SPS: une sortie utile du chef

Le chef de la police de Saguenay, Denis... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Le chef de la police de Saguenay, Denis Boucher a fait une sortie publique pour expliquer la suspension d'un de ses policiers.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le directeur de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), Denis Boucher, a rencontré la presse, récemment, afin de confirmer, avant que l'information ne coule dans les médias, qu'un policier du service faisait l'objet d'une enquête liée à une histoire de voies de fait. Depuis, l'agent en question a comparu devant les tribunaux et ce dossier suivra son cours.

Le geste posé par le chef de la SPS mérite cependant d'être souligné. Il rompt en effet avec le silence dans lequel s'est emmuré le corps policier à la fin de 2013 et au début de 2014, alors qu'il se trouvait au coeur de plusieurs affaires controversées qui ont nui à son image et qui ont affecté le lien de confiance entre ce dernier et la population.

Rappelons parmi les plus marquantes le procès très médiatisé du policier André Simard et le dévoilement d'une série de rapports rendus en moins de 18 mois par la Commission des lésions professionnelles du Québec qui soutenaient que le climat de travail était médiocre au sein de la SPS et qu'il existait de fortes tensions au sein des équipes et des effectifs.

Le directeur du corps policier de l'époque n'avait pas donné suite à de nombreuses demandes d'entrevues logées par les médias. Il n'avait pas cru bon de donner au moins une conférence de presse officielle afin de répondre aux inquiétudes du public et de faire le point sur la situation, ce qui aurait permis de calmer le jeu. À l'époque, le maire de Saguenay, Jean Tremblay, n'avait pas caché que lui-même ne souhaitait pas qu'un non-élu, qu'un fonctionnaire même haut placé, ne prenne la décision de parler directement aux médias.

Dans ce contexte, il est à espérer que le dernier point de presse livré par le chef Boucher marque le début d'une nouvelle manière de faire dans la capitale régionale, tant au sein de la Sécurité publique que dans les autres services névralgiques de la ville, notamment du côté des travaux publics... Il ne s'agit pas de demander aux fonctionnaires de prendre la place du maire ou des présidents des différentes commissions municipales et de multiplier les sorties publiques, pour un oui ou un non! Mais, clairement, et cela est particulièrement vrai dans le cas de la police, où une séparation nette doit subsister envers le pouvoir politique, il est utile que les fonctionnaires qui sont responsables de dossiers chauds et imputables de services de première ligne répondent aux questions légitimes des citoyens en cas de crise ou de situation extraordinaire.

D'ailleurs, que ce soit à Québec, à Montréal, à Toronto ou même dans des villes comparables à Saguenay, il est courant de voir des chefs de police rencontrer les médias lorsque la situation le commande, question de transparence et de crédibilité...

En tenant un point de presse afin d'aborder le dossier du policier suspecté de voies de fait, le chef de la SPS a démontré que le service prenait ses responsabilités au sérieux. Il a évité que l'histoire ne sorte n'importe comment dans les médias, qu'elle soit accompagnée, au moins, d'explications officielles, ce qui a sans doute évité des débordements et une controverse inutiles... Dans cette affaire, les élus sortent aussi gagnants: la crise n'est pas amplifiée, ils n'ont pas à répondre sur le vif à un déluge de questions. Bref, tout le monde a joué son rôle. L'expérience est concluante et riche d'enseignements.

dépenses

L'exercice n'est pas encore parfait et il gagnera à être bonifié, mais Saguenay a fait un pas dans la bonne direction en rendant publics sur son site Internet les comptes de dépenses des élus municipaux des cinq dernières années. Cela aurait dû être fait depuis un moment déjà, surtout dans le contexte politique actuel au Québec et dans la région. L'initiative est louable et le défi consiste désormais à étoffer le volume et la nature des informations concernant les dépenses engagées par les membres du conseil rendues disponibles. Là aussi, tout le monde y gagnera.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer