Magris doit maintenir le cap

La mine Niobec, située à Saint-Honoré-de-Chicoutimi, dans la... (Photo Rocket Lavoie, Archives Le Quotidien)

Agrandir

La mine Niobec, située à Saint-Honoré-de-Chicoutimi, dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, est l'un des trois producteurs de niobium dans le monde.

Photo Rocket Lavoie, Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Saint-Gelais
Le Quotidien

(Chicoutimi) Bonne nouvelle, la période d'incertitude aura été de courte durée à Saint-Honoré. La mine Niobec n'aura finalement été à vendre, publiquement et médiatiquement du moins, que durant quelques jours à peine. Autre bonne nouvelle dans ce dossier très important pour l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le nouveau propriétaire, Magris Ressources, est basé à Toronto tout comme l'était Iamgold, donc pas trop loin géographiquement, et ce dernier peut apparemment compter sur des partenaires financiers dotés d'importants moyens, ce qui est intéressant dans un contexte où la mine caresse des projets d'expansion majeurs.

En entrevue avec Le Quotidien, la semaine dernière, le chef de la direction de Magris Ressources, Aaron Regent, a multiplié les propos rassurants, affirmant déjà bien connaître la région et les réalités du milieu, et se disant prêt à continuer le développement de la mine à long terme en conservant, et en solidifiant, l'approche axée sur la communication et l'ouverture mise en place par Iamgold.

M. Regent a aussi indiqué qu'une fois la période de transition et d'approbation de la transaction complétée, normalement d'ici à la fin de l'année, des rencontres auraient lieu avec les autorités locales et que l'accent serait rapidement mis sur l'optimisation de la mine.

Des déclarations rassurantes certes, d'ailleurs pratiquement unanimement bien accueillies dans la région.

Actions

L'important, cependant, c'est que les actions qui seront posées par Magris Ressources au cours des prochains mois confirment cette volonté.

Le maintien en place de l'actuelle équipe de dirigeants de la mine Niobec constituerait un bon point de départ en ce sens. Jusqu'à maintenant, les gestionnaires ont bien su gérer toutes les étapes entourant les projets d'expansion du site. Ils ont su apaiser les craintes et les interrogations des citoyens des environs et établir avec eux une bonne relation, ce qui n'était pas une mince tâche.

Dans ce contexte, et même si le projet d'expansion de la mine ne prévoit plus employer, du moins à court et moyen terme, la technique dite par «blocs foudroyés», laquelle aurait eu davantage d'impacts sur les résidants environnants, Magris Ressources aurait d'ailleurs intérêt à maintenir en place son bureau de relation avec le milieu ouvert à Saint-Honoré.

De même, plus les nouveaux propriétaires de Niobec effectueront rapidement une première tournée officielle dans la région, plus ils enverront un signal fort de leur intérêt dans le développement de leur nouvelle acquisition.

À moyen et long terme, on pourra valider le réel intérêt de Magris Ressources pour les installations de Saint-Honoré par la vitesse avec laquelle cette dernière investira dans des projets concrets destinés à consolider et surtout à accroître les opérations de la mine.

Selon des données préliminaires dévoilées par Niobec, des investissements de 420 M$ seront nécessaires, au cours des prochaines années, afin de permettre l'expansion des activités de forage en profondeur à partir des galeries souterraines déjà existantes. Cet investissement permettrait d'ajouter 18 ans à la durée de vie actuelle estimée de la mine.

Lancer rapidement ces travaux enverrait un signal intéressant à la région.

Dans une perspective à plus long terme, l'arrivée d'un nouveau propriétaire permet aussi d'envisager sous un autre angle la possibilité d'exploiter éventuellement les gisements de terres rares repérés près des installations actuelles, ce qui pourrait contribuer à diversifier et à solidifier la position des installations de Saint-Honoré. Axée sur l'exploitation aurifère, Iamgold ne manifestait plus le même appétit pour ce type d'investissements.

À l'intérieur d'une groupe minier plus diversifié, la mine Niobec est effectivement susceptible de profiter d'un «boost» intéressant générateur de retombées économiques salutaires pour la région.

Chose certaine, Magris Ressources, désormais, se retrouve avec la pression d'établir à son tour une bonne relation et un bon partenariat avec la communauté et de faire. À son tour de faire ses preuves en cette matière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer