Vigilance pour l'avenir !

La vente de l'usine Cascades de Jonquière à... ((Archives))

Agrandir

La vente de l'usine Cascades de Jonquière à la société Graphic Packaging Holding Company (GPHC), annoncée dernièrement, a provoqué une certaine onde de choc dans la région.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Chicoutimi) La vente de l'usine Cascades de Jonquière à la société Graphic Packaging Holding Company (GPHC), annoncée dernièrement, a provoqué une certaine onde de choc dans la région. Rien ne laissait transparaître, en effet, qu'une telle transaction, qui implique également quatre autres unités de production, se préparait. D'autant plus que l'usine jonquiéroise se trouve au coeur de la fabrication d'un nouveau type de carton novateur et recyclable, le «Respak», actuellement en cours d'essais sur les marchés, destiné notamment à l'industrie de la restauration rapide, un marché colossal à l'échelle internationale, ce qui lassait poindre un avenir très intéressant pour l'usine.

Position

À première vue, la vente de la cartonnerie de Jonquière à des intérêts étrangers peut représenter une mauvaise nouvelle pour la région. La GPHC est présente un peu partout dans le monde. Elle compte un siège social à Bruxelles et un quartier général à Atlanta, à des milliers de kilomètres du Saguenay-Lac-Saint-Jean, donc. Du coup, les installations du chemin Saint-André se retrouvent diluées au sein d'un empire qui est bien loin d'avoir les mêmes racines et les mêmes préoccupations québécoises que Cascades... Certes, le passé industriel récent a démontré que ce genre de situation n'est pas toujours favorable aux intérêts de la région. Pensons uniquement au cas de l'usine Novelis...

Par contre, l'analyse démontre que, justement grâce au Respak, l'usine de Jonquière se retrouve bien positionnée au sein de sa nouvelle famille et peut espérer bien tirer son épingle du jeu au sein de la GPHC. Cette société, en effet, se spécialise déjà dans l'emballage alimentaire, où elle compte des clients très importants aux quatre coins du globe. Cette multinationale était d'ailleurs déjà un partenaire de la cartonnerie, qu'elle connaît donc bien.

Par conséquent, si le nouveau carton produit à Jonquière remplit ses promesses, il est ainsi susceptible de trouver des débouchés importants un peut partout sur la planète, ce qui aurait des répercussions très positives sur les installations du chemin Saint-André et par extension sur l'économie de toute la région. À mots à peine couverts, le porte-parole de Cascades, Hugo d'Amours, a indiqué, dans la foulée de l'annonce de la transaction, que le Respak avait d'ailleurs joué un grand rôle dans la décision de la Graphic Packaging Holding Company d'acheter ces cinq actifs et au premier plan la cartonnerie de Jonquière.

Réflexion

Le contexte dans lequel s'inscrit cette vente fournit également des pistes de réflexion importantes. Ainsi, Cascades a choisi de céder cinq usines à un prix, soit moins de 45 M$, somme toute modeste. La compagnie a choisi de concentrer ses énergies sur des secteurs pointus de l'industrie des pâtes et papier, soit notamment le papier tissu (mouchoirs, serviettes de table, papier hygiénique) et le recyclage, des secteurs de l'industrie où la demande demeure forte. Dans le cadre de cette stratégie, le Respak avait possiblement moins d'attrait pour cette société. Le développement et la commercialisation de ce produit seront donc vraisemblablement davantage moussés via la GPHC.

Du reste, cela envoie du coup un message à l'ensemble de la filière forestière québécoise et canadienne à l'effet que l'avenir est aux produits de niche et spécialisés, et que les compagnies qui sont à l'oeuvre dans ce domaine ont intérêt à investir un créneau précis et à chercher à y exceller et à s'y démarquer.

Si de nombreux indices permettent de croire, et d'espérer, que la cartonnerie Cascades de Jonquière est promise à un bel avenir au sein de sa nouvelle famille, il demeure que les prochains mois seront déterminants pour les installations et ses quelque 150 travailleurs. L'usine amorce une délicate période de transition en marge de laquelle, comme l'a bien souligné en nos pages le député de Jonquière Sylvain Gaudreault dans la foulée de la transaction, la vigilance de tous sera cruciale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer