L'oubli des régions

Pierre Karl Péladeau, Alexandre Cloutier,  Martine Ouellet,  Bernard... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Pierre Karl Péladeau, Alexandre Cloutier,  Martine Ouellet,  Bernard Drainville et  Pierre Céré.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le débat organisé hier à Jonquière devait permettre aux cinq candidats à la chefferie du PQ de dévoiler leur vision du développement économique des régions du Québec.

Ce fut le cas, à des degrés variables selon les candidats, mais pas autant que cela aurait pu l'être. Ce n'est que lors de la tribune libre accordée en tout début de débat qu'Alexandre Cloutier, Bernard Drainville, Pierre Céré, Martine Ouellet et Pierre Karl Péladeau ont réellement présenté leur approche respective en matière de soutien aux régions et d'occupation du territoire. Ce thème a par la suite été occulté au cours de la période réservée aux échanges entre les candidats, avant d'être effleuré à l'occasion de la période de questions réservée aux militants via des interrogations portant notamment sur l'organisation du réseau de la santé et l'avenir de l'agriculture. Une grande part du débat, hier, aura en effet été consacrée aux questions relatives à la souveraineté et à l'exploitation éventuelle du pétrole québécois, notamment à l'île d'Anticosti. Des sujets récurrents depuis le début de la course.

Il est dommage que les cinq aspirants-chefs du PQ n'aient pas profité de la portion réservée aux échanges entre candidats, justement, pour exploiter davantage le thème du développement régional. Car des pistes de réflexion pertinentes ont été soulevées. Elles auraient mérité d'être davantage fouillées, d'autant que certains aspects des plateformes respectives des candidats se sont avérés complémentaires. Notamment, une certaine forme de consensus s'est dégagée quant à la nécessité de favoriser l'utilisation du bois et de faire davantage de deuxième et de troisième transformation des ressources dans les régions d'où celles-ci sont extraites. Bernard Drainville et Pierre Karl Péladeau ont aussi formulé clairement leur volonté de faire en sorte que les redevances issues de l'exploitation des ressources naturelles servent à doter les régions de fonds d'investissement et d'outils gérés localement afin de créer des emplois et de soutenir des projets structurants. Des propositions qui rejoignent les revendications traditionnelles du Saguenay-Lac-Saint-Jean et qui auraient pu servir de base à des échanges puissants... De son côté, Alexandre Cloutier, qui profitait clairement de l'appui, très bruyant d'ailleurs, de la majorité des militants péquistes entassés dans la salle François-Brassard du Cégep de Jonquière, s'est démarqué en rappelant l'importance de l'éducation, son thème de prédilection dans la présente campagne, dans la lutte aux défis auxquels sont confrontés les régions éloignées.

Très articulé et porté à plusieurs reprises par la foule, Alexandre Cloutier a du reste été le plus éloquent et le plus précis dans ses déclarations. Jouant sur sa patinoire, ce dernier a cherché à talonner le meneur proclamé de la course, Pierre Karl Péladeau, notamment sur ses déclarations et ses positions relatives aux conflits de travail. M. Péladeau, justement, a plutôt cherché à jouer de prudence dans ses propos, et il a nettement été le moins à l'aise des cinq candidats au moment d'improviser les réponses aux questions du public. Au final, ce dernier a livré peu de nouveaux éléments de sa plateforme, reprenant plutôt les grandes lignes des engagements dévoilés jusqu'à présent.

Sur le plan stratégique, il est apparu manifeste que les quatre candidats « visiteurs » ont cherché, hier, à limiter le momentum dont a pu profiter Alexandre Cloutier. Ce dernier n'a été la cible de questions de ses opposants qu'à la toute fin de la période réservée aux débats entre candidats, après que de longues minutes aient été consacrées à des sujets plutôt arides... Tout de même, des éléments de réflexion concernant le développement des régions du Québec ont été semés hier. Ils gagneront à être davantage exploités d'ici à la fin de la course, même s'ils apparaissent moins « sexy » aux yeux de certains militants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer