Un forum utile et à répéter

La présence du premier ministre Philippe Couillard et... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

La présence du premier ministre Philippe Couillard et du ministre Pierre Arcand a attiré 325 personnes au colloque Horizon vers le nord.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Il ne faut surtout pas s'emballer trop vite. La demande mondiale pour les ressources naturelles connaît toujours des hauts et des bas importants et dépend d'une foule de facteurs difficiles à appréhender et impossible à contrôler. Néanmoins, les chiffres dévoilés lundi dernier dans le cadre du forum sur le Plan Nord organisé par Promotion Saguenay sont particulièrement alléchants: si les quatre grands projets actuellement dans les cartons venaient à se concrétiser à moyenne échéance sur son territoire, le Royaume obtiendrait des investissements directs de 3,5 G$ et pourrait espérer, par la suite, des retombées annuelles de 900 M$ pendant au moins une décennie. Ces prévisions justifient donc amplement les efforts déployés par le milieu socioéconomique régional, depuis quelques années, afin de mettre en place les fondements d'une filière minière et d'équipementiers capables de tirer son épingle du jeu ici, mais aussi ailleurs au Québec, voire à l'extérieur.

Réflexion

À cet égard, l'exercice de réflexion, d'information et de réseautage organisé par Promotion Saguenay représente un bon coup pour l'organisme et pour l'ensemble de l'économie régionale. L'événement a permis à plus de 325 participants de se rencontrer, d'échanger et de se positionner par rapport à leurs projets respectifs. La présence du premier ministre Philippe Couillard et du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a aussi donné une crédibilité, une portée et une visibilité intéressante à l'exercice.

Dans le contexte économique actuel, le modèle de forum organisé par Promotion Saguenay gagnerait d'ailleurs à être renouvelé dans d'autres secteurs d'activités, sur une base régulière. Le bras de développement économique de la capitale régionale dispose des outils et des ressources pour jouer un rôle de moteur pour l'ensemble de la région en matière de développement et de concertation dans des domaines comme la forêt ou l'aluminium.

Dans la foulée du forum de lundi, les entrepreneurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean disposent aujourd'hui d'une meilleure lecture et d'une meilleure compréhension des enjeux et des projets concernant la filière minière régionale. C'est à eux, désormais, de se positionner et de préparer leur stratégie afin d'en tirer parti au maximum lorsque les projets, éventuellement, seront officiellement lancés sur le terrain et que leur montage financier sera définitivement bouclé.

Dans son allocution à la communauté d'affaires, le premier ministre Couillard a pour sa part rappelé les grandes lignes de son Plan Nord nouvelle mouture. Ce plan vise, et c'est justifié, à positionner le Québec et à le doter des infrastructures nécessaires pour maximiser les retombées générées par l'exploitation de ses ressources naturelles lorsque la demande mondiale reprendra de la vigueur. Ce plan prévoit aussi la création d'une Société du Plan Nord dotée d'un siège social et d'un autre organisme voué à la promotion touristique du nord du Québec. La vision nordique proposée par le gouvernement Couillard cherche, en effet, à aller plus loin que la simple exploitation des ressources naturelles, ce qui est porteur.

Mais, ce qui serait davantage porteur, ce serait que le siège social de la Société du Plan Nord et celui de la Société touristique du nord soient érigés dans des régions ressources et y génèrent des retombées directes.

Signal

Il est certes difficile de convaincre certains fonctionnaires à quitter les grands centres pour s'établir en région. Mais ce n'est pas une tâche impossible, surtout dans un contexte où l'on crée une nouvelle structure plutôt que de déplacer des services déjà existants.

En implantant ces organismes dans une région nordique, le gouvernement enverrait un signal formel de sa volonté de décentraliser et de déconcentrer les services publics. Il enverrait une preuve tangible de son engagement envers les régions et envers leur développement économique. Sans que cela ne coût plus cher à l'État, bien au contraire, en cette période d'austérité...

De plus, cela effacerait en partie le goût un peu amer laissé par la création de l'Institut nordique du Québec, un consortium de recherche réunissant trois instituts universitaires... de Québec et de Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer