Lettre à M. le maire Tremblay

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / Depuis le 30 janvier 2017, Loge m'entraide ne vous interpelle plus après avoir tenté par de nombreuses actions collectives en 2016, d'obtenir l'aide municipale requise au projet de coopérative d'habitation la Solidarité (71 300 $ par année pendant 10 ans et un rabais de taxes de 25 ans) pour loger dignement, 12 ménages locataires à faible et modeste revenus à Kénogami.

Mais Loge m'entraide brise le silence aujourd'hui, apprenant que Saguenay a engrangé un surplus financier de 4,4 millions $ en 2016, un regain d'espoir pour les locataires appauvris qui vous crient à l'aide depuis 2013, pour fonder 12 logements sociaux.

Loge m'entraide vous lance donc un ultime appel avant que vous quittiez la vie politique. Vous pouvez faire une grande différence dans la vie actuelle des locataires appauvris et des générations futures en ponctionnant 16 % du surplus financier de 4,4 millions $ pour aider la naissance de la coopérative d'habitation la Solidarité ! En plus, vous pourriez quitter la vie politique non pas sur une note de guerre, mais de paix avec les 1000 membres de Loge m'entraide, un geste qui serait assurément estimé aussi par tous les citoyens qui appuient notre combat !

Quant au fait que l'organisme se tourne depuis janvier vers les candidats à la mairie pour obtenir un engagement électoral de leur part en faveur du projet, nous n'y voyons aucun problème que soit versée l'aide requise sous votre gouverne, au contraire. 

Loge m'entraide ne fait pas de politique sur le dos des plus appauvris. Campagne électorale ou non, on doit tout faire ici et maintenant, pour loger dignement et le plus rapidement possible des locataires qui ont un urgent besoin de voir naître la coopérative d'habitation la Solidarité. Pourquoi laisser la naissance de ce projet au bon vouloir politique des candidats à la mairie quand votre administration municipale actuelle peut éviter que ce projet meure dans l'oeuf ?

Rappelons qu'en 2016, Loge m'entraide a trouvé un terrain privé à vendre dans le secteur Kénogami, tenu 9 sit-in silencieux, récolté 112 000 $ en dons (69 donateurs) et obtenu la signature de 5600 pétitionnaires en faveur du projet de coopérative d'habitation la Solidarité. 

Bref, Loge m'entraide garde encore un espoir jusqu'à la fin. Oui, car devant le besoin urgent, devant l'espoir éteint des locataires appauvris, devant le surplus financier de la ville, on ne peut que rallier nos forces une toute dernière fois pour rendre heureux dès maintenant des ménages dans le besoin !

Nous attendons de tout coeur de vos nouvelles, M. le maire.

Sonia Côté, coordonnatrice 

Loge m'entraide

Les enfants au coeur de nos priorités

Vingt ans après l'adoption de la politique familiale qui a donné naissance au réseau des centres de la petite enfance (CPE), il est temps de faire le point sur cet héritage aujourd'hui menacé par nul autre que le gouvernement du Québec.

Un triste développement pour un modèle unique, qui a fait ses preuves tant pour les familles que pour l'ensemble de la société québécoise. 

La modulation des tarifs, le crédit d'impôt pour frais de garde, les coupes et compressions dans le réseau public ne sont que quelques exemples des moyens pris par le gouvernement pour favoriser outrageusement le réseau des garderies privées.

En 1997, nous avons choisi le bien-être de nos enfants. Cette orientation stratégique faisait largement consensus dans l'ensemble de la société québécoise.

 Aujourd'hui, de façon unilatérale, sans consultation véritable, le gouvernement libéral la remet en question. C'est irresponsable.

Il est urgent que nous réfléchissions ensemble à l'avenir de cette richesse collective, premier maillon fort de l'éducation, afin de la préserver et même de continuer à la développer.

Nous en aurons l'occasion dans le cadre du Sommet sur l'éducation à la petite enfance, organisé par l'Association québécoise des centres de la petite enfance, qui aura lieu dans les prochains jours dans la métropole.

Des fondations toujours solides

Cette réflexion devra nécessairement se faire en rappelant les grands fondements sur lesquels reposait cette politique familiale : l'accessibilité, l'universalité et la qualité. De grands principes qui ont plus que jamais leur raison d'être et qui sont partagés par l'ensemble des membres de notre centrale, la CSQ, notamment par les éducatrices en CPE et les responsables d'un service de garde en milieu familial public, régi et subventionné.

Des professionnelles qui ont sincèrement à coeur le développement de nos enfants.

Ensemble pour la petite enfance

C'est ensemble, il y a 20 ans, que nous avons fait ce choix de nous doter de services de garde publics éducatifs à l'enfance. C'est ensemble que nous devons aujourd'hui renouveler ce choix stratégique pour l'avenir du Québec : c'est une question de volonté.

Louise Chabot, présidente 

Centrale des syndicats du Québec (CSQ)




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer