Valoriser l'eau

 

Nicole Huybens
Le Quotidien

L'Organisation des Nations Unies (ONU) réunit presque tous les pays de la Terre. Fondée juste après la Seconde Guerre mondiale, en 1945, sa mission est d'assurer la paix dans le monde. Elle poursuit plusieurs objectifs : favoriser le développement des pays émergents et la coopération internationale, maintenir la paix et la sécurité, encourager le respect des droits de l'Homme. Le Conseil de sécurité, le Conseil économique et social et la Cour internationale de justice sont des instances de l'ONU dont on entend souvent parler. Depuis 2007, M. Ban Ki-moon en est le secrétaire général. L'ONU est financée par les contributions obligatoires des États membres et des contributions volontaires d'organisations diverses.

Ses écrits sont traduits en six langues : anglais, arabe, espagnol, français, mandarin et russe. L'ONU n'est pas un gouvernement mondial et ne peut donc pas édicter de lois. Cependant, elle prend des « résolutions « traduites parfois dans des traités et conventions internationales et que les nations utilisent pour légiférer. L'ONU dispose d'agences spécialisées dont l'OMS (santé) l'UNESCO (éducation, sciences et culture) ou l'UNICEF (enfance) par exemple.

Enjeux

Au fil des ans, l'ONU a établi des journées, semaines, années « de quelque chose « pour attirer l'attention sur des enjeux internationaux importants pour la vie en paix sur la terre. En 1992, le 22 mars est devenu la « Journée mondiale de l'eau «. À cette occasion, différentes organisations se mobilisent pour valoriser l'utilisation responsable de l'eau partout dans le monde. L'eau et la sécurité alimentaire sont les thèmes de la journée pour 2012.

L'homme utilise de l'eau pour toutes sortes d'activités : boire, cuisiner, se laver, pour produire des autos, du papier, des vêtements et surtout pour l'agriculture. La production de grains, de viande, de lait, de poissons, de légumes nécessite de très grandes quantités d'eau. Le manque d'eau peut donc être une cause majeure de famine, surtout là où la vie des personnes est étroitement liée à une agriculture locale de subsistance.

Pour nourrir tout le monde, surtout dans les pays en voie de développement, la production agricole devrait croître. Mais une meilleure gestion de tout ce qui est déjà produit devrait aussi être mise en place partout. En effet, plus ou moins 30 % de la production agricole du monde se perd chaque année.

Dans les pays en voie de développement, le stockage et le transport des denrées alimentaires sont difficiles en raison du manque de moyens techniques : pas ou trop peu de réfrigération et de transformation industrielle permettant une conservation adéquate des aliments. Dans les pays industrialisés, il faudrait éradiquer le gaspillage de nourriture : les distributeurs et les consommateurs jettent de grandes quantités de produits agricoles sans se rendre compte qu'ils jettent en même temps les grandes quantités d'énergie et d'eau qu'il a fallu pour les produire.

Cette année, quelques professeurs de l'UQAC et des organisations liées à la gestion de l'eau au Saguenay-Lac-Saint-Jean ont décidé de s'unir pour proposer, le jeudi 22 mars, une journée de sensibilisation sur le thème : « Au fil de l'eau qui nous rassemble «. À partir de midi à l'entrée du pavillon Alphonse-Desjardins, le public est invité à s'informer et discuter des recherches des étudiants de cycles supérieurs sur les problématiques de l'eau. Des kiosques permettront de faire connaître les activités des groupes régionaux : Eurêko, l'OBV Saguenay, le CREDD, ZIP Saguenay et le groupe Naïades. Un film, « Chercher le courant «, réalisé par Nicolas Boisclair et Alexis de Gheldere, sera projeté à 18heures.

Enfin, à 19h45, une table ronde permettra une discussion autour des thèmes suivants : l'eau et la vie, l'eau sous nos pieds, l'eau notre responsabilité, l'eau un engagement social et l'eau source d'énergie. À peu près 884 millions de personnes dans le monde n'ont pas accès à une eau propre à la consommation. Presque 1,5 million d'enfants meurent chaque année de maladies liées à l'eau insuffisante ou de mauvaise qualité. Nous vivons dans un pays de cocagne : l'eau y est abondante, disponible et de très bonne qualité.

Ici, nous ne devons pas faire grand-chose pour contribuer à une utilisation responsable de l'eau en agriculture à notre niveau : juste bannir le gaspillage alimentaire en n'achetant que les aliments que nous consommons réellement.

Nicole Huybens verse son cachet à la campagne majeure de financement de l'UQAC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer