Améliorer le modèle

Partager

François St-Gelais
Le Quotidien

Le gouvernement du Québec s'apprêterait à faire le ménage dans le fonctionnement des Conférences régionales des élus (CRÉ), a-t-on appris hier dans les pages de La Presse et du Quotidien. Ainsi, les règles comptables seraient resserrées et la reddition de comptes mieux balisée. Le ménage serait également fait dans l'ensemble des processus administratifs de ces organismes de concertation, notamment en regard des salaires et des frais de représentation. Bref, les CRÉ, créées en 2004 par le gouvernement libéral en remplacement des Conseils régionaux de développement (CRD), sont dans la mire du ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault.

Dans le contexte budgétaire actuel, procéder à la normalisation du mode de fonctionnement des CRÉ est sans doute une bonne idée. Les structures qui régissent le fonctionnement de ces organismes datent de bientôt une décennie. C'est une longue période et cela justifie sans doute une révision des procédures et un certain dépoussiérage. Après tout, les conférences régionales des élus sont appelées à gérer des fonds publics et des enveloppes et des programmes d'investissements de plusieurs millions de$ à chaque année. Et, puisque les budgets de fonctionnement de ces instances proviennent totalement du trésor de l'État, il est logique que le gouvernement supervise et édicte les normes à suivre en matière de salaires, de remboursement de frais de déplacement et de coûts dévolus à l'administration. Une normalisation de ces aspects se conçoit donc bien. En autant, toutefois que ce processus de normalisation tienne compte, lorsque cela est opportun, des particularités propres à chaque région. Une CRÉ au Saguenay-Lac-Saint-Jean, sur la Côte-Nord ou en Gaspésie n'a pas les mêmes contraintes qu'une CRÉ à Montréal ou dans la grande région urbaine de Québec, ne serait-ce qu'en vertu de la nature des dossiers traités ou des frais de déplacement de ses membres et de ses employés.

Du reste, il est important que dans son processus de révision du fonctionnement des conférences régionales des élus, Québec ne jette pas le bébé avec l'eau du bain, pour reprendre l'expression consacrée juste afin de laisser leur empreinte politique dans ce domaine.

Rôles

Car, c'est du moins le cas dans la région, les CRÉ exercent des rôles importants dans leur milieu. Il s'agit de la seule table où se retrouvent ensemble les maires des grandes villes ou, dans le cas de Saguenay, leurs représentants, les préfets des MRC, les Innus de Mashteuiatsh et les principaux acteurs de la société civile actifs dans leur milieu (syndicats, gens d'affaires, commissions scolaires), et ce, au-delà de leur allégeance politique respective. La disparition de ces organismes créerait donc un vide qu'il faudrait alors combler d'une manière ou d'une autre. Car, il est certain que la concertation et la collaboration entre ces partenaires sont cruciales pour l'avancement socioéconomique d'une région comme la nôtre. D'autant plus que pour le gouvernement, les économies réalisées seraient alors minimes, voire nulles. Probablement qu'un tel brassage de structures serait même plus coûteux qu'un statu quo associé au ménage administratif des CRÉ proposé par Québec.

Certes, dans certains dossiers, d'aucuns auraient apprécié que la Conférence régionale des élus du SaguenayLac-Saint-Jean se montre plus incisive, notamment en marge de la réforme de l'assurance-emploi, en proposant de nouvelles solutions concernant la relance économique, voire dans le dossier de la Jim-Gray et de la «renaissance» de Produits forestiers Résolu. Mais, dans l'ensemble, la CRÉ régionale fonctionne bien, avec une équipe de permanents somme toute modeste et des rétributions versées aux élus pratiquement inexistantes. Dans le dossier des sentiers permanents de VTT et de motoneiges, notamment, la Conférence régionale des élus du SaguenayLac-Saint-Jean a fait un excellent travail, identifiant rapidement et à faible coût un tracé régional fonctionnel, preuve que le modèle en place peut fonctionner et produire des résultats. Ce dossier, d'ailleurs, est présentement au neutre dans les cartons du gouvernement... Dans les faits, le ménage que s'apprête à faire le gouvernement Marois doit viser à rendre les CRÉ plus efficaces et mieux adaptées aux nouveaux défis plutôt que de servir uniquement des objectifs politiques. Ce ne sera que plus profitable pour les régions, comme le SaguenayLac-Saint-Jean, qui ont besoin de tous leurs leviers de développement et d'un maximum d'autonomie.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer