Forêt: recentrer le débat

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La suggestion formulée par le député Sylvain Gaudreault concernant la tenue d'un «mini-sommet» forestier afin de préparer le sommet économique régional de juin constitue une intéressante piste de solution afin de recentrer le débat actuel concernant l'avenir de cette filière industrielle.

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a accueilli plutôt froidement l'idée, indiquant qu'à son avis, il était utopique de croire que, présentement, il était possible d'asseoir à la même table, dans un climat constructif, des élus des trois paliers de gouvernement, les syndicats, des gestionnaires de compagnies forestières et les intervenants de Greenpeace. Il n'a pas tort: la situation est tellement polarisée actuellement que la tenue de ce genre de rencontre de réflexion, dans un cadre aussi formel, apparaît certes difficile. Par contre, le député Gaudreault a également raison: il faut absolument trouver une manière de calmer le jeu, mettre en place un outil qui permettra de faire baisser la tension entre les parties et qui permettra, surtout, de paver la voie à des discussions et des échanges pertinents, en juin prochain, lorsque la question de l'avenir de la filière forestière sera soulevée. Parce que l'heure est grave. Comme l'a illustré avec éloquence le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin, la semaine dernière, la région en est rendue à se battre, à se déchirer pour «des miettes» en matière économique. Une déclaration puissante qui, elle, n'a malheureusement pas fait le tout du Québec...

Les acteurs de la filière forestière sont en train, si ce n'est déjà fait, de mettre la touche finale aux mémoires portant la vision qu'ils comptent défendre en marge du forum économique du 18 juin. Cela fait partie du jeu. Et, justement, cela accroit d'autant l'importance de préparer le terrain afin que des bases communes existent et permettent des discussions articulées et constructives. Les enjeux sont majeurs. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean ne peut se permettre que, en matière de forêt, le forum économique ne tourne en foire d'empoigne et ne se résume que par un dialogue de sourds...

S'il est impossible d'asseoir toutes les parties dans la même pièce dans le cadre d'un mini-sommet forestier, l'exercice pourrait être tenu par personne interposée, via par exemple un mandat confié au ministre des Forêts, Laurent Lessard. Ce dernier pourrait agir comme médiateur et initier les contacts entre les acteurs actuellement à couteau tiré. Il pourrait recueillir les requêtes et les positions de chacun. Initier les premiers rapprochements. Préparer le terrain. Identifier les premières pistes de solution, les éléments qui se recoupent de part et d'autre. Voilà qui serait constructif et qui permettrait de faire diminuer, au moins de quelques crans, la tension actuelle.

Un tel exercice de réflexion permettrait aussi de refaire le point sur tous les enjeux soulevés et occultés par la dernière sortie du maire Jean Tremblay, surtout quant aux rôles de toutes les parties impliquées. Des enjeux importants et complexes: Greenpeace y est allé fort dans ses dernières campagnes contre Résolu mais la compagnie, elle, doit travailler à retrouver et à conserver ses certifications, alors même que FSC Canada vient de lui expédier un dur retour à l'ordre! Et, économiquement, on ne peut nier que certains motifs autres que liés aux normes peuvent avoir motivé les dernières fermetures de machine à papier dans la région, réalité que Résolu doit expliquer en regard de ses activités aux États-Unis. Québec aussi est au bâton en matière de foresterie et de respect des normes internationales. Dans le dossier autochtone, la nomination comme médiateur de Lucien Bouchard est un bon coup. Du côté de la préservation du caribou, la vision du gouvernement est moins claire tandis que l'on découvre encore les impacts de l'entrée en vigueur du nouveau régime forestier québécois. Comme quoi il est impératif de recentrer le débat et de préparer intelligemment le sommet de juin. Parce qu'une région ne peut se tourner vers l'avenir en se nourrissant de miettes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer