Les défis gris de M. Couillard

Si les actions du gouvernement du Québec suivent... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Si les actions du gouvernement du Québec suivent la vision développée hier matin, devant les membres du Cercle de presse du Saguenay, par le premier ministre Couillard, la région peut espérer voir sa filière de l'aluminium connaître une période faste dans laquelle les activités de transformation du métal seront au coeur des priorités.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Saint-Gelais
Le Quotidien

(Chicoutimi) Si les actions du gouvernement du Québec suivent la vision développée hier matin, devant les membres du Cercle de presse du Saguenay, par le premier ministre Couillard, la région peut espérer voir sa filière de l'aluminium connaître une période faste dans laquelle les activités de transformation du métal seront au coeur des priorités.

Le député de Roberval, accompagné par son collègue de Dubuc Serge Simard, a profité de la tribune pour démontrer sa maîtrise des enjeux qui concernent cette industrie au Saguenay-Lac-Saint-Jean comme sur le reste de la planète. Visiblement, le premier ministre a choisi de faire de l'aluminium une priorité personnelle et il a un plan afin que le Québec, et le Saguenay-Lac-Saint-Jean, demeurent à l'avant-plan mondial et conservent leur position privilégiée. Ce plan passe, a-t-il indiqué, par la mise en place de la Stratégie nationale sur l'aluminium, actuellement en cours d'élaboration par le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust. En matière de métal gris, le dévoilement de cette stratégie constituera le deuxième grand défi du gouvernement Couillard. Devant les membres du Cercle de presse, le premier ministre a laissé entendre que la stratégie servira de levier afin de favoriser la transformation de l'aluminium au Québec et qu'elle comprendra des mesures pour soutenir les PME actives au sein de cette filière, ce qui est en effet essentiel.

Ce dernier a aussi soutenu qu'il était primordial que le Québec fasse plus de place à l'aluminium dans ses grands projets, notamment dans le domaine des infrastructures, et que, dans ce contexte, les surplus actuels d'énergie propre et renouvelable pouvaient servir de levier.

Ces orientations sont constructives et porteuses pour l'avenir de la région et pour les intérêts de cette filière. Elles sont aussi rassurantes car elles rejoignent certaines actions déjà posées en cette matière par le précédent gouvernement et réclamées par le milieu. Mais encore faut-il que ces orientations soient clairement présentes dans l'esprit et dans les mesures qui seront dévoilées par le ministre Daoust. D'où l'idée que cette politique constitue un défi important pour le gouvernement.

Pourtant, cette stratégie sera le deuxième test «métal gris» du gouvernement Couillard parce qu'auparavant, à très court terme, Québec et Rio Tinto Alcan doivent s'entendre au sujet de l'extension de la durée de vie des cuves précuites du Complexe Jonquière. Sur ce point majeur pour l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le premier ministre a indiqué, à son tour, que les discussions avec la multinationale progressaient bien et qu'il y avait un intérêt mutuel pour les deux parties à conclure une entente satisfaisante. Ce dossier augure donc bien. Mais, il demeure, compte-tenu des échéanciers serrés, le premier défi «aluminium» que doit réussir le gouvernement. La fermeture des cuves précuites aurait, en effet, des impacts majeurs sur l'ensemble de la filière régionale et nationale du métal gris, et des impacts socioéconomiques très importants sur la région. Et elle aurait des impacts décisifs sur le succès de la Stratégie nationale québécoise sur l'aluminium.

Dans cette affaire, RTA et Québec sont, à toutes fins pratiques et pour toutes sortes de considérations politique, économique et sociale, obligés de trouver rapidement une issue gagnante-gagnante. L'attitude du premier ministre, hier, sur cette question, a démontré qu'elle était prise au sérieux dans les officines gouvernementales concernées. Reste que le temps presse.

Puissant message

Philippe Couillard a également lancé un autre puissant message concernant l'avenir et le développement de la filière régionale de l'aluminium en confirmant que des contacts sérieux avec des investisseurs crédibles ont présentement cours concernant l'éventuelle implantation d'une aluminerie dans le Haut du Lac. Évidemment, le député de Roberval s'est bien gardé de préciser un quelconque échéancier concernant ce rêve caressé de longue date par le milieu jeannois, ni d'identifier les partenaires. Par contre, que le premier ministre confirme que le projet chemine constitue un gage de crédibilité particulièrement fort. À terme, la concrétisation d'un tel chantier nécessitant des investissements aussi importants et qui créerait plusieurs centaines d'emplois de qualité aurait des impacts positifs énormes pour l'ensemble de la région et y créerait une toute nouvelle dynamique. On parle d'un projet à très long terme. Mais ce serait tout un troisième défi réussi pour Québec si jamais il devenait réalité...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer