J'avais les yeux dans l'eau

Sonia Côté, coordonnatrice de Loge m'entraide... (Archives Le Progrès)

Agrandir

Sonia Côté, coordonnatrice de Loge m'entraide

Archives Le Progrès

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / M. le maire, il faut que je vous raconte. Depuis le 24 juin 2017, les locataires ont commencé à déménager dans la Coopérative d'habitation la Persévérance. Je prends le temps d'accueillir chacun pour leur souhaiter la bienvenue et du bonheur dans leur nouvelle demeure.

Si vous voyiez leurs yeux brillants, leur sourire radieux et leur joie illuminée d'être logés enfin dans un logement de qualité, sécuritaire, abordable où priment le partage, l'entraide, la solidarité ! Devant une telle réalisation, les obstacles, les batailles, le passé n'existent plus. Seul le présent compte, de voir si heureux ces personnes pour qui le combat de quatre ans a été mené.

J'avais les yeux dans l'eau très souvent devant tant d'émerveillement ! Et je me disais : c'est dommage que le maire ne soit pas témoin de ces moments émotifs et significatifs que vivent ces locataires à leur entrée ! Il ne regretterait pas d'avoir offert une contribution municipale pour aider ce projet à naître en constatant le bonheur de ses « citoyens d'abord » enfin logés dignement ! Il serait heureux d'avoir accepté de partager la richesse de la Ville pour aider ce projet qui apporte aux locataires bien plus qu'un don, mais ce qui ne s'achète pas : la dignité, la confiance, la joie, l'espérance, la sécurité...

M. le maire, vous pouvez encore faire preuve de compassion avant votre départ de la vie politique en aidant la naissance de la coopérative d'habitation la Solidarité à Jonquière. Vous avez encore le pouvoir de faire une différence dans la vie de locataires appauvris avant qu'il ne soit trop tard. Faites preuve de partage pour aider à loger dignement celles et ceux qui vous crient à l'aide depuis 2015, désespérés d'être condamné à vivre dans des conditions de logement inhumaines.

J'ai lu votre livre Croire ça change tout. Voici un extrait : « On ne peut pas refuser de partager avec les plus pauvres et espérer être heureux. Les personnes comblées d'argent qui se complaisent dans leur vie confortable (...) devraient s'arrêter pour réfléchir à certains passages de la Bible, entre autres celui-ci : "Malheur à vous qui riez maintenant, car vous connaîtrez le deuil et les larmes" ».

M. le maire, si ce que vous avez écrit dans ce livre vient vraiment du plus profond de votre coeur, alors il vous reste encore un dernier geste de partage à poser avant de quitter, celui d'aider la naissance de la coop d'habitation la Solidarité. Vous en serez plus heureux d'avoir rendu encore plus heureux vos citoyens appauvris dans le besoin. Ne les décevez pas ; ils ne méritent pas, après autant d'années sur le champ de bataille, de récolter votre indifférence. Ils veulent eux aussi leur place au soleil !

Sonia Côté, coordonnatrice

Loge m'entraide

OPINION / M. le maire, il faut que je vous raconte.... (Archives, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Archives, La Presse

Identité québécoise

OPINION / Je désire répondre à M. Mario Simard sur son texte (publié le 27 juin dernier). Encore un texte soupesé sur l'indépendance du Québec ou un pays à construire. 

Mais parbleu ! Qu'est-ce qu'on cherche au juste ? L'option de l'indépendance est rejetée au Québec, Parti québécois en pente douce et relégué troisième parti, le Bloc québécois à l'agonie, il choisira l'aide à mourir de son plein gré. Voyons donc, nous avons déjà notre pays, nous en avons même deux bien à nous. 

Soyons lucides, nous avons perdu deux référendums, reculé un troisième parce que les bien-pensants savent très bien qu'ils ne le gagneront jamais. Il n'y a personne qui explique l'indépendance. 

Faites un peu de recherche et Statistique Canada nous indique qu'Ottawa engrange près de 41 milliards par année du Québec et en débourse près de 61 milliards. Un gain de près de 20 milliards, et ajoutons à cela une péréquation de 10 milliards en notre faveur, payés par les Albertains de leur pétrole. Comble de stupidité, on leur refuse de faire passer leur pipeline sur notre territoire. 

Nous sommes le seul peuple au monde qui refuse d'exploiter sa richesse naturelle de pétrole. Demandez à l'Arabie Saoudite de ne pas exploiter son pétrole sous prétexte que ça salit leur sable... 

Peuple québécois, nous devons réfléchir, calculer la facture. Nous avons une dette de près de 300 milliards, nous allons devoir payer la partie de rachat de notre part du Québec qui sans doute sera de 100 milliards, notre défense coûtera près de 30 milliards. Et je ne sais pas pour l'assurance-emploi ? Pour les pensions fédérales ? Les ambassades ? L'intérêt de ce capital de dettes, possiblement 50 milliards par année ? Notre PIB québécois ne pourra jamais supporter une telle dette ; il y aura baisse de qualité de vie et vous les jeunes, vous en paierez la facture. Vous n'êtes pas sortis du bois. 

Pourquoi ne pas bâtir en unissant nos forces pour créer de l'emploi ? Notre langue est bien protégée. S'unir dans une perspective nationaliste, parce que nous devons être fiers d'être bilingues. C'est une richesse inouïe. Allez à Londres et interrogez les 25 premières personnes que vous allez rencontrer. Elles sont toutes trilingues. Je pense fermement que nous devrions être des Québécois fiers, des nationalistes fiers, et des confédéralistes dans une logique pure. À quand un troisième film d'Elvis Gratton, la bedaine à l'air, notre grosse bière à la main, chauffés au soleil cigarette au bec (bientôt notre joint) et pauvres ? Ne nous souhaitons pas cela.

André Tremblay B.A, Phd

Saguenay




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer