Des humains plus verts

Partager

Nicole Huybens
Le Quotidien

Cette semaine, j'ai été amenée à répondre plusieurs fois à cette question: qu'est-ce qu'un éco-conseiller? Qu'est-ce qu'ils ont de si particulier et de si unique? «Éco-conseil» est une formation dispensée uniquement à Chicoutimi, à Strasbourg en France et à Namur en Belgique.

Tous les éco-conseillers sortent de l'une de ces écoles. Ici, au Québec, il s'agit d'un programme de deuxième cycle qui permet aux étudiants d'obtenir le titre en un an et à ceux qui veulent persévérer d'obtenir une maîtrise. C'est un grand avantage sur le marché du travail. Les éco-conseillers sont des professionnels de l'environnement pour un développement durable. Le programme comporte donc des cours de sciences sur les problèmes d'environnement: les déchets, les pollutions de toutes sortes, la dégradation des terres, la diminution de la biodiversité, les changements climatiques... Mais ce n'est pas suffisant pour le développement durable. Les éco-conseillers ont donc aussi des cours de droit de l'environnement et d'économie. Ils apprennent à utiliser des outils de gestion pour construire et évaluer des projets. Une partie de leur apprentissage est consacrée aux sciences humaines et sociales: ce sont les humains qui ont des problèmes de développement durable et on ne peut pas travailler à un monde plus souhaitable sans eux! Enfin, les éco-conseillers sont des «professionnels»: ils apprennent un métier à l'université. Certains cours les mettent donc en situation de travail: ils organisent un colloque, écrivent une chronique, réalisent un projet pour une organisation qui le souhaite et font un stage rémunéré d'au moins 600 heures. Les étudiants apprécient beaucoup cette manière d'apprendre.

Réflexion

Ainsi, leur parcours académique est multidisciplinaire dans l'apprentissage et transdisciplinaire dans les travaux, exercices, mises en situation et autres travaux pratiques. Éco-conseil, c'est une formation pratique et qui fait réfléchir. Un éco-conseiller est plus conscient pour être plus libre. Il connaît mieux la nature pour être plus vert. Il connaît mieux les raisonnements économiques pour être plus juste. Et il fait la différence entre culpabilité et responsabilité pour être plus humain.

J'aime beaucoup m'appuyer sur ce que les anciens étudiants disent de leur formation et de leur métier pour en parler. Ils disent que la formation est rafraîchissante et mobilisante et que c'est une inoubliable expérience de vie. Elle est une occasion de rêver ensemble à un autre monde et de construire un chemin réaliste pour amener d'autres personnes sur le chemin qui y mène. Ils disent avoir des connaissances et des outils pour mettre leur idéal en pratique dans la vie professionnelle aujourd'hui, tout de suite. Ils savent analyser des problèmes en considérant les avis de tous les autres: une seule «vérité vraie» n'a plus de sens quand on veut travailler à un développement plus souhaitable. La formation leur ouvre toutes sortes de portes qui donnent accès à un monde plus responsable. Ils sont persuadés que l'alliance science et éthique est essentielle pour être un agent de changement dans un monde qui change irrémédiablement. Ils trouvent un travail qui donne du sens à leur vie et de la profondeur à leurs idéaux. Ils aident à la décision pour que les bonnes choses soient bien faites. J'adore la formule utilisée par cette étudiante: «La formation en éco-conseil est donnée par des humains à d'autres humains soucieux d'une meilleure humanité». Parfois, ils désespèrent de tout parce que rien ne va plus... alors c'est leur réseau, auquel ils ont appris à faire appel, qui leur redonne du courage.

Au Québec, il faut venir à Chicoutimi pour devenir éco-conseiller... Un hiver tout blanc, une ville et une université à taille humaine, la nature omniprésente, un lien facile avec la vie des autochtones très présents dans la formation, c'est une opportunité bien plus qu'un handicap!

Nicole Huybens verse son cachet à la campagne majeure de financement de l'UQAC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer