Des clowns qui font du bien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Laura Lévesque
Le Quotidien

Elle ne se souvient plus de nous, mais elle se souvient des paroles de cette chanson.»

C'est la réaction de cette femme, la bru d'une dame atteinte d'Alzheimer, qui m'a le plus marqué. Les Clowns thérapeutiques font du bien aux résidants. Mais, visiblement, ils en font aussi à leurs proches.

C'était en début d'après-midi, les deux clowns font un arrêt dans un petit salon. Ce n'est pas dans leurs habitudes, car ils préconisent les visites dans les chambres, en toute intimité. C'est plus propice à l'écoute.

Assise sur le sofa, une femme visite sa belle-mère. Elles regardent au loin et ne discutent pas. Dans son fauteuil roulant, la dame semble ailleurs. Sa belle-fille offrait sa présence. Avant la maladie, elles étaient très proches l'une de l'autre, a-t-elle confié, la gorge nouée.

D'un tact irréprochable, les clowns entrent délicatement en relation avec les deux personnes. M. Monde Entier s'assoit avec la femme et Mme Swiffer, s'accroupit devant elle. Après quelques phrases d'usage, un des clowns entonne les premières paroles d'une chanson. Une pièce qui date de plusieurs décennies et qui pourrait toucher la dame. D'un coup, cette dernière s'est mise à chanter. Elle était à l'aise, connaissait les paroles par coeur. Mais c'est le visage de sa bru qui s'illuminait le plus. Elle était contente pour sa belle-mère. C'était une parcelle de joie dans cet univers souvent sombre. Sombre pour la famille, il faut le dire. Cette femme venait de raconter que le mari de sa belle-mère était décédé il y a quelques mois. La famille a préféré ne rien lui dire étant donné son état de santé. La dame avait également perdu un enfant au cours de la même période, mais elle n'en savait rien.

J'ai essayé de cacher mes yeux mouillés. Difficile de rester insensible devant ces moments. Si on termine notre vie dans ces conditions, on espère du moins en vivre quelques-uns.

Voyant son enthousiasme envers la musique, les clowns choisissent une autre chanson. «Elle chantait dans les chorales», prévient la bru. Les clowns tentent donc de trouver des morceaux dont elle pourrait se souvenir. Ils chantent, en toute douceur, des cantiques de Noël. La dame les connaît tous.

Les deux clowns doivent poursuivre leur tournée. La dame embrasse les deux "thérapeutes" du coeur. Cet arrêt n'était pas prévu, mais ô combien il a fait du bien. La bru a chaleureusement remercié les deux comédiens. En quelques minutes, cette visite s'est transformée en un heureux moment pour les deux femmes.

Impressionnée par le talent des clowns, je lance «vous êtes de bons comédiens.»

«On ne joue pas la joie. On la vit», me répondent les clowns.

Ces tournées font du bien aux résidants, à leurs proches, aux familles.

Mais entre vous et moi, ça fait aussi du bien aux clowns.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer