Saguenay: un titre peu envié...

La capitale fait mieux que l'ensemble du pays,... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La capitale fait mieux que l'ensemble du pays, où le nombre de chercheurs d'emploi se situe à 7,2%, en hausse de 0,1 point de pourcentage.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Saguenay a repris son titre peu envié de capitale canadienne du chômage, selon les plus récentes données dévoilées par Statistique Canada. Une situation préoccupante qui ne s'était plus vue dans la région depuis le tournant des années 2000 et qui démontre à quel point les difficultés de l'industrie forestière, le ralentissement de la demande mondiale pour l'aluminium et le manque de grands projets d'infrastructures, au Saguenay-Lac-Saint-Jean comme dans le reste du Québec, affectent durement l'économie.

Partisanerie oblige, les élus, tous paliers politiques confondus, se sont renvoyé la balle au cours des derniers jours pour dénoncer les ratés du marché de l'emploi. Les politiques de redressement budgétaire annoncées par Québec ne sont certes pas propices à faciliter, à court terme, la relance. Mais il est exagéré d'affirmer qu'elles sont responsables de tous les déboires actuels à Saguenay et ailleurs dans la région. Tout comme les prises de bec entre l'ERD et le maire Jean Tremblay d'ailleurs.

Les causes qui expliquent la mauvaise performance du marché de l'emploi au Saguenay-Lac-Saint-Jean sont plus complexes et plus profondes. Les tempêtes parfaites qui ont frappé simultanément et qui secouent encore les deux grands moteurs de l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le bois et l'aluminium, ont ébranlé la structure traditionnelle de la région. Elles ont affaibli la trame formée par les PME, qui sont normalement à la base de toute croissance économique soutenue et de la création d'emplois, notamment, par ricochet, dans le secteur des services. Des facteurs démographiques, alors que le Saguenay-Lac-Saint-Jean vieillit, expliquent aussi pourquoi aussi peu de nouveaux postes sont créés, pourquoi aussi peu de nouvelles entreprises démarrent dans la région.

Dans ce contexte, la tenue du forum économique régional, en juin prochain, revêt une importance accrue. D'autant plus alors que le secteur minier connaît à son tour une période moins faste et que les projets porteurs pour l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean tels l'agrandissement de la mine Niobec de Saint-Honoré et le projet d'exploitation du gisement du Lac-à-Paul par Arianne Phosphate avancent moins vite depuis quelques mois.

À lui seul, ce forum ne pourra régler tous les problèmes qui plombent l'économie régionale. Mais, l'exercice constituera un bon point de départ. Surtout si le milieu socio-économique saguenéen et jeannois s'y prépare adéquatement. Des démarches comme celles amorcées par l'homme d'affaires André Poulin, qui cherche à mettre en place un comité d'entrepreneurs afin de préparer, justement en vue du sommet, une proposition concrète en matière de programmes d'aide aux entreprises installées en régions excentrées, constituent de bons exemples qui gagneraient à être suivis. À défaut de déboucher, peut-être, sur des résultats, de telles démarches ont le mérite d'inciter le milieu à se prendre à main, les forces vives de la région à réfléchir. En période difficile, il faut combattre l'inertie et éviter la torpeur. Sortir de l'apathie justement dénoncée jeudi en cette colonne!

Pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la création d'emplois et le développement économique passent encore, et passeront encore, par l'industrie forestière et par sa filière du métal gris. Dans le domaine de l'aluminium, Québec et Rio Tinto Alcan ont convenu, avant Noël, d'un plan permettant de soutenir cette industrie à court et moyen terme, pavant la voie à des investissements majeurs, ici, dans un horizon prévisible. Le gouvernement devra établir de tels partenariats et prendre ses responsabilités envers la filière forestière, notamment quant à la certification des parterres de coupe.

Pour la région, aussi, la création d'emplois passe encore et passera encore par la recherche et l'éducation de haut niveau, par son université et par ses collèges, réalités qui devront être prises en compte dans le cadre du sommet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer