Lettre à Justin Trudeau

Jean-Pierre Blackburn... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jean-Pierre Blackburn

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / Monsieur le premier ministre,
Au moment où l'avenir de l'industrie canadienne du bois d'oeuvre connaît à nouveau des heures difficiles, avec de nouvelles taxes sur le bois d'oeuvre canadien oscillant en moyenne autour des 20 %, je me permets d'attirer votre attention quant à l'importance de votre implication personnelle dans ce dossier.

Il ne peut y avoir de programme d'aide de soutien aux entreprises affectées par les surtaxes américaines, sans réelle volonté gouvernementale, et surtout sans la volonté personnelle du premier ministre du Canada. Et à ce moment-ci, cette aide est non seulement devenue nécessaire, mais aussi « vitale » pour nos entreprises, nos travailleurs, et nos communautés.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean plus particulièrement, le secteur de la forêt représente 12 000 emplois. Et dans un avenir très immédiat, certaines papeteries risquent de fermer s'il n'y a pas de mesures de soutien, entraînant dans leur sillage scieries et travailleurs forestiers. S'il fallait qu'un tel scénario se produise, le résultat serait un « tsunami » pour nos communautés.

Aussi, parmi les mesures de soutien qui pourraient être envisagées, si je peux me permettre quelques suggestions, j'en ferai quatre, monsieur le premier ministre, sans qu'elles soient exclusives.

1) Les garanties de prêt devraient couvrir 100 % du prêt. Elles s'avèrent nécessaires pour supporter nos entreprises du domaine de la forêt. Vous comprendrez que le gouvernement fédéral soit directement interpellé à ce propos, afin de couvrir le différentiel qui est offert présentement par le gouvernement du Québec, lequel quoique, déjà très bien, ne couvre cependant que 75 % du prêt. Plus est : il faudrait éviter que les entreprises touchées aient à recommencer en double la paperasserie ! Ce qui est accepté lors de l'analyse des dossiers par l'un ou l'autre des paliers gouvernementaux devrait également être accepté par l'autre partie.

2) Les frais entourant la contestation devant les tribunaux s'avèrent extrêmement coûteux pour les entreprises touchées. L'on parle déjà de dizaines et de dizaines de millions $, et nous n'en sommes qu'au début du processus. Un appui financier devrait être envisagé et faire partie du support accordé aux entreprises concernées.

3) L'aide d'Ottawa ne doit pas tarder. Plusieurs entreprises roulent déjà à perte. Et l'on m'informe que des décisions de fermetures pourraient être imminentes sans le support du gouvernement fédéral.

4) Lors de la renégociation de l'Accord sur le bois d'oeuvre avec le gouvernement américain, sans doute tout le processus entourant l'application des pénalités et l'application de surtaxes telle que nous le vivons, doit être revue de fond en comble pour ne pas revivre la situation qui s'est produite lors des dernières négociations.

C'est dans ce contexte, monsieur le premier ministre, que j'interviens auprès de vous afin de vous sensibiliser à nouveau aux craintes vécues ici, tant à Saguenay que dans l'ensemble de notre région. Je porte le tout à votre bonne attention pour considération, tout en demeurant dans l'espoir d'un dénouement heureux, et surtout imminent.

Dans l'attente de vos commentaires, je vous prie de croire en l'expression de mes sentiments respectueux.

Jean-Pierre Blackburn, candidat à la mairie de Saguenay




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer