La réflexion du maire Tremblay

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay.... (PHOTO MICHEL TREMBLAY, archives Le QUOTIDIEN)

Agrandir

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay.

PHOTO MICHEL TREMBLAY, archives Le QUOTIDIEN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire Jean Tremblay est un fin politicien et un habile stratège. Sa longévité en politique municipale et ses multiples victoires à la mairie de Chicoutimi d'abord, puis à Saguenay ensuite, en témoignent. Il a su, au fil de sa carrière, rester bien branché auprès de son bassin de fidèles électeurs et a su conserver l'appui de celui-ci, scrutin après scrutin. Sa réaction empreinte d'une inhabituelle humilité, dans la foulée du sondage réalisé par la firme Segma pour le compte de KYK-Radio X, représente une démonstration de son flair politique.

Car, habituellement, un politicien, quel qu'il soit, refuse de commenter les résultats des coups de sonde. Cela est encore plus vrai quand ceux-ci sont effectués trois ans avant la tenue des élections et qu'ils sont moins favorables. Jean Tremblay aurait eu beau jeu de rappeler le cliché éculé de mise en pareille circonstance, soit qu'un sondage, c'est une photo d'un moment précis, mais que ça n'a rien à voir avec la «vraie réalité" d'une élection... Ou encore que d'ici trois ans, beaucoup d'eau va couler sous les ponts... Plutôt que de jouer cette carte, le maire de Saguenay a clairement indiqué qu'il prenait au sérieux les résultats du sondage. Qu'il les prenait comme un message clair de la part de ses électeurs. Qu'il allait prendre le temps, au cours des prochains jours, de réfléchir à ses stratégies et à son approche. Il a donc affiché l'attitude qu'il devait afficher dans les circonstances...

Voilà qui est intéressant. Voilà une volte-face qui pourrait même s'avérer constructive pour l'avenir de Saguenay et qui survient à un moment crucial, alors que Jean Tremblay vient de traverser une tempête médiatique et qu'il vient de fermer la porte à un éventuel saut en politique fédérale, assurant qu'il souhaitait plus que jamais se consacrer à "sa" ville, bâtissant même son parti en vue du prochain scrutin. Car, les résultats du sondage qui le donnent au coude à coude avec le député de Jonquière Sylvain Gaudreault dans les intentions de vote advenant une éventuelle confrontation à la mairie représentent effectivement un message fort et clair de la part des citoyens de Saguenay.

C'est un signal à l'effet que les électeurs de la capitale régionale n'apprécient pas le climat de confrontation qui prévaut à la table du conseil, les échanges acrimonieux qui y ont cours. Aussi un signal que le style de gestion du maire Tremblay, axé sur les coups d'éclat et les déclarations fracassantes comme celle portant sur les intellectuels, qui l'a longtemps bien servi, ne fonctionne plus autant. Bref, que le premier citoyen de Saguenay réfléchisse à son approche de la chose publique et se dise prêt à modifier certains aspects de son comportement en cette matière est rafraîchissant. En autant, évidemment, que ses paroles soient suivies de gestes concrets! Alors, Saguenay, Jean Tremblay et toute la région en sortiront grandis. Parce que, à la lumière du sondage, si le maire perdure dans la même veine, il risque effectivement de devoir livrer une bien chaude lutte dans trois ans...

De son côté, l'ERD aurait tort de percevoir dans les résultats du sondage une invitation à alimenter la confrontation au conseil municipal pour des motifs purement politiques. Le climat stérile qui prévaut à Saguenay depuis les dernières élections ne sert pas non plus les intérêts à long terme du parti, qui risquerait au contraire de s'enliser et de se marginaliser si jamais un candidat de l'extérieur comme le député Gaudreault, par exemple, décidait éventuellement de sauter dans la mêlée municipale sans être associé à tout ce climat négatif.

Pour le député de Jonquière, justement, le coup de sonde confirme sa crédibilité sur la scène politique saguenéenne. Il a beau affirmer que sa tête et son coeur sont tournés vers la scène provinciale, il demeure qu'une graine est semée et a reçu une dose d'engrais. Et, en politique, bien malin qui peut prédire la tournure des événements sur une période de trois ans!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer