Cinq millions $ pour réinventer la roue ?

Le ministre de l' Education Sebastien Proulx.... (Archives La Presse)

Agrandir

Le ministre de l' Education Sebastien Proulx.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

OPINION / Le 30 mars dernier, un article de La Presse laissait entendre que le budget Leitao prévoyait 5 millions pour le projet « lab-école » proposé par M. Thibault, M. Lavoie et M. Larrivée. Bien que ces personnes soient compétentes dans leur domaine respectif, le choix du ministre Proulx d'appuyer ce projet nous questionne.

urs en éducation réfléchissent à l'éducation depuis des lustres et souhaitent agir autrement ! Ici en région, le Consortium régional de recherche en éducation a subventionné plus de 150 projets de recherche qui visent à solutionner les problèmes vécus dans nos écoles, voire de créer de nouvelles manières de faire. En 20 ans, 500 000 dollars ont été investis et ont touché des milliers d'enseignants provenant d'une centaine d'écoles. On parle ici d'un dixième du montant accordé au « Lab-école ». 

D'autres exemples existent à l'intérieur du système actuel tels que le réseau des RECIT et celui des REPTIC, des conseillers pédagogiques spécialistes en TIC qui préparent l'école de demain. Parlons aussi du CTREQ qui regroupe des dizaines d'acteurs du milieu et dont la mission est de promouvoir l'innovation et de favoriser le transfert des connaissances scientifiques. Peut-être faudrait-il renforcer certaines initiatives tournées vers le futur déjà bien implantées à l'intérieur du réseau ?

Motivés par des contraintes internes au réseau, plusieurs projets sont menés à l'extérieur du système par des Québécois désireux de changements. Par exemple, depuis huit ans, un colloque organisé à Clair (Nouveau-Brunswick), à deux heures de route de Québec, adopte la thématique « Voir l'éducation autrement ». Plus de 250 conférenciers de renom international, administrateurs, chercheurs et enseignants s'y présentent chaque année et une grande part de ceux-ci sont Québécois... D'autres éducateurs ont choisi de fonder une entreprise pour soutenir le changement à leur manière (ex. : iclasse.com et Cadre 21) en offrant des formations aux enseignants en lien avec les grands enjeux de l'éducation au 21e siècle. Plusieurs rencontres sont aussi organisées chaque année qui poursuivent des objectifs parallèles à ceux du ministre comme le rendez-vous des écoles francophones en réseau, le Sommet de l'iPad et du numérique, le congrès international du Collège Sainte-Anne, le rendez-vous PédagoNumérique...

Il faut, semble-t-il, penser en dehors de la boîte... L'espace nous manque, mais les personnes et les lieux où l'on pense ainsi sont déjà nombreux ! 

Nous invitons le ministre Proulx à écouter les acteurs du milieu de l'éducation qui réfléchissent au changement depuis des lustres, à visiter des écoles du Québec qui innovent et à prendre connaissance des limites imposées par les différentes instances décisionnelles. Il est peut-être temps de conjuguer nos efforts et de mettre en commun ce qu'on a pour réfléchir « l'école de demain ». La boîte, on la connaît ; faites-nous confiance !

Patrick Giroux 

Nicole Monney

Professeurs en éducation à l'UQAC




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer