Réflexion piétonnière

OPINION / À l'occasion du Jour de la Terre du 22 avril, j'aimerais que nous... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / À l'occasion du Jour de la Terre du 22 avril, j'aimerais que nous prenions un temps de réflexion sur comment améliorer la cohabitation auto-piéton en ville. Il y a bien sûr le facteur danger qui se doit d'être analysé en profondeur. Mais s'il y a danger justement, c'est qu'il y a sans doute trop de déplacements automobiles. Ce qui amène aussi, bien entendu, une détérioration de plus en plus grande de nos rues et de la qualité de notre air.

Et s'il y a encore trop peu de citadins qui se déplacent à pied en ville - ou d'automobilistes qui hésitent à délaisser leur véhicule pour opter, à l'occasion, pour la marche -, c'est que l'aménagement urbain de nos grandes villes est encore trop mal adapté pour favoriser une présence de plus en plus grande des piétons.

Pourtant, l'équation est toute simple et logique. Plus il y aura de piétons, par exemple, dans les rues de Saguenay, Montréal ou Québec, moins il risque d'y avoir d'automobilistes qui se déplaceront. Et plus la cohabitation auto-piéton sera harmonieuse. Qui plus est, notre air sera moins pollué.

En fait, la qualité de vie dans nos villes est une simple question de bon sens. Mais, il semble bien que le bon sens prenne souvent bien du temps à trouver sa place, chez nos décideurs, pour le meilleur de notre monde !

Yvan Giguère

Saguenay

Tolérance zéro, Intolérance zéro

Tolérance zéro, Intolérance zéro

Sommes-nous aussi vieux jeu que certains le prétendent ? 

Des propos racistes en 2017 ne devraient pas être plus acceptables qu'une conduite avec facultés affaiblies. Bon, il est vrai que pour avoir des propos racistes, il ne faut pas avoir toute sa tête ! J'ai vu, sur Facebook, que certaines personnes de la région refuseraient d'aller dans un restaurant de Saguenay, arrondissement La Baie, « La baie du Dragon », parce que le propriétaire est noir et qu'ils refusaient de se faire servir par un Noir. Je me suis demandé : et si le propriétaire était d'une autre couleur, serait-il mieux accepté ? Si oui, pourquoi ?

Nous avons ici une personne qui désire faire tourner l'économie dans la région et des personnes jouent les racistes au lieu de dire qu'en fait, elles n'ont pas les fonds nécessaires pour réaliser un si beau projet. En réalité, elles sont vertes de jalousie. Pour ma part, l'inconfort m'empourpre le visage quand je vois ces envieux user de prétextes archaïques de racisme mal placé. Ceux qui se sentent visés devraient plutôt regarder le côté positif de la chose : si on encourage un propriétaire régional, il va réinvestir dans la région et l'économie s'en trouvera bien mieux. De même, nous aurons peut-être la chance de garder nos enfants près de nous pour enfin profiter de nos petits-enfants le temps qu'il nous reste.

Que ceux qui se sentent visés par ces propos pensent un peu à leurs origines. La plupart des Québécois de souche ont des racines amérindiennes, et tous ont des origines importées. La plupart prient un juif. Oui, Jésus était juif. Les rois mages étaient de couleurs différentes. La musique moderne, que ce soit du pop, du rock'n roll, et j'en passe, vient du jazz et du blues, des genres musicaux qu'on attribue aux Noirs. Comment oser dénigrer ceux qui nous ont tant appris ? Le premier principe de toute religion est de s'aimer les uns les autres. Il serait temps d'évoluer. 

Quelle que soit la couleur de la peau, si vous avez des idées négatives, vous ne serez jamais bien dans votre peau. Je vous souhaite d'évoluer comme des gens civilisés. Appuyons l'économie locale pour notre plus grand bien à tous. C'est mon opinion.

Clément Morin 

Saguenay

Assez, c'est assez !

Le bail avec les locataires de certaines résidences privées pour aînés (RPA) est souvent truffé de petits pièges que l'on retrouve dans leur annexe, fait maison, au sujet des services offerts aux locataires par le locateur. Il semble qu'il faille rappeler que l'usage du nouveau formulaire de la Régie du logement concernant le bail et son annexe 6 est obligatoire depuis le 24 février 2015.

À cet effet, le propriétaire peut facturer au locataire uniquement les services que ce dernier lui demande. Le montant desdits services doit être clairement identifié à chaque item de l'annexe 6, partie 2. Le locateur n'a pas le droit de les charger dans le coût du loyer (ce qui peut représenter facilement un montant de 600 $ pour 12 mois), en conséquence, ceux qui le font avec leur annexe « maison », constituent un acte de maltraitance financière envers les aînés locataires. Nous devons les dénoncer et inviter les locataires à porter plainte.

Nous invitons donc les aînés dans cette situation à nous contacter et invitons, par le fait même, les propriétaires de RPA à s'assurer d'être en conformité avec la Régie du logement pour le bien-être des résidents et une meilleure qualité de vie.

Heureusement qu'il y a des recours auprès des différents commissaires aux plaintes de la région, mais ces derniers devraient être plus vigilants dans la certification des RPA. Pourquoi ne pas s'informer auprès des clientèles lors de ces visites ?

Nous recommandons aux locataires de bien lire et comprendre leur bail avant de le signer. N'hésitez pas à contacter le Centre d'assistance et d'accompagnement aux plaintes (CAAP) en santé et services sociaux, 1-877-767-2227. De plus, contactez votre AQDR pour de plus amples renseignements.

Guy Claveau 

Réjean Thibeault 

AQDR Saguenay-Lac-Saint-Jean

Assez, c'est assez !

Le bail avec les locataires de certaines résidences privées pour aînés (RPA) est souvent truffé de petits pièges que l'on retrouve dans leur annexe, fait maison, au sujet des services offerts aux locataires par le locateur. Il semble qu'il faille rappeler que l'usage du nouveau formulaire de la Régie du logement concernant le bail et son annexe 6 est obligatoire depuis le 24 février 2015.

À cet effet, le propriétaire peut facturer au locataire uniquement les services que ce dernier lui demande. Le montant desdits services doit être clairement identifié à chaque item de l'annexe 6, partie 2. Le locateur n'a pas le droit de les charger dans le coût du loyer (ce qui peut représenter facilement un montant de 600 $ pour 12 mois), en conséquence, ceux qui le font avec leur annexe « maison », constituent un acte de maltraitance financière envers les aînés locataires. Nous devons les dénoncer et inviter les locataires à porter plainte.

Nous invitons donc les aînés dans cette situation à nous contacter et invitons, par le fait même, les propriétaires de RPA à s'assurer d'être en conformité avec la Régie du logement pour le bien-être des résidents et une meilleure qualité de vie.

Heureusement qu'il y a des recours auprès des différents commissaires aux plaintes de la région, mais ces derniers devraient être plus vigilants dans la certification des RPA. Pourquoi ne pas s'informer auprès des clientèles lors de ces visites ?

Nous recommandons aux locataires de bien lire et comprendre leur bail avant de le signer. N'hésitez pas à contacter le Centre d'assistance et d'accompagnement aux plaintes (CAAP) en santé et services sociaux, 1-877-767-2227. De plus, contactez votre AQDR pour de plus amples renseignements.

Guy Claveau 

Réjean Thibeault 

AQDR Saguenay-Lac-Saint-Jean




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer