras de fer qui oppose les écologistes, les représentants de l'industrie forestière et le gouvernement du Québec.

C'est un secret de Polichinelle, Produits forestiers Résolu, pour toutes sortes de raisons, certaines méritées et pour d'autres qui relèvent davantage d'une forme d'acharnement, a bien mauvaise presse. Pour bien des analystes et bien des militants écologistes, blâmer Résolu et s'en prendre à la compagnie sur la place publique, en dépit de certains bons coups, est devenue une habitude. Même pour le gouvernement du Québec, défendre PFR, et par extension l'ensemble de l'industrie, ne s'avère pas toujours évident, et ce même si la compagnie emploie encore des milliers de travailleurs et qu'elle demeure un incontournable moteur économique pour plusieurs régions, dont le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

À cet égard, Arbec faisait figure de modèle de bonne entente avec les autochtones et en matière de gestion responsable de la ressource. Le fait qu'elle vienne de perdre une certification réputée devient donc d'autant plus symbolique. Pour le gouvernement, ce revirement de situation représente un nouveau signal d'alarme. Il faut agir pour que l'industrie forestière québécoise retrouve ses lettres de noblesse, sa crédibilité, son image de marque à travers le monde. Et c'est de plus en plus urgent...

Le positif dans la mauvaise nouvelle qui afflige actuellement Arbec, c'est que, désormais, Produits forestiers Résolu n'est plus seule au bâton. Le combat de l'industrie forestière n'a jamais été, dans les faits, l'unique combat de PFR contre Greenpeace, comme il a été trop régulièrement été dépeint au cours des dernières années, mais bien celui de tous les acteurs de l'industrie devant renouveler collectivement, de concert avec Québec, leur image et démontrer comment leurs pratiques sont à la fine pointe des principes du développement durable. Maintenant, cette réalité est plus claire! Et elle commande des actions qui deviennent de plus en plus complexes à mesure que l'on tarde à agir, une réalité qui se vérifie de jour en jour dans l'actualité...

Un peu ironiquement, la décision de FSC Canada de retirer une certification à Arbec vient renforcer la crédibilité de cette même norme. Parce que plusieurs des principes et des méthodes utilisés en forêt et en matière de relations avec le milieu par Résolu le sont aussi par les autres grands joueurs de l'industrie forestière, mais que ceux-ci ne semblaient pas pour autant dans la mire des auditeurs de la norme... Cette apparence de disparité, cette forme de deux poids deux mesures, aurait pu soulever un certain questionnement à long terme. Ce constat posé, il demeure que toutes les entreprises forestières actives dans la région et au Québec ne rencontrent pas toutes les mêmes réalités sur le terrain et que chaque cas doit être évalué distinctement et dans son propre contexte.

Il reste qu'à l'approche du sommet économique régional du 18 juin, la question forestière vient de prendre un nouveau tournant au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Encore un autre tournant qui accroît le besoin de réponses, de solutions et d'actions concrètes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer