Nos valeureux travailleurs de la construction

OPINION / En avez-vous assez de ces petits groupes de personnes qui en... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / En avez-vous assez de ces petits groupes de personnes qui en profitent pour démolir ce que d'autres ont construit ? Ils se moquent de la démocratie. Ils n'ont pas le courage de se faire élire ou même de s'exprimer en personnes éduquées. Par leurs comportements fautifs, ils en arrivent au contraire de leur objectif lorsqu'ils en ont un de positif.

Ils sèment la morosité ! Ce sont pour la plupart des gens instruits qui ont des problèmes personnels et qui veulent décharger leur culpabilité sur la société. En plus de ne pas vouloir regarder en eux-mêmes, ces personnes portent un masque par-dessus leurs masques. Le pire, c'est que ces personnes savent qu'elles savent et veulent avoir raison plutôt qu'être heureuses. Elles déconstruisent !

Par contre, dans notre société québécoise, il y a des personnes respectables qui méritent notre admiration. 

Je veux parler des travailleurs de la construction. Pour la très grande majorité, ce sont des personnes compétentes, habiles, fortes et réservées. 

Beau temps, mauvais temps, ces constructeurs travaillent parfois dans des conditions difficiles. Leur lieu de travail est variable et parfois éloigné. En raison du travail à produire, ce sont habituellement des travailleurs d'équipe, calmes, pacifiques et centrés. Sécurité oblige ! 

En raison du climat, en période plus chaude, ils font du surtemps et pour certaines en période hivernale, du chômage.

À nos valeureux travailleurs de la construction, le gouvernement du Québec décrète deux semaines de vacances, « les vacances de la construction ». À part cela, ces travailleurs qui contribuent à la collectivité sont très peu mis en évidence. 

Ce sont les patrons et les politiciens qui récoltent les honneurs lors des premières pelletées de terre ou lorsque l'oeuvre est réalisée. 

Pour leur participation à construire, à leur manière, un Québec toujours plus moderne, un monument, en leur honneur, devrait être érigé dans la capitale nationale. 

À titre de suggestion, pourquoi pas un immense marteau avec à son sommet un chapeau de sécurité ! Bien du monde en ferait des photos et cela serait un rappel constant de la présence et de l'efficacité des travailleurs de la construction. Ce serait un signe humanitaire puissant qui aiderait à éveiller des consciences et calmer les ardeurs des « casseurs » qui font mal paraître ceux qui ont du génie et du civisme. Plusieurs villes pourraient ériger à leur guise, dans des carrefours giratoires, un monument en hommage aux travailleurs de la construction. Il pourrait avoir un dimanche dans l'année dédié aux travailleurs de la construction. 

Je suis d'opinion que la société québécoise serait d'accord avec une décision gouvernementale dans ce sens. Ça ne couterait pas cher et ça serait signifiant. Le Québec se doit d'avoir plus de pacifistes. 

Le pacifiste est doté de la lumière du peureux sans son ambiguïté, la force du dominateur sans son agressivité, la douceur de la victime sans son hypersensibilité ou sa peine. 

Ainsi, il sait s'affirmer et se faire respecter au lieu de contester ou pleurer. Il est un constructeur, un actif pour la société.

Martin Belley 

Saint-Nazaire

Moi, moi, moi... Le slogan de Jean Tremblay

OPINION / J'ai rarement vu pareil personnage issu de la lignée des Coderre de ce monde, savoir son éminence Jean Tremblay.

Même sur son départ de la vie politique, une très bonne décision pour les citoyens de Saguenay, il se croît être le cadeau divin à cette même population. Rien de moins qu'une création divine !

Je suis d'avis, à titre d'outsider, que sa disparition aura des effets positifs. Le pouvoir use et un changement de gang ne pourra qu'être positif. On verra les sangsues quitter, tels des parasites détruits par les antibiotiques. Mais, attention ! Il faudra énormément de courage au nouveau maire ou à la nouvelle mairesse pour se défaire de son spectre, puisque plusieurs intervenants de la scène politique municipale sont sa création, comme dans faire quelque chose avec rien ! Même sur son départ, il trouve encore le moyen de salir des candidats, croyant posséder la science infuse. Il appartient à la population de trancher et non à ce maire irrespectueux, fort en gueule.

Monsieur le maire, sachez qu'il faut respecter son prochain comme soi-même, pour l'amour de Dieu ! Amen !

Alain Villeneuve, avocat

Saguenay




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer