UQAC: poser des gestes clairs

La haute direction de l'Université du Québec à... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

La haute direction de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) devra poser des actions énergiques et décisives afin de donner suite aux observations, aussi limpides qu'accablantes, contenues dans le premier rapport confectionné par la firme PricewaterhouseCooper au sujet de la politique de gestion des comptes de dépenses de l'institution.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La haute direction de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) devra poser des actions énergiques et décisives afin de donner suite aux observations, aussi limpides qu'accablantes, contenues dans le premier rapport confectionné par la firme PricewaterhouseCooper au sujet de la politique de gestion des comptes de dépenses de l'institution.

Le document, obtenu par Le Quotidien, confirme les résultats de la longue et minutieuse enquête effectuée par le journaliste Louis Tremblay au cours des derniers mois: des irrégularités ont bien été commises. Notamment des remboursements ont été réclamés en double, des prête-noms ont été utilisés sur certains comptes de dépenses, des autorisations officielles et des signatures nécessaires manquaient sur plusieurs documents analysés... Les mots et les expressions employés par la firme dans son rapport sont savamment choisis. Mais les conclusions sont claires. La situation dépasse les simples «erreurs administratives»...

La direction de l'UQAC avait déjà annoncé, deux fois plutôt qu'une, qu'elle allait revoir de fond en comble ses pratiques et ses modalités de gestion en matière de remboursement des dépenses. Qu'elle allait les ajuster aux nouvelles réalités et aux nouvelles attentes du public en matière de gestion des fonds publics. Qu'elle allait dissiper toutes les zones grises dans ses procédures internes. Le rapport démontre la nécessité absolue de procéder à ces ajustements. Et surtout de le faire avec célérité, sérieux et transparence.

Par contre, à la lumière des constats relevés dans le rapport juriscomptable, il est difficile de croire que l'UQAC pourra faire l'économie d'une enquête policière en bonne et due forme dans ce dossier. Les administrateurs de l'institution eux-mêmes devraient réalistement envisager la possibilité de réclamer la tenue d'une telle enquête. Ce serait certes douloureux. Mais cela permettrait d'aller au fond des choses, de crever l'abcès, de démontrer que l'établissement veut se montrer transparent et redevable envers la communauté régionale et envers ses partenaires, notamment ceux qui soutiennent des activités de recherche de pointe. Les administrateurs de l'UQAC, doivent, aujourd'hui, agir afin de préserver la crédibilité et le rayonnement de l'université régionale à travers la tourmente soulevée par les conclusions du rapport.

À cet égard, les Saguenéens et les Jeannois, ainsi que les nombreux partenaires qui collaborent aux activités de l'institution, ont un rôle à jouer. Ils doivent faire la part des choses et éviter de tomber dans un cynisme facile et dans les raccourcis fallacieux. Les lacunes, les abus et les irrégularités dans la gestion de la politique de remboursement des comptes de dépenses n'ont rien à voir avec la qualité et la valeur de la recherche et de l'enseignement de l'UQAC. Ils n'ont rien à voir avec la qualité des diplômes ni avec la compétence et le professionnalisme de son personnel.

L'Université du Québec à Chicoutimi est et restera un moteur de développement économique, social et culturel pour l'ensemble du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Une source de fierté. Un important créateur d'emplois et de savoir porteur d'avenir. Un incubateur de talents et de passion.

Sur cet aspect, rien ne change: l'UQAC demeure toujours un leader dans entre autres domaines dans la recherche en aluminium, dans le givrage, dans l'étude des composés biochimiques de la forêt boréale; l'université demeure un centre de formation de haut niveau en santé, en administration, en comptabilité, en études sur les autochtones...

Les administrateurs de l'UQAC ont d'importantes leçons à tirer de la situation. Des leçons qui s'avèrent riches en enseignement, également, pour tous les autres gestionnaires qui oeuvrent avec des fonds publics...

Dans l'immédiat, ils ont surtout à démontrer par leurs paroles et par leurs actions qu'ils ont saisi la gravité de la tempête qui affecte l'université régionale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer