Un Plan Nord plus réaliste

Le Plan Nord, dévoilé plus en détail en... (Photo fournie par Hydro-Québec)

Agrandir

Le Plan Nord, dévoilé plus en détail en 2011 par Jean Charest.

Photo fournie par Hydro-Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le SaguenayLac-Saint-Jean nourrissait d'énormes attentes envers la première mouture du Plan Nord dévoilé par le gouvernement libéral de Jean Charest. La version 2.0 de ce projet d'exploitation des ressources nichées au-delà du 49e parallèle, revue à la sauce Couillard, suscite, manifestement, un peu moins d'enthousiasme dans la région.

On peut aisément comprendre les doutes qui habitent le milieu socioéconomique régional. Les brutales fluctuations des cours des métaux sur les grands marchés et les baisses marquées de la demande en matières premières engendrées par le ralentissement de l'économie mondiale ont grandement limité les retombées directes engendrées par le premier Plan Nord au Royaume.

Tout dernièrement, les dirigeants de la mine Niobec de Saint-Honoré ont annoncé l'abandon de leur projet d'expansion évalué à plus d'un milliard de $. Au même moment, la direction de Métaux Black Rock annonçait le report, pour un an, de son projet d'exploitation d'un gisement de ferrovanadium titane situé au nord de Chibougamau. À tout le moins, le projet de la société Arianne Phosphate, lui, continue son cheminement. Le dossier s'apprête à entamer les processus d'audiences du BAPE.

Il n'empêche que le Plan Nord 2.0 est pertinent et qu'il est susceptible d'engendrer des retombées pour les PME et les grandes entreprises du SaguenayLac-Saint-Jean. Celles-ci doivent commencer dès maintenant à en analyser les tenants et aboutissants afin de se placer rapidement en bonne position pour obtenir leurs parts de ces retombées. Le nouveau Plan Nord ne constitue pas une panacée, mais il aura inévitablement des impacts positifs pour les entreprises du Royaume. Entre autres éléments parce qu'il repose en grande partie sur des projets de développement qui doivent être réalisés par Hydro-Québec. Des projets, donc, davantage susceptibles de se réaliser, peu importe les aléas des marchés internationaux des ressources. Et, surtout, des chantiers où les entreprises de la région pourront se démarquer grâce à leur expertise en matière d'infrastructures routières et énergétiques, notamment.

Du reste, le nouveau Plan Nord libéral est intéressant, car il s'avère plus complet que la première mouture présentée avec faste à l'époque par le premier ministre Jean Charest. La version Couillard laisse davantage de place aux volets culturel, touristique et environnemental. Il prévoit également des redevances, des retombées et des investissements privés plus réalistes qu'auparavant. Cela n'est pas anodin. Québec évite ainsi de créer des attentes démesurées et d'attiser un certain cynisme. De plus, le nouveau Plan Nord devrait permettre de retourner dans les régions nordiques d'où sont extraites les ressources naturelles une partie des redevances versées au gouvernement par les entreprises privées. Cet engagement répond à des demandes pressantes et de longue date de plusieurs régions, dont le SaguenayLac-Saint-Jean.

Évidemment, dans de tels projets à grand déploiement, le diable réside toujours dans les détails, comme le veut l'adage. À cet égard, les intervenants issus de la région qui seront prochainement mandatés afin de la représenter au sein de la Société du Plan Nord, suivant l'engagé contracté par le premier ministre Couillard lui-même, auront un important rôle à jouer afin de défendre les intérêts des Saguenéens et des Jeannois. Et particulièrement les intérêts de l'industrie forestière régionale dans un contexte où le Plan Nord prévoit, et à juste titre, la création d'aires et de territoires protégés.

Dans ces circonstances, les succès et les retombées à long terme du Plan Nord 2.0 résident dans l'élaboration d'une stratégie cohérente dans laquelle l'exploitation et la mise en valeur des ressources naturelles québécoises tiennent réellement compte des intérêts de toutes les parties et de tous les groupes qui s'activent au nord du 49e parallèle, ainsi que des aléas des marchés. Une grosse commande.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer